GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentats de Paris: le rôle essentiel des réseaux sociaux

    media A South Bend dans l'Indiana, un étudiant brandit un panneau «Pray for Paris» en solidarité avec Paris avant un match de Basketball. Sur Twitter, le hashtag du même nom a déjà atteint plus de 3,5 millions de mentions. Matt Cashore-USA TODAY Sports

    S’informer, rassurer ses proches, héberger des inconnus bloqués dans les rues… Pendant toute la soirée de vendredi 13 novembre au cours de laquelle Paris a été frappée par plusieurs attaques quasi simultanées, les réseaux sociaux ont joué un rôle essentiel.

    De nombreuses personnes ont été bloquées plusieurs heures dans Paris en raison des attaques. Plusieurs utilisateurs ont posté des photos les montrant coincés dans des restaurants ou les cafés où ils passaient la soirée, empêchés par les policiers de sortir dans la rue pour leur propre sécurité. Certains n’ont même pas pu rentrer chez eux, plusieurs lignes de métro étant fermées, des rues coupées.

    Pour toutes les personnes qui se trouvaient en région parisienne cette soirée du vendredi 13 novembre, il était donc important de donner des nouvelles, de rassurer ses proches. Pas facile de prévenir tout le monde. Facebook a donc réagi assez rapidement dans la soirée et a mis en place une application qui permet aux utilisateurs de se « signaler en sécurité » à leurs amis pendant les attaques terroristes de Paris.

    A la base, cette application avait été lancée à l’occasion de catastrophes naturelles. Elle avait été inaugurée par Mark Zukerberg, le PDG de Facebook, à l’occasion du séisme au Népal. Facebook l’a donc adaptée à ces attentats et elle a pu être utilisée rapidement. Enormément de personnes ont ainsi pu l'adopter et rassurer leurs proches.

    Des hashtags de solidarité

    Très tôt ce vendredi, des tweets contenant le mot clé « porte ouverte » émergent sur Twitter. Des habitants de toute la capitale proposent à des inconnus de venir se réfugier chez eux. Adresse et digicode précèdent le hashtag. A 1h du matin, Clara tweete : « Vous êtes les bienvenus, rue Général Renault dans le 11e. Possibilité de dormir ».

    En deux heures, 200 000 tweets avec le mot clé « porte ouverte » sont postés. Samedi 14 au matin, un hashtag succède à l’autre : « recherche Paris ». Des centaines de messages avec ce mot clé apparaissent sur Twitter, mais aussi sur Facebook. Les internautes postent des photos de leurs proches dans l’espoir d’avoir des nouvelles. Eléonore écrit : « S’il vous plaît, si vous l’avez vu, faites-le savoir. Elle était au Petit Cambodge. SVP partagez ». Plus de 5.000 retweets pour cet appel à l’aide.

    Raphaëlle habite Nantes. Elle aussi a tweeté, inquiète de ne pouvoir joindre sa sœur qui vit à Paris. « Je n'avais pas de nouvelles d'elle et je savais qu'elle habitait à République. Après plusieurs messages et plusieurs proches de ma famille qui n'arrivaient pas à la joindre, on a commencé à vraiment s'inquiéter alors j'ai fait le formulaire pour les personnes portées disparues mis en place par le ministère de l'Intérieur. »

    Soulagement à la mi-journée, quand on lui apprend que sa sœur blessée est hors de danger. « Elle a reçu quatre balles mais elle va s'en sortir. » Raphaëlle a été très touchée par la solidarité des internautes. « J'ai été très émue de voir la mobilisation des gens sur les réseaux sociaux, c'est assez extraordinaire, c'est vraiment très touchant de voir que les gens se soutiennent de cette façon, c'est très beau. »

    Dons du sang

    Les internautes ne se sont pas contentés de tweeter. Ils ont aussi donné leur sang par centaines. Laissant sur les réseaux sociaux des photos de files d’attente, prises pendant les longues heures passées devant les centres de don  Ce hashtag a été utilisé au moins des dizaines de milliers de fois dans la soirée, d’après les informations du site spécialisé Topsy.

    Une solidarité qui s’est matérialisée par des milliers de messages de soutien sur les réseaux sociaux avec par exemple le hashtag #PrayforParis qui a déjà atteint plus de 3,5 millions de mentions. Un hashtag qui rappelle bien sûr celui des attentats de janvier #jesuischarlie.

    A (re)lire aussi:

    Retour sur le déroulement des attaques terroristes meurtrières à Paris

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.