GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Génocide arménien: la résolution du Congrès «met en péril» les relations turco-américaines (Ankara)
    • Sanctions américaines contre un fils du président du Nicaragua
    • États-Unis: le Congrès américain adopte une résolution reconnaissant le génocide arménien
    • Niger: le groupe État islamique revendique l'attaque meurtrière d'Inates rapporte l'organisme américain SITE intelligence group
    • Loi sur la citoyenneté en Inde: la police ouvre le feu, deux manifestants tués (hôpital)
    • Rohingyas: Suu Kyi évoque devant la CIJ le risque d'une «reprise» de la crise
    • Canada: le chef de l'opposition à Justin Trudeau annonce sa démission
    • France/Retraites: trafic SNCF toujours «fortement perturbé» vendredi, 1 TGV et 1 Transilien sur 4 en circulation, 8 lignes de métro fermées
    • Attaque meurtrière d’Inates: trois jours de deuil national décrétés au Niger
    • France/Attaque de militaires à Nice en 2015: Moussa Coulibaly condamné à 30 ans de réclusion criminelle
    • Chili: les débris retrouvés appartiennent à l'avion militaire disparu lundi avec 38 personnes à bord (gouvernement)
    France

    Le drame de Mirepoix-sur-Tarn relance la polémique sur la sécurité des ponts

    media Une vue montre le pont effondré de Mirepoix-sur-Tarn, dans le sud-ouest de la France, le 18 novembre 2019. Une voiture et un poids lourd ont été projetés à l'eau. Olivier le Corre/via REUTERS

    Une adolescente et le chauffeur d’un camion ont été tués après l'effondrement d'un pont, ce lundi matin 18 novembre, à Mirepoix-sur-Tarn, à une trentaine de kilomètres de Toulouse (sud-ouest de la France). Au-delà de l'émotion après cet accident rarissime, la polémique sur la sécurité des ponts en France est relancée.

    Comment un pont rénové en 2003 et inspecté en 2017 a-t-il pu s'effondrer ? L'enquête répondra peut-être à cette question, mais pour les membres de la mission d'information sur la sécurité des ponts, ce drame leur donne malheureusement raison.

    Cette mission a été lancée fin 2018, suite à l'effondrement du viaduc de Gênes en Italie et ses 43 morts. Après 6 mois de travail, les sénateurs en viennent à cette conclusion : 10% des 250 000 ponts français sont en mauvais état et donc dangereux.

    Ce rapport avait aussi souligné l'insuffisance et même l'inefficacité des inspections réalisées sur les ouvrages surtout sur ceux qui sont sous la responsabilité des communes.

    Le document notait aussi un manque de personnels ayant les compétences techniques nécessaires. Les rapporteurs de cette mission réclamaient un plan Marshall pour répondre aux besoins et éviter un drame. Celui de Mirepoix-sur-Tarn n'a pu être évité.

    Selon le maire, le pont n'était pas répertorié comme sensible. Il ne présentait que des « désordres de type évolutifs normaux ». La structure de l'ouvrage métallique datait de 1931.

    ■ Une situation plus préoccupante qu’on l’imagine

    Hervé Maurey, sénateur centriste de l'Eure (Normandie) est président de cette mission d'information : « Cela veut dire que la situation est encore plus préoccupante qu’on ne l’imagine puisqu’un pont qui a été soi-disant inspecté, sur lequel on a soi-disant fait des travaux s’effondre. Ça veut dire, mais ça c’est l’enquête qui le dira, que vraisemblablement l’inspection n’a pas été satisfaisante et les travaux non plus. Donc ça montre bien qu’il est urgent de faire comme on le demande dans notre rapport un diagnostic réel de l’état des ponts en France, et de l’état des ponts qui relèvent des collectivités locales et notamment des communes qui ont encore plus de mal que les départements à assumer cette surveillance et cette remise à niveau pour éviter que l’on ait encore une fois un nouveau drame. D’autant plus, et c’est ce qui semble être le cas, qu’aujourd’hui avec les GPS vous avez tout à coup des ponts qui connaissent une augmentation de trafic parce qu’ils ont été identifiés comme permettant un trajet plus rapide et vont aussi augmenter le gabarit des véhicules parce que les systèmes GPS ne font pas toujours la distinction. Donc, ça aussi c’est une donnée qu’il faut intégrer par rapport à l’usure parfois rapide, voire prématurée de certains ponts. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.