GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentats de Paris: le sort d'Abdelhamid Abaaoud toujours inconnu

    media Le procureur François Molins, lors de sa conférence de presse le 18 novembre 2015. France Télévision

    Des tirs nourris ont été échangés ce mercredi 18 novembre à Saint-Denis, lors d'une opération de la sous-direction antiterroriste et du Raid, lancée avant l'aube et qui s'est terminée vers 11h30. Ce dispositif, élaboré dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, visait notamment à mettre la main sur le coordinateur présumé des attaques, Abdelhamid Abaaoud. Au moins deux terroristes présumés ont été tués, dont une femme qui s'est fait exploser, une première en Europe.

    Ce direct est maintenant terminé. Vous pouvez relire ici le déroulement des évènements de ce mercredi 18 novembre. Les heures sont données en heures de Paris (TU +1).

    L'essentiel des informations de ce mercredi 18 novembre 2015 :

    ■ Une opération de police particulièrement musclée a été menée à Saint-Denis contre un appartement où ils pensaient trouver Abdelhamid Abaaoud, le coordinateur présumé des attentats de Paris. Huit personnes ont été interpellées et deux personnes, dont une kamikaze, ont trouvé la mort.
    ■ Il s'agirait d'une quatrième équipe. Tout laisse à penser qu'ils allaient passer à l'acte, a déclaré le procureur de Paris lors d'une conférence de presse.
