GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Conférence de Paris: un plan d’action contre le groupe jihadiste EI

    media Photo de famille des participants à la conférence de Paris, quai d'Orsay, le 15 septembre 2014. REUTERS/Michel Euler

    La lutte contre l'organisation jihadiste Etat islamique s'organise. Alors que des avions militaires français effectuent leurs premiers vols de reconnaissance au-dessus de l'Irak, la conférence de Paris sur la sécurité en Irak s'est achevée avec une déclaration finale en dix points, dont la Syrie est complètement exclue. La conférence avait été ouverte ce matin par François Hollande qui avait martellé qu'« il n'y a(vait) pas de temps à perdre face à l'Etat islamique ». Le président irakien, Fouad Massoum a aussi appellé à une intervention aérienne rapide.

    Avec notre envoyé spécial au ministère des Affaires étrangères à Paris, Nicolas Falez

    Il n’y a bien entendu aucune information d’ordre militaire dans le communiqué qui clôt cette conférence : les participants y réaffirment que l’Etat islamique représente une menace pour l’Irak et pour toute la communauté internationale. Le texte insiste sur l’aide militaire appropriée qui sera apportée au nouveau gouvernement de Bagdad sans plus de précision.

    La Syrie absente du communiqué final

    Le président français François Hollande accueille le président irakien Fouad Massoum à l'Elysée à l'ouverture de la conférence internationale sur la sécurité en Irak, le 15 septembre 2014. REUTERS/John Schults

    En revanche, il faut noter que le nom de la Syrie est totalement absent de cette déclaration alors que le président Hollande avait appelé ce matin ses partenaires à soutenir l’opposition démocratique en Syrie, pays où sévit aussi l’organisation de l’Etat islamique.

    Les jihadistes de l’organisation Etat islamique constituent une menace globale qui appellent une réponse globale martellaient les dirigeants français depuis plusieurs jours, c’est pourquoi le communiqué final insiste sur l’aspect politique de la lutte contre les jihadistes. Sur ce point la balle est dans le camp du nouveau gouvernement irakien qui doit tendre la main à la minorité sunnite du pays dont la mise à l’écart ces dernières années a facilité la progression de l’organisation jihadiste EI.

    C’est Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, qui a conclu cette réunion. On peut relever dans ses propos cette formule : « l’Etat islamique n’est ni Etat, ni représentatif de l’islam, il est nécessaire de le faire reculer puis disparaître ».

    François Hollande et Fouad Massoum en maîtres de cérémonie

    Participaient à cette réunion les représentants des 26 pays et des 3 organisations internationales : les chefs de la diplomatie des Etats-Unis, John Kerry, de la Russie Sergueï Lavrov, mais aussi saoudien, turc, jordanien et européens. Les président français et irakien ont ouvert les travaux.

    François Hollande a appelé ces partenaires internationaux à s’engager « clairement, loyalement et fortement » aux côtés des autorités irakiennes. « La menace est globale. Il doit donc y avoir une réponse globale. (…) L’unité est aussi nécessaire sur le plan international. Le Conseil de sécurité dans sa résolution 2170 a déclaré que Daesh constitue un danger immense pour la sécurité du monde. Le combat des Irakiens contre les terroristes est donc aussi le nôtre ». Concernant la présence des jihadistes en Syrie, pays voisin de l’Irak, François Hollande a aussi appelé à soutenir l’opposition démocratique syrienne.

    Fouad Massoum ce matin était l'invité de la rédaction d'Europe 1 15/09/2014 Écouter

    Le président français a aussi affirmé que la France prendra sa part dans l’action militaire contre le mouvement Etat Islamique mais sans préciser davantage .

    Son homologue irakien Fouad Massoum a, pour sa part, brossé le tableau des exactions commises par les jihadistes de l’EI. « Ce mouvement est coupable de purification ethnique et religieuse », selon le chef de l’Etat irakien. Il a appelé explicitement la poursuite aux opérations aériennes sur le territoire de son pays. Le président irakien a aussi souligné les besoins humanitaires en termes de retour des populations déplacées et de reconstruction.
     

    Conférence internationale sur la paix et la sécurité en Irak

    Paris, le 15 septembre 2014

     

    1. A l’invitation du Président de la République française et du président de la République d’Irak, une conférence internationale sur la paix et la sécurité en Irak s’est réunie aujourd’hui à Paris.

    2. Les participants à cette conférence (Allemagne, Arabie saoudite, Bahreïn, Belgique, Canada, Chine, Danemark, Egypte, Émirats arabes unis, Espagne, États-Unis d’Amérique, France, Irak, Italie, Japon, Jordanie, Koweït, Liban, Oman, Pays-Bas, Qatar, Norvège, République tchèque, Royaume-Uni, Russie, Turquie, Ligue des États arabes, Organisation des Nations Unies, Union européenne) ont exprimé leur attachement à l’unité, à l’intégrité territoriale et à la souveraineté de l’Irak. Ils ont salué la formation d’un nouveau gouvernement sous l’autorité du premier ministre, M. Haïdar al-Abadi, et lui ont apporté leur plein soutien pour conforter l’Etat de droit, mettre en œuvre une politique de rassemblement et assurer la juste représentation de toutes les composantes au sein des institutions fédérales et l’égalité de tous les citoyens, toutes mesures nécessaires pour lutter efficacement contre Daech (EIIL) et les groupes terroristes qui sont une menace pour tous les Irakiens.

    3. Les participants à la conférence de Paris ont affirmé que Daech (EIIL) constitue une menace pour l’Irak mais aussi pour l’ensemble de la communauté internationale et que faire face à une telle menace nécessitera une action sur le long terme de la part de la communauté internationale. Ils ont condamné les crimes et les exactions massives qu’il commet contre les populations civiles, y compris les minorités les plus vulnérables, qui peuvent être considérés comme des crimes contre l’Humanité. Ils sont convenus de coopérer et de tout faire pour veiller à ce que les auteurs de ces crimes en rendent compte devant la justice. Ils confirment leur soutien à l’enquête menée par le Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme à cet effet.

    4. Tous les participants ont souligné l’urgente nécessité de mettre un terme à la présence de Daech (EIIL) dans les régions où il a pris position en Irak. Dans cet objectif, ils se sont engagés à soutenir, par les moyens nécessaires, le nouveau gouvernement irakien dans sa lutte contre Daech (EIIL), y compris par une aide militaire appropriée, correspondant aux besoins exprimés par les autorités irakiennes et dans le respect du droit international et de la sécurité des populations civiles.

    5. Les participants à la Conférence ont également rappelé leur détermination à mettre en œuvre les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies relatives à la lutte contre le terrorisme et ses sources de recrutement et de financement, notamment la résolution 2170. Ils veilleront à la bonne application de celle-ci et prendront les mesures nécessaires pour qu’elle produise tous ses effets. Ils sont convaincus qu’une action déterminée est nécessaire pour éradiquer Daech (EIIL), notamment en prenant des mesures pour prévenir la radicalisation, en coordonnant l’action de tous les services de sécurité et en renforçant la surveillance des frontières. Ils ont accueilli avec satisfaction la perspective de travailler à un plan d’action pour lutter contre le financement du terrorisme.

    6. Réaffirmant leur soutien au gouvernement irakien, les partenaires internationaux ont rappelé la nécessité de soutenir les aspirations du peuple irakien au respect des droits de l’homme dans un cadre fédéral respectueux de la constitution, des droits des régions et de l’unité du pays.

    7. Ils ont salué le rôle des Nations unies en Irak, notamment pour coordonner et faciliter l’assistance internationale au gouvernement irakien. Les participants à la Conférence reconnaissent également que la Ligue des Etats arabes et l’Union européenne sont des partenaires stratégiques essentiels à long terme pour l’Irak. Ils se sont également félicités des résultats de la conférence de Djeddah du 11 septembre 2014.

    8. Les participants à la Conférence sont convenus de poursuivre et renforcer, en fonction de l’évolution de la situation sur le terrain, les efforts déployés jusqu’ici en matière d’aide humanitaire d’urgence apportée au gouvernement irakien et aux autorités locales, afin de les aider dans l’accueil et l’aide aux réfugiés et déplacés qui doivent pouvoir retourner dans leurs foyers en toute sécurité.

    9. Les partenaires internationaux ont marqué leur disponibilité à assister l’Irak dans ses efforts de reconstruction, dans une optique de développement régional équitable, notamment par l’apport d’expertise et de savoir-faire et un soutien financier approprié, grâce par exemple à un fonds mondial spécifique pour aider à reconstruire les zones dévastées par Daech (EIIL).

    10. Les partenaires internationaux sont convenus de rester pleinement mobilisés dans leur soutien aux autorités irakiennes et dans la lutte contre Daech (EIIL). Ils s’assureront de la mise en œuvre et du suivi des engagements pris aujourd’hui, notamment dans le cadre des Nations unies, et à l’occasion des réunions de haut niveau qui se tiendront en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies./.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.