GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juillet
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Attaques à Paris: nombreuses réactions de solidarité à travers le monde

    media Le quartier du Bataclan est complètement bouclé par les forces de l'ordre et les pompiers. REUTERS/Christian Hartmann

    Les chefs d'Etat et de gouvernement ont vivement réagi aux attaques menées à Paris vendredi 13 novembre. Le président américain Barack Obama s'est exprimé dans une courte allocution à la télévision. En France, les responsables politiques annoncent la suspension de leur campagne pour les régionales.

    Les attaques de Paris sont une tentative « de terroriser des civils innocents », a déclaré Barack Obama. Les attentats qui ont frappé la capitale française « ne sont pas seulement une attaque contre Paris », mais « une attaque contre toute l'humanité et nos valeurs universelles ». Il a ajouté que les Etats-Unis allaient aider la France à « traduire les terroristes en justice », tout en notant qu'il était encore trop tôt pour savoir qui avait fomenté ces attaques.

    Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, dénonce quant à lui des « attaques terroristes méprisables », tandis que le président de l'Assemblée générale de l'ONU, Mogens Lykketoft, a exprimé « la solidarité (de l'Assemblée) avec le gouvernement français et le peuple de France ».

    Selon des diplomates, le Conseil de sécurité de l'ONU devait publier dans la soirée à New York une déclaration unanime de ses 15 membres condamnant ces attentats.

    L'ancien vice-président américain Al Gore a suspendu son émission mondiale de 24 heures sur le climat, diffusée sur Internet où scientifiques, politiques et chanteurs devaient mobiliser la planète sur les enjeux du climat, à deux semaines de la Conférence de Paris.

    Le Canada est « solidaire de la France » après les « violentes attaques », a dit le Premier ministre Justin Trudeau. Ottawa va « travailler avec la communauté internationale pour aider à prévenir ces actes terribles et insensés », a-t-il affirmé.

    « Nous demeurons forts et unis dans le combat contre le terrorisme. Le terrorisme ne vaincra jamais la démocratie », a dit Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Otan.

    « Choc et consternation devant les attaques horrifiantes à Paris. Solidarité avec les autorités et le peuple français. Pensées pour les victimes », a écrit dans un tweet Michaëlle Jean, la secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

    ■ Les réactions en Asie

    La Chine de son côté est « profondément choquée » par les attentats de Paris, qu’elle « condamne vigoureusement », a indiqué Hong Lei, porte-parole de la diplomatie chinoise. « Le terrorisme est l'ennemi de l'humanité entière. La Chine soutient fermement la France dans ses efforts pour ramener la paix et la stabilité (dans le pays), et pour combattre le terrorisme », a-t-il ajouté.

    Le gouvernement japonais se dit « choqué et en colère », que « des actes de terrorisme inhumains et odieux aient fait tant de victimes ». Tokyo travaillera avec la communauté internationale à « la prévention du terrorisme », a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga.

    « Les Philippines et leur peuple se tiennent solidaires avec le peuple de Paris et de France dans ce moment de profond chagrin et de grande indignation contre les auteurs de ces crimes », a déclaré le président philippin Benigno Aquino dans un communiqué.

    Le président afghan Ashraf Ghani a adressé une lettre à son homologue français, pour lui faire savoir que l'Afghanistan « partage le chagrin » des proches des personnes tuées et blessées dans les attaques. « Ces meurtres impitoyables montrent que les terroristes ne connaissent aucune frontière », écrit M. Ghani, dont le pays est fréquemment en proie aux attentats sanglants. « L'Afghanistan, plus que quiconque, est depuis longtemps victime du terrorisme et comprend le chagrin et la douleur du peuple français ».

    Les réactions en Afrique

    Interrogé par RFI, le Premier ministre malien Modibo Keïta déclare : « Nous exprimons notre profonde solidarité au peuple et au gouvernement de France. Nous savons que ce peuple est en train de payer le prix de son attachement aux valeurs universelles de liberté, de démocratie et de solidarité. Il n’y a pas de sécurité zéro. Il n’y a pas une façon absolue d’éviter cela, mais il faut une grande détermination. Et je suis sûr que le peuple français pourra surmonter cette dure épreuve, puisque lui-même s’est très souvent aligné d’ailleurs aux autres peuples du monde pour lutter contre la violence et le terrorisme. (...) En réalité, le terrorisme aujourd’hui n’a pas de frontières. C’est un phénomène qui n’est plus un phénomène circonscrit dans un seul pays, dans une seule zone. C’est un phénomène qui est devenu mondial. Et par conséquent, il faut une espèce de coalition. »

    Le président sénégalais Macky Sall s'est également exprimé auprès de RFI sur les attentats. « Je suis profondément indigné par les graves attentats terroristes qui viennent d'endeuiller notre pays ami. C'est une terrible épreuve. Je voudrais, en ces moments de grande douleur que nous partageons, vous exprimer mes sentiments de profonde compassion et de solidarité. Le Sénégal condamne très fermement ces actes barbares qui s'attaquent, au-delà de la France et du peuple français, à notre humanité commune. » a-t-il dit, ajoutant : « J'exprime en la circonstance mon soutien total au président François Hollande. » Le président Macky Sall se trouve à Antalya, en Turquie, où il doit prendre part au sommet du G20 qui s’ouvre ce dimanche.

