GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Législative partielle dans le Doubs: le PS s'impose d'une courte tête

    media Des bulletins mis à disposition pour voter pour le second tour de l'élection partielle dans le Doubs, le dimanche 8 février 2015. AFP PHOTO /Sébastien Bozon

    Le candidat du PS, Frédéric Barbier, l'emporte avec près de 52% des suffrages face à la candidate du Front national, Sophie Montel, selon le Parti socialiste.

    Article régulièrement mis à jour - Cliquer ici pour rafraîchir

    Le socialiste Frédéric Barbier a revendiqué dimanche la victoire face à la candidate Front national Sophie Montel au deuxième tour de la législative partielle de la 4e circonscription du Doubs. « Le suffrage universel a rendu son verdict. Je serai le député de la quatrième circonscription, je serai le député de l'ensemble de la population de cette quatrième circonscription », a-t-il dit.

    La majorité gouvernementale met ainsi fin à une série d'échecs subis dans toutes les législatives partielles organisées en métropole depuis juin 2012. Ancien cadre EDF de 54 ans, Frédéric Barbier était le suppléant de Pierre Moscovici, dont le siège est devenu vacant après la nomination de l'ancien ministre de l'Economie à la Commission européenne, en novembre.

    Nettement devancé par Sophie Montel au premier tour, il a bénéficié dans ses derniers jours du soutien du Premier ministre Manuel Valls et du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

    L'élimination au premier tour du candidat de l'UMP, Charles Demouge, avait provoqué une valse-hésitation au sein du principal parti d'opposition entre les partisans du « ni PS, ni FN » et ceux du vote pour le candidat socialiste au nom du « front républicain ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.