GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Terrorisme: Paris frappée à au moins six reprises et en six lieux

    media Des attaques simultanées, une prise d'otages, menées par plusieurs tireurs : c'est le scénario-cauchemar, que craignaient depuis des mois les services anti-terroristes, qui semble s'être produit vendredi soir à Paris. REUTERS/Christian Hartmann

    Des attaques terroristes sans précédent ont fait au moins 128 morts et environ 300 blessés, dont environ 80 se trouvent en situation d'urgence absolue, vendredi soir à Paris et près du Stade de France à Saint-Denis. L'état d'urgence et trois jours de deuil national ont été décrété sur l'intégralité du territoire. Retour sur une soirée d'attentats sanglants pour la capitale française, touchés quasi simultanément en six lieux différents au moins.

    Stade de France

    Vendredi soir, un premier commando se rend coupable d'attaques aux abords du Stade de France, en Seine-Saint-Denis, où se déroule un match amical de football entre la France et l'Allemagne. Vers 21h20, trois explosions retentissent autour de l'enceinte. Une personne est tuée ainsi que les trois kamikazes.

    François Hollande, qui assiste au match, gagne alors rapidement le PC sécurité, rejoint par Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur. Les deux hommes apprennent alors qu’une autre attaque vient d’avoir lieu dans Paris. Le chef de l’Etat et son ministre quittent le stade vers 22h30, direction place Beauvau, siège du ministère de l’Intérieur. Ils activeront avec le Premier ministre, Manuel Valls, la cellule interministérielle de crise.

    • Rue Bichat

    Dans le Xe arrondissement, rue Alibert, une fusillade éclate à l'angle de la rue Bichat. La terrasse du restaurant « Le petit Cambodge » est visée.

    Un véhicule, voiture ou fourgonnette, s'arrête, les portières s'ouvrent, les vitres se baissent et des hommes à bord, sans dire un mot, ouvrent le feu. Au moins douze morts sont recensés.

    Les autorités recommandent immédiatement aux Parisiens d'éviter de sortir sauf nécessité absolue et les hôpitaux déclenchent leur plan d'urgence.

    • Rue de la Fontaine au Roi

    Plus au sud, dans le XIe arrondissement de la capitale, près de la place de la République, la terrasse d'une pizzeria, « La Casa Nostra », est visée, selon le même mode opératoire que la rue Bichat.

    Cinq personnes au moins sont abattues. Il pourrait s'agir du même commando que pour l'attaque de la rue Bichat.

    • Rue de Charonne

    A l'est du XIe arrondissement, un café et un restaurant japonais sont également la cible de rafales d'armes automatiques.

    Des témoins entendent des tirs pendant « deux, trois minutes », et évoquent des « scènes de guerre ».

    19 personnes sont tuées. Les enquêteurs s'interrogent : s'agit-il à nouveau du même commando ? 

    • Boulevard Voltaire

    Une attaque a également lieu vendredi soir boulevard Voltaire, toujours dans le XIe arrondissement. Un kamikaze meurt.

    Toute la nuit, des sirènes hurlantes dans tout Paris, des rues bouclées par la police, des proches de victimes en sanglots qui tentent de passer : scènes d'apocalypse vendredi soir à Paris.

    • Au Bataclan

    Dans le XIe arrondissement, quatre assaillants ouvrent le feu dans la salle de spectacles du Bataclan, où se déroule alors un concert du groupe de rock californien Eagles of Death Metal. Plusieurs hommes armés à visage découvert ouvrent le feu dans la salle de spectacles aux cris de « Allah Akbar » et s'exclament : « C'est la faute de Hollande, il n'a pas à intervenir en Syrie ! »

    Cette attaque dure près de trois heures. La police lance l'assaut vers 00h30. Quatre des assaillants meurent au Bataclan, dont trois en actionnant une ceinture d'explosifs, le dernier étant tué lors de l'assaut des forces de l'ordre.

    L'attaque fait au moins 82 morts, selon des sources policières.

    Le chef de l’Etat se rend devant la salle de concert du Bataclan et déclare : « Nous voulons être là, parmi tous ceux qui ont vu des choses atroces, pour dire que nous allons mener le combat. » Après trois quarts d’heure sur place, François Hollande repart place Beauvau à la cellule de crise pour y passer une partie de la nuit.

    Samedi un peu avant l'aube, des équipes de la police scientifique continuent de s'affairer devant l'établissement culturel, près de corps recouverts de draps blancs.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.