GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Janvier
Samedi 18 Janvier
Dimanche 19 Janvier
Lundi 20 Janvier
Aujourd'hui
Mercredi 22 Janvier
Jeudi 23 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Perquisitions en Allemagne pour «fraude» sur des moteurs diesel Mitsubishi (parquet)
    • France: un loup a été identifié dans une région de l'ouest du pays, le premier en près d'un siècle
    • Les demandes d'asile en France ont augmenté de 7,3% en 2019 avec 132 614 dossiers déposés à l'Ofpra (ministère de l'Intérieur)
    • La tempête Gloria touche les Pyrénées-Orientales, de fortes chutes de neige en altitude et 1000 foyers sans électricité
    • À Davos, Donald Trump qualifie son procès en destitution de «farce» et de «chasse aux sorcières»
    • Syrie: des raids russes font douze morts, dont sept enfants (OSDH)
    • A Davos, devant Greta Thunberg, Donald Trump fustige les «prophètes de malheur»
    • L'épave du «Titanic» est désormais protégée par un traité britannico-américain (ministre)
    France

    Attentat raté de Notre-Dame: jusqu’à 30 ans de prison pour les femmes jihadistes

    media Dessin représentant Inès Madani au procès de l'attentat raté de Notre-Dame, le 11 avril 2019. Benoit PEYRUCQ / AFP

    La cour d'assises spéciale de Paris a condamné ce lundi soir à 25 et 30 ans de prison les deux principales accusées dans le procès de l'attentat raté de Notre-Dame de Paris.

    Après plus de dix heures de délibéré, la cour d'assises spéciale a rendu son verdict dans le procès du commando de Notre-Dame. Elle a condamné Ornella Gilligmann et Inès Madani à 25 et 30 ans de réclusion criminelle. A l'énoncé du verdict, la première s'est effondrée en pleurs derrière le box, la tête entre les mains. La seconde a eu un mouvement de recul. Comme si elle encaissait physiquement la lourdeur de la peine.

    La cour a suivi les réquisitions du parquet sur la durée d'emprisonnement. Mais pas sur la période de sûreté des deux tiers de la peine réclamée par l'avocat général. Les deux femmes pourront donc demander une libération conditionnelle une fois la moitié de leur détention effectuée. Thibault de Montbrial, avocat d'une association de victimes du terrorisme, déplore ce répit, rarement octroyé dans les dossiers de terrorisme, et reste convaincu de leur dangerosité.

    Cette absence de période de sûreté signifie-t-elle que le tribunal a cru les remords exprimés par les deux femmes, leur promesse d'être désormais déradicalisées, et ainsi leur laisser un distant espoir d'avenir ? C'est en tout cas ce qu'avait demandé Ornella Gilligmann, mère de trois enfants. C'est aussi ce qu'avait plaidé le conseil d'Inès Madani en mettant en avant sa jeunesse – 19 ans au moment des faits.

    Maître Laurent Pasquet-Marinacce a semblé abattu par le verdict, considérant la peine extrêmement sévère. Car malgré la gravité des faits, il n'y a eu ni morts ni blessés, rappelle-t-il. Pour lui, la cour a voulu faire un exemple. C'était la première fois qu'un groupe de femmes était jugé après un passage à l'acte. Il s'agissait, aussi, du premier dossier traité par le tout nouveau parquet national antiterroriste.

    Avec leurs trois coaccusées, Inès Madani et Ornella Gilligmann sont devenues, selon l'expression des avocats généraux, le « visage du jihad au féminin ». Aujourd'hui âgées de 22 à 42 ans, elles sont soupçonnées d'avoir voulu lancer des attaques terroristes en suivant les consignes de Rachid Kassim, propagandiste du groupe État islamique (EI) et inspirateur quelques semaines plus tôt de l'assassinat d'un policier et de sa femme à Magnanville (Yvelines).

    Dans la nuit du 3 au 4 septembre 2016, elles avaient tenté de faire exploser une voiture remplie de bonbonnes de gaz, devant des restaurants situés près de Notre-Dame de Paris, en essayant de l'incendier avec du gasoil. Seul le choix de ce carburant, difficile à enflammer, a permis d'éviter l'explosion.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.