GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Crash de l'A320 de Germanwings: une boîte noire retrouvée

    media Quinze hélicoptères ont été engagés pour accéder à la zone du crash de l'A320 de la Germanwings. REUTERS/Robert Pratta

    Un Airbus 320 s'est écrasé dans les Alpes-de-Haute-Provence avec à son bord 150 personnes, toutes ont péri dans l'accident. Les victimes sont allemandes, espagnoles mais aussi turques. L'avion de la compagnie Germanwings effectuait la liaison Barcelone-Düsseldorf. L'accident s'est produit dans un endroit très difficile d'accès, d'après la gendarmerie, les hélicoptères ne peuvent pas se poser sur le site et il faudra des jours pour dégager les corps de la catastrophe. Un enregistreur de vol a été retrouvé mais pour l'instant les causes de l'accident restent inexpliquées.
     

    L'appareil s'est écrasé à la hauteur du massif dit « des Trois Evêchés », près de la ville de Barcelonnette, située dans les Alpes-de-Haute-Provence, dans le sud-est de la France. C'est une « zone enneigée, inaccessible à des véhicules », indiquent des officiels français. Une zone qui culmine à plus de 2 000 mètres d'altitude et à laquelle on accède uniquement par hélitreuillage.

    L’avion, appartenant à la compagnie Germanwings, filiale de Lufthansa, reliait la ville espagnole de Barcelone à celle, allemande, de Düsseldorf.  Il a décollé à 10h01 avec à son bord 144 passagers et 6 membres d’équipage - deux pilotes et quatre hôtesses ou stewards. Il y a 45 personnes de nationalité espagnole, 67 de nationalité allemande et des personnes de nationalité turques parmi les victimes, a déclaré un dirigeant de la compagnie lors d'une conférence de presse. Deux bébés figuraient parmi les passagers ainsi que seize adolescents allemands en échange scolaire avec des lycéens espagnols et deux professeurs. (Voir notre carte en bas de page)

    C'est au pied d'un pâturage d'un alpage situé à 1500,1700 mètres d’altitude...L'armée sécurise le site et organise l'accès pour pouvoir rapatrier les corps et tout ce qui va concerner l'enquête.
    Francois Balique, maire du Vernet 24/03/2015 - par Franck Alexandre Écouter

    A midi, François Hollande a pris la parole depuis l’Elysée. « Les conditions de l'accident qui ne sont pas encore élucidées laissent penser qu'il n'y aurait aucun survivant », a déclaré le chef de l'Etat devant la presse. Une information confirmée par le ministre des Transports, Alain Vidalies, peu avant 13h. 

    Les conditions de l'accident laissent penser qu'il n'y aurait aucun survivant.
    François Hollande 24/03/2015 - par BFM Écouter

    Les lieux de la catastrophe ont été « gelés » pour le début de l'enquête. Une enquête confiée au parquet de Marseille. Airbus envoie ses experts techniques pour aider à l'enquête de sécurité. Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) a également annoncé l'ouverture d'une enquête.

    « Les difficultés que nous rencontrons, c'est de ‘geler’ la scène de la catastrophe dans un milieu particulièrement hostile, bientôt sous la neige, sous la pluie », a déclaré le général de gendarmerie David Galtier. Les débris récupérés jusqu’à présent laissent penser que l'avion s'est désintégré lors du choc avec les parois rocheuses. Parmi les innombrables débris « seul le train d'atterrissage a pu être identifié », indique un enquêteur, ajoutant que la zone s'apparente « à de la vraie varappe ».

    Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a indiqué en fin d'après-midi qu'une des boîtes noires de l'appareil avait été retrouvée. « Cette boîte noire va être exploitée dans les heures qui viennent, elle va permettre de faire avancer l'enquête. En attendant, la zone de l'accident est sécurisée », a précisé Bernard Cazeneuve.

    ■ Que s'est-il passé ?

    Le patron de la compagnie Germanwings indique que l'avion aurait commencé à perdre de l'altitude vers 10h35 ce matin et il aurait chuté durant huit minutes avant de disparaître des radars français à 10h53 et de s'écraser. Cette durée suggère une descente rapide mais pas une chute libre, aux yeux de plusieurs experts en aéronautique.

