GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Avant la grève du 5 décembre, l’heure est au déminage pour Macron

    media Emmanuel Macron prononce un discours lors de la séance plénière du Forum pour la paix à Paris, le 12 novembre 2019. Ludovic Marin / Pool via REUTERS

    Après les manifestations organisées pour l’anniversaire du mouvement des « gilets jaunes », c’est la mobilisation du 5 décembre qui est la priorité de l’exécutif. Pas question de laisser la colère s’amplifier, l’heure est au déminage.

    C’est par l’hôpital qu’Emmanuel Macron a décidé de commencer à désamorcer la colère. Le président l’a annoncé lui-même, de nouvelles mesures d’urgence vont être proposées dès ce mercredi 20 novembre à l’issue du Conseil des ministres. Et ce n’est pas Agnès Buzyn mais Édouard Philippe qui s’en chargera, pour calmer les personnels hospitaliers dont l’action est soutenue par les Français.

    À l’Élysée, on assume de travailler pour apporter des « réponses fortes » avant le 5 décembre, date à laquelle les syndicats de la SNCF et la RATP ont appelé à la grève contre la réforme des retraites.

    Une réforme sur laquelle « on fera tout pour entrer dans le dialogue », explique-t-on dans l’entourage d’Emmanuel Macron. Là encore, le Premier ministre va être en première ligne. Édouard Philippe doit recevoir les syndicats un par un la semaine du 25 novembre.

    Un proche du président précise que même s’il n’y a pas de « syndrome de décembre 1995 », quand la France avait été bloquée, la volonté est d’éviter de « braquer » le pays.

    À écouter aussi : Réforme des retraites: l’équation se complique pour Emmanuel Macron

    Autrement dit, tout faire pour que la réforme des retraites ne soit pas l’élément qui fasse « converger » les différents mouvements de revendication qui, veut-on croire au gouvernement, n’ont pas grand-chose à voir les uns avec les autres.

    Emmanuel Macron veut agir à temps pour empêcher un embrasement général.

    À lire aussi : France: la stratégie d'Emmanuel Macron à mi-mandat

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.