GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Jean-Marie Le Pen exclu du FN

    media Jean-Marie Le Pen à la fin de son audition par le bureau exécutif du Front national, le 20 août 2015. REUTERS/Christian Hartmann

    Le bureau exécutif du Front national a annoncé ce jeudi soir l'exclusion de Jean-Marie Le Pen. Agé de 87 ans, le cofondateur du parti d'extrême droite qu'il avait dirigé pendant près de 40 ans « était visé par une procédure disciplinaire après des déclarations provocatrices sur la Shoah », indique un communiqué du FN.

    Entendu par le bureau exécutif du FN, Jean-Marie Le Pen avait appelé à une réunification du parti. Peine perdue. Par un bref communiqué, le Front national a annoncé ce jeudi soir l’exclusion du parti de son dirigeant historique. « A l’issue de la réunion qui s’est tenu ce jour, le bureau exécutif du Front national, réuni en formation disciplinaire, a délibéré et a décidé, à la majorité requise, l’exclusion de M. Jean-Marie Le Pen comme membre du Front national », indique le communiqué.

    Le cofondateur du parti d’extrême droite avait été convoqué dans l’après-midi par le bureau exécutif réuni au siège du FN à Nanterre. Il devait y répondre d’une quinzaine de griefs, notamment de propos controversés sur les chambres à gaz tenus dans l’hebdomadaire Rivarol et d’insultes répétées à l’encontre de sa fille et présidente du parti Marine Le Pen et de son bras droit Florian Philippot. Ces derniers n’étaient pas présents, afin de ne pas être « juge et partie ». Après trois heures d'audition et autant de délibération, le couperet est tombé.

    Cette exclusion intervient après cinq mois de crise ouverte entre le père et la fille. En mai dernier, le bureau exécutif du FN l’avait suspendu et lancé un congrès par voie postale pour le défaire de son statut de président d’honneur. Jean-Marie Le Pen avait porté l’affaire devant la justice qui lui avait donné raison. Ses sanctions avaient été annulées pour des questions de procédure.

    Le but de cette mise à l'écart définitive est de marquer, au moins en apparence, la différence entre l’aile traditionnaliste de l’extrême droite, négationniste, antisémite, incarnée par Jean-Marie Le Pen, pour continuer l’opération de dédiabolisation entamée par sa fille. Elle est aussi de mettre fin à la crise qui secoue le parti avant les élections régionales de décembre prochain, ultime test avant la présidentielle de 2017.

    Mais encore une fois, le patriarche de 87 ans n'entend pas en rester là. Se disant « indigné » et « victime devant le bureau politique croupion d'un véritable guet-apens », il a prévenu qu'il attaquera la décision « devant les autorités judiciaires compétentes » dès qu'elle lui sera notifiée. Il n'est donc pas dit que l'affaire soit réglée avant la rentrée politique de Marine Le Pen à la fin du mois et l'université d'été les 5 et 6 septembre à Marseille. Un rendez-vous auquel « le menhir » compte d'ailleurs bien participer. « A [sa] place de président d'honneur ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.