    L'équipage de la compagnie Germanwings n'a pas émis d'appel de détresse, a indiqué à l'AFP la Direction générale de l'aviation civile. « L'équipage n'a pas émis de "mayday". C'est le contrôle aérien qui a décidé de déclarer l'avion en détresse car il n'avait plus aucun contact avec l'équipage et l'avion », a-t-elle expliqué.

    Selon Germanwings, l'appareil avait subi une grosse révision à l'été 2013 et le pilote avait plus de dix ans d'expérience et 6 000 heures de vol à son service. « A ce stade nous considérons qu'il s'agit d'un accident et toute autre chose relèverait de la spéculation », a déclaré ce mardi soir Heike Birlenbach, la vice-président de Lufthansa, maison-mère de la compagnie low-cost Germanwings. Plus tôt dans la journée, le Premier ministre français Manuel Valls a déclaré, devant l'Assemblée nationale, qu'aucune hypothèse ne pouvait être écartée, précisant qu'une « cellule de crise pour les familles des victimes a été ouverte au ministère des Affaires étrangères ». Un numéro vert destiné aux familles des passagers a été mis en place : 0800 00 97 85.

    ■ Où en sont les secours ?

    Il va falloir envoyer des alpinistes sauveteurs parce que le massif [...] est très, très compliqué d'accès. C'est de la haute-montagne.
    Gérard Joany, consultant et spécialiste en aéronautique 24/03/2015 - par Caroline Paré Écouter

    « L'accident s'est produit dans une zone particulièrement difficile d'accès », a précisé François Hollande, ce midi. Les victimes sont allemandes, espagnoles « probablement » turques. « Il n'y aurait pas de victimes françaises », mais sans « totale certitude ».

    Un PC de sécurité a été installé. D'importants moyens de secours ont été engagés : 15 hélicoptères pour survoler la zone du crash ou déposer les équipes terrestres. 380 pompiers, 300 gendarmes, des CRS de haute-montagne, le Samu, des équipes médicales, un avion ravitailleur de l'armée et un civil de reconnaissance, a précisé le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet. L'armée de terre et de l'air sont aussi mobilisées pour prêter main-forte aux secours. Les hélicoptères des secours ont cessé de survoler la zone à la nuit tombée. Une chapelle ardente a été installée à Seyne, commune voisine des lieux de la catastrophe.

    Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve est sur les lieux de la catastrophe pour superviser les opérations, il est accompagné par l'ambassadrice d'Allemagne. La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies et le ministre allemand des Transports Alexander Dobrindt  sont également sur place. Le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela Merckel et le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, accompagné du président de l'exécutif catalanan Artus Mas se rendront mercredi dans les Alpes. L'Espagne a annnoncé trois jours de deuil national.

    Arrivée de Bernard Cazeneuve, le ministre français de l'Intérieur sur les lieux du crash de l'A320, le 24 mars 2015. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

    Il s'agit du premier crash d'un avion de ligne sur le sol français depuis l'accident du Concorde à Gonesse, près de Roissy, en juillet 2000.

     ■ Les premières réactions

    Je viens de demander l'activation de la cellule inter-ministérielle de crise
    Manuel Valls, Premier ministre français 24/03/2015 Écouter

    Depuis l’annonce du crash, les réactions se sont multipliées dans le monde politique et aéronautique. Outre le président de la République, le Premier ministre Manuel Valls a pris la parole pour exprimer son émotion et donner les informations en sa possession. « Nous pensons d’abord aux victimes de cette catastrophe aérienne si rare mais quand elle intervient, elle nous touche d’autant plus. »

    « Nous ne savons pas encore ce qui s’est passé. Notre sympathie va aux familles et aux proches des passagers de l’équipage. Si nos craintes se confirment, il s’agit d’une journée sombre pour Lufthansa. Nous espérons que des survivants pourraient être retrouvés », c’est ce qu'a déclaré le PDG de Lufthansa, Carsten Spohr, via Twitter.

    La chancelière allemande Angela Merkel s'est dite « bouleversée » par l'accident et annule des « rendez-vous ». De son côté, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy s'est dit « consterné » par la catastrophe : « Nous travaillons avec les autorités françaises et allemandes dans l'enquête. » A Paris, le roi Felipe VI d'Espagne a annoncé «  l'annulation » de sa visite d'Etat en France.

    Avec Agences,

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.