GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    La SNCF promet un trafic ferroviaire amélioré en France mais le conflit perdure

    media Le trafic ferroviaire est quasiment rétabli en France ce lundi 21 octobre 2019. Les seules perturbations restantes seront sur les Intercités et les TER. REUTERS/Regis Duvignau

    La SNCF promet une nette amélioration du trafic ferroviaire lundi 21 octobre, avec des perturbations limitées aux TER et Intercités, sans que le conflit entre syndicats et direction sur les « problèmes de sécurité » soit résolu.

    Les trains Ouigo, dont le trafic a été très perturbé pendant le week-end, « circuleront normalement », de même que les TGV, selon les prévisions communiquées par la SNCF dimanche 20 octobre. Seuls les TER, avec trois trains sur quatre, et les Intercités (deux trains sur trois) continueront à être impactés, au quatrième jour de ce bras de fer entre syndicats et direction autour du « droit de retrait ».

    Les billets remboursables à 100 %

    Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a rappelé dimanche soir sur Franceinfo que les billets seraient remboursés « à 100 % », précisant que cela concernait aussi ceux normalement non remboursables. Il a annoncé la mise en place rapide d’un fonds d’indemnisation d’un million d’euros pour les voyageurs qui ont subi « des dommages exceptionnels », notamment ceux qui ont dû acheter d’autres billets de transport ou se loger à l’hôtel : « Ce fonds sera créé cette semaine. Il sera donc effectif à partir de jeudi ou de vendredi avec une adresse mail particulière pour tous nos voyageurs qui ont subi ces dommages exceptionnels ».

    À l’origine du mouvement, un accident survenu mercredi soir lorsqu’un TER reliant Charleville-Mézières à Reims a percuté un convoi routier exceptionnel coincé sur un passage à niveau dans les Ardennes, faisant onze blessés, dont plusieurs hospitalisés. Le conducteur, qui a porté secours aux passagers alors qu’il était lui-même blessé, était le seul agent SNCF à bord du train.

    ►À lire aussi : Quel est ce « droit de retrait » invoqué par les cheminots de la SNCF ?

    Les syndicats contestent ce mode de fonctionnement, qui permet de faire circuler des trains sans contrôleur, évoquant des risques de sécurité pour les voyageurs. Ils pointent aussi des problèmes de sécurité particulières à l’engin accidenté, un autorail grande capacité (AGC).

    Les syndicats ne sont pas satisfaits

    Lors d’une réunion dans la nuit de vendredi à samedi, la direction a mis sur la table trois propositions qui n’ont pas satisfait les organisations syndicales : modification de « certains équipements » de l’AGC ; mise en place de groupes de travail sur les procédures de sécurité « dans les jours qui viennent » et « accélération » des recrutements, a résumé samedi Guillaume Pepy.

    Didier Le Reste, ancien responsable de la fédération CGT Cheminots est choqué par les réactions gouvernementale : « Ce qui est surréaliste dans cette affaire, c’est de voir les réactions du Premier ministre, du secrétaire d’État aux transports et leur obligé Guillaume Pépy, apportant comme seule réponse à cette situation de l’intimidation, de l’opposition cheminots-usagers, et des menaces de poursuites judiciaires. Ceux qui devraient être sanctionnés aujourd’hui, ce sont les responsables de ces politiques qui amènent à ce genre de drame. Depuis la réforme de 2018 où on impose encore d’énormes gains de productivité, on supprime à tour de bras les effectifs de cheminots, on ferme les gares, on ferme les boutiques. Il ferait mieux de s’attacher aux causes de ce qui a amené l’accident que de proférer des menaces ».

    ►À écouter aussi : Reportage France - À la SNCF, 50 suicides par an, 1 par semaine

    Le Premier ministre Édouard Philippe a en effet dénoncé un « détournement du droit de retrait qui s’est transformé en grève sauvage » et a « demandé à la SNCF d’examiner toutes les suites qui pouvaient être données, et notamment judiciaires ». Le secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a estimé que la SNCF pourrait prononcer des sanctions individuelles et saisir la justice.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.