    Le ministre tchadien des Affaires étrangères Mahamat Béchir a déclaré à RFI : « Les terroristes, c'est des diables qu’il faut chasser, qu'il faut retrouver, qu'il faut anéantir partout où il y en a. Ce qui s’est passé aujourd’hui à Paris, nous le regrettons amèrement et nous disons une fois de plus que les terroristes sont là. Que la communauté internationale se mobilise pour lutter contre ces terroristes sauvages. »

    Ali Bongo s'est exprimé sur Twitter : « J’exprime toute ma solidarité au peuple français touché une nouvelle fois par des attaques terroristes abjectes », écrit-il. « Face à l’horreur de ces actes qui touchent la France, ce sont tous les peuples libres du monde qui sont visés ». « Je souhaite aussi faire part de tout mon soutien au président de la République française », conclut le président gabonais.

    Les réactions au Moyen-Orient

    Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a appelé le président français François Hollande pour présenter ses condoléances et celle de l’Egypte, rapporte notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti. Les relations entre les présidents Sissi et Hollande vont au-delà du simple protocole. Des sources françaises parlent d' « amitié » entre les deux hommes. On précise au Caire que les deux présidents ont discuté d’un renforcement de la coopération dans la lutte antiterroriste et surtout anti-État islamique.

    Réaction ce samedi 14 novembre au matin du ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, actuellement à Vienne : « Je souhaite exprimer nos condoléances au gouvernement et au peuple français pour les attaques terroristes odieuses qui ont eu lieu hier, et qui sont une violation de toute éthique, morale et religion. » Via les réseaux sociaux, Saoudiennes et Saoudiens n’hésitent pas non plus à envoyer des messages chaleureux de soutien, de solidarité à la communauté française, a constaté notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez.

    Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu est au « coude à coude » avec la France dans la lutte contre le terrorisme.

    Dans un message adressé à François Hollande et relayé par l'agence de presse officielle Irna, le président iranien Hassan Rohani a qualifié les attaques de « crimes contre l'humanité ». « Au nom du peuple iranien, qui a été lui-même victime du terrorisme, je condamne avec vigueur ces crimes contre l'humanité et présente mes condoléances au peuple français endeuillé et au gouvernement », ajoute M. Rohani, qui a par ailleurs annoncé qu'il reportait son voyage prévu en Europe.

    Seule note discordante, le président syrien Bachar el-Assad a condamné ces attentats tout en les imputant à « la politique erronée poursuivie par les pays occidentaux et spécialement par la France ». Une politique qui « a contribué à l'expansion du terrorisme », estime le dirigeant syrien. « La terreur sauvage qu'a subie la France est ce que le peuple syrien endure depuis cinq ans », a-t-il ajouté.

    Les réactions en Europe

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a présenté ses « condoléances les plus profondes » et réclamé un « consensus de la communauté internationale contre le terrorisme » lors d’une courte déclaration télévisée.

    « Je suis choqué par les événements de ce soir à Paris », a écrit le Premier ministre britannique David Cameron sur son compte Twitter. « Nos pensées et nos prières vont au peuple français. Nous ferons tout ce qui est possible pour aider ». Le chef du gouvernement britannique a également annoncé samedi un réexamen des mesures de sécurité au Royaume-Uni, estimant que son pays faisait face à la « même menace ».

    Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy s'est entretenu avec son homologue français Manuel Valls pour lui faire part de la solidarité de l'Espagne.

    La chancellière allemande Angela Merkel s'est dite « profondément choquée » par les attaques « à l'évidence terroristes ».

    Dans un tweet, le chef de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker se dit « profondément choqué » et exprime sa « solidarité ».

    Le Kremlin condamne les attaques de « massacre inhumain » à Paris. La Russie est prête à aider dans l'enquête. Vladimir Poutine a adressé ses profondes condoléances à François Hollande et à tous les Français après « les horribles attaques terroristes à Paris ».

    Le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, parle d'une « violence terroriste folle » et appelle à une réponse décisive pour empêcher la propagation de « la haine meurtrière ». « Nous condamnons (ces attentats) de la manière la plus ferme, ensemble avec le pape et avec tous ceux qui aiment la paix », explique le père Lombardi.

    Les réactions en France

    Le Conseil français du Culte musulman (CFCM), instance représentative de l'islam en France, condamne avec la plus grande vigueur des attaques « odieuses et abjectes ». Le Conseil appelle la Nation toute entière à l'unité et à la solidarité.

    Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, a annoncé que « devant l'horreur » le Parti socialiste suspendait sa campagne électorale pour les régionales et convoque un bureau national extraordinaire samedi. Tandis que la présidente du Front national, Marine Le Pen, a évoqué « l'horreur » et annoncé la « suspension » des campagnes du FN pour les régionales.

    Le président de l'Assemblée, Claude Bartolone (PS), et tous les présidents des groupes politiques ont appelé à « l'union nationale » pour « faire face à cette terrible épreuve » des attentats dans un communiqué commun. 

    Le président du parti Les Républicains, Nicolas Sarkozy, a annoncé dans un communiqué qu'il soutenait l'état d'urgence et la fermeture des frontières décrétés peu auparavant par François Hollande. « Les terroristes ont déclaré la guerre à la France. Notre réponse doit exprimer une fermeté et une détermination de chaque instant », a ajouté l'ancien chef de l'Etat. Il a également salué le « courage exemplaire » dont font preuve les forces de sécurité.

    Cette série d'attentats a provoqué une vague d'horreur et d'émotion relayée par la presse partout dans le monde.

    Kiosque à journaux à Oberkampf, près du Bataclan ce 14/11/15. RFI/Olivier Rogez
    Attentats à Paris: vague d'émotions dans la presse internationale 14/11/2015 - par Grégory Lesca Écouter

    A South Bend dans l'Indiana, un étudiant brandit un panneau en solidarité avec Paris avant un match de basketball. Matt Cashore-USA TODAY Sports

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.