GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Après l'attentat en Isère, un appel à l'unité presque unanime

    media Le président François Hollande a réagi à l'attentat commis en Isère, ce vendredi 26 juin, à l'issue d'un Conseil restreint à l'Elysée REUTERS/Charles Platiau

    Les réactions de la classe politique n’ont pas tardé pour dénoncer ce nouveau drame. Unanimes à condamner l’attentat, certains responsables demandent des éclaircissements sur le drame qui s’est produit. À l’image du président Hollande, de nombreuses personnalités ont réagi, appelant à l’unité et à la solidarité, mais déjà des voix discordantes se font entendre, notamment à droite et à l'extrême-droite, qui reprochent au gouvernement de ne pas en faire assez.

    Le président Hollande, qui s’est exprimé dans l’après-midi à l’issue d’un Conseil des ministres restreint, a demandé à « ne pas nous laisser détourner par de vaines querelles », appelant « comme en janvier 2015 » à « l’unité nationale » et à « continuer à agir contre le terrorisme en France partout dans le monde ». « Rien ne nous fera douter de ce que nous faisons, a-t-il ajouté. Dans ces moments là, c’est l’unité, le rassemblement, et la capacité de la nation à faire face, qui permettront de lutter contre le terrorisme. »

    Une position relayée par de nombreuses personnalités de la majorité, comme la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem qui a tweeté : « Face au terrorisme, plus que jamais, restons unis et mobilisés. » Ou encore Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti socialiste qui a fait part de sa « grande émotion » et demandé d'éviter les amalgames. « Ne jouons pas sur les peurs », a-t-il insisté sur Twitter. Un message relayé par la secrétaire nationale d’EELV, Emmanuelle Cosse, qui estime qu'il ne faut pas laisser « gagner la haine », réagissant face à cette « folie meurtrière » avec « colère et dégoût ».

    Ligne unitaire

    Cette ligne unitaire a également été suivie par de nombreuses personnalités de l’opposition, comme François Fillon, du parti Les Républicains (LR), pour qui « la menace terroriste est toujours là ». L’ancien Premier ministre affirme dans un tweet que « la France doit serrer les dents et les rangs. Sa vigilance doit être maximale et sa fermeté implacable. » Sur la même longueur d’onde, Hervé Morin, président de l’Union des indépendants (UDI), estime que « jamais la France ne pliera face au terrorisme, affirmant même que les attentats ne font que renforcer la solidarité nationale. »

    D’autres, comme François Bayrou, qui s’exprimait devant l’AFP, cherchent déjà à trouver des explications. « Devant toutes ces horreurs en Isère et en Tunisie, il faut comprendre ce que ces terroristes cherchent à obtenir, estime le président du Modem. En France, ils cherchent notre affolement, dont la peur deviendrait la cause. En Tunisie, ils cherchent à obtenir la misère pour le peuple par l'effondrement du tourisme causé par la peur. En face de tout cela, notre réponse doit être d'abord le calme, ensuite la solidarité, enfin la lutte implacable. »

    Début de polémique

    Mais déjà, certaines personnalités tentent de se démarquer du gouvernement, lui demandant des éclaircissements et des actes. Ainsi Nicolas Sarkozy, le chef du parti Les Républicains a réclamé « solennellement » au gouvernement « de faire toute la lumière » sur les circonstances de l'attentat. Alain Juppé demande pour sa part à l'État de « tout mettre en oeuvre pour protéger ses citoyens ».

    Plus à droite sur l’échiquier politique, le député du Gard Gilbert Collard a même déjà tenté de lancer une première polémique. « L'auteur de l'attentat était connu des services. Renseignement efficace comme toujours, après le drame, après la mort », a déclaré l’avocat, membre du Rassemblement bleu marine. Avant d’ajouter : « Valls ordonne une vigilance renforcée sur les sites sensibles Rhône-Alpes, il serait temps. ». Marine Le Pen, la présidente du Front national, réclame quant à elle « immédiatement » des « mesures fermes et fortes » pour « terrasser l'islamisme ».

    La président du FN a ouvertement accusé le gouvernement d’inaction en matière de terrorisme. « Les marches, les slogans et la communication émotionnelle doivent enfin laisser la place à l'action », a-t-elle écrit dans un communiqué, avant d’ajouter, cinglante « rien n'a été fait depuis des années contre le fondamentalisme islamiste ». Un discours relayé par sa nièce Marion-Maréchal Le Pen, pour qui « l’inaction du gouvernement est criminelle et insupportable ». Des accusations violentes suivis de propositions radicales, comme l’expulsion du territoire national des étrangers suspectés de fondamentalisme islamiste

    Pour Bruno Le Maire, enfin, la question ne doit pas être dissociée de l’actualité internationale, et les réponses également. « C’est tout notre territoire qui est désormais sous la menace de l'islamisme radical, affirme le député LR de l’Eure, qui « demande à nouveau que la diplomatie française prenne l'initiative d'une résolution au Conseil de sécurité des Nations unies appelant au recours à la force contre Daech et contre l'islamisme radical en Syrie ». Il également appelé à « l’arrestation, la condamnation, l’incarcération ou l’expulsion de tous les islamistes radicaux présents sur le sol français. »


    Réactions européennes (avec AFP)

    Evoquant une « barbarie », ou encore une « haine aveugle », les dirigeants européens ont vivement réagi à l’attentat commis en Isère.

    « Les démocrates feront toujours front contre la barbarie », a ainsi commenté le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy sur son compte Twitter. Faisant le lien avec l’attentat de Tunis et celui du Koweit, dans une mosquée chiite, tous ont appelé, à l’image du Premier ministre David Cameron, à « combattre [cette] perversion idéologique par tous les moyens. » Des attaques qui, selon la chancelière allemande Angela Merkel, « mettent en évidence les défis […] auxquels nous avons à faire face ». Plus précis, le président du Conseil italien Matteo Renzi estime que l’attentat en Isère confirme l’existence de « petites cellules […] très bien organisées ». Pour le ministre roumain des Affaires étrangères, « ces attaques montrent qu’il est impératif de renforcer les efforts de prévention et d’élimination de la terreur. »
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.