GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Brésil: le fils de Bolsonaro se déclare en faveur d'un référendum sur la peine de mort («O Globo»)
    • Mort de Bernard Darty, cofondateur de l'enseigne d'électroménager (Fnac Darty)
    • Affaire Khashoggi: Guterres (ONU) juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée
    • Syrie: la coalition affirme avoir détruit un site du groupe EI dans une mosquée (communiqué de l'armée américaine)
    • L'armée israélienne a annoncé avoir découvert un nouveau tunnel du Hezbollah, le quatrième vers Israël (communiqué)
    France

    Hollande sur Inter: «la France n'interviendra pas en Libye»

    media Le président Hollande lors de son intervention sur France Inter. REUTERS/Remy de la Mauviniere

    François Hollande était l'invité exceptionnel de la Matinale de nos confrères de France Inter de 7h00 à 9h00 (6h-8h TU). Un entretien dont les premières minutes ont été largement consacrées aux questions économiques et sociales avant d'élargir le débat aux questions européennes et internationales notamment la Grèce, l'Ukraine et la Russie.

    François Hollande tente de renouer avec les Français. Le chef de l'Etat a longuement préparé ce week-end cette émission spéciale composée, selon l'Elysée de « quatre séquences d'interview, les trois premières avec des journalistes de France Inter et la dernière, plus longue, avec les Français ». La station avait proposé le principe de cette émission il y a plusieurs mois à la présidence et la décision de la réaliser a été arrêtée dans la plus grande discrétion il y a près de trois semaines, a confié un proche du président.

    La hausse du chômage, une « responsabilité assumée »

    Les premières minutes ont été largement consacrées aux indicateurs économiques. D'emblée, le président de la République a assumé la responsabilité de son gouvernement sur les mauvais chiffres du chômage, une question qui préoccupe une grande majorité de Français et ce lundi matin, le président de la République s'adresse surtout à son électorat. « Je suis président de la République, je ne vais pas dire c’est la faute de l’étranger, c’est la faute de la conjoncture, c’est la faute de la crise. Bien sûr que beaucoup dépend de la situation économique mondiale, beaucoup relève de choix économiques européens et beaucoup tient à un certain nombre de données que l’on connaît bien et qui sont en train d’évoluer sur les taux d’intérêt, la valeur de l’euro ou le prix du pétrole mais il y a une responsabilité, celle que j’assume ».

    Le président, qui se place surtout sur le terrain de l'explication de texte ne fait pas d’annonce, plutôt des confirmations. François Hollande le redit : il n'y aura pas de nouveaux impôts créés en 2015 et surtout il espère une croissance supérieure à 1% en 2015 et en 2016, c’est plus que ce que prévoit l’INSEE et c'est au-delà de ce palier que la France peut créer des emplois, dit le Président. Si ce scénario optimiste se confirme, attention les recettes supplémentaires iront à la baisse des déficits, voilà pour le signal à Bruxelles.

    La prochaine présidentielle : pas le sujet

    François Hollande a aussi longuement défendu la fameuse loi Macron, très contestée dans sa majorité et critiquée encore ce week-end par Cécile Duflot. « Un grand bon en arrière » a accusé l’ancienne ministre. Une loi de liberté, de progrès plaide ce matin le président. « Je prendrai tous les risques pour changer ce qui bloque » dit François Hollande. Et pour autant pas question pour lui d'utiliser le 49-3, le vote bloqué. François Hollande s’affiche confiant, juge qu’il y aura une majorité pour faire passer cette loi. François Hollande qui insiste et répète « Est-ce que j’ai pris le bon chemin ? Nous le verrons à la fin ». L'important n'est donc pas le chemin mais là où il conduit.

    La Grèce c’est une démocratie… quand à l’appartenance de la Grèce à la zone euro, c’est à la Grèce seule d’en décider… les Grecs sont libres de choisir leur destin
    François Hollande : «les Grecs sont libres de choisir leur destin» 05/01/2015 - par France Inter Écouter

    Le président a ensuite été questionné sur les mois de mandat qui lui restent et sur l'éventualité d'une nouvelle candidature à la prochaine élection présidentielle. « Pour l'instant je ne me préoccupe pas, croyez-moi, de l'élection présidentielle, je me préoccupe essentiellement des Français » a assuré François Hollande. « « Vous pensez que quand je viens d'évoquer ces sujets (économiques, sociaux, ndlr), je vais parler des primaires ? » a poursuivi le président...

    Euro: les Grecs sont souverains

    François Hollande est ensuite sollicité sur les questions européennes et internationales. Concernant la Grèce, le président a martelé que « Les Grecs sont libres de décider souverainement de leur gouvernement (...), quant à l'appartenance de la Grèce à la zone euro, c'est à la Grèce seule d'en décider ».

    Le président français a précisé qu'il allait rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel dimanche prochain pour parler de « l'avenir de l'Europe » mais le dossier grec sera bien évidemment au menu.

    Concernant le dossier ukrainien, le président français annonce une réunion internationale à Astana et se montre confiant sur ses chances de réussite et donc la levée des sanctions internationales contre la Russie et les pro-russes en Ukraine. « Les sanctions doivent être levées s'il y a des progrès. S'il n'y a pas de progrès, les sanctions demeureront ».

    Les interventions françaises en Afrique

    Le président français François Hollande écarte l'idée d'une intervention militaire française en Libye. « La France n'interviendra pas en Libye parce que c'est à la communauté internationale de prendre ses responsabilités et pour l'instant, elle doit faire en sorte qu'il puisse y avoir un dialogue politique, il n'est même pas installé, et deuxièmement que l'ordre puisse être rétabli ». Rappellons que plusieurs pays de la région - Niger, Tchad notamment - ont estimé récemment qu'une intervention militaire internationale était « indispensable » en Libye, pays au bord du chaos. Mais interrogé pour savoir si la France pourrait participer à une éventuelle intervention de l'Onu, François Hollande répond qu'une telle direction n'était pas en jeu actuellement.

    « Au sud de la Libye, il y a des foyers terroristes très importants » ajoute le président qui rappelle que la France est déjà engagée dans des opérations de contention du terrorisme au Sahel. « Elle fait en sorte que nous puissions soutenir les efforts des pays concernés par les actions de Boko Haram » qui encore s'est illustré hier en prenant aux forces nigérianes la base de Baga.

    → à (re)lire la Revue de presse du jour avec à la Une « Chaude rentrée pour François Hollande »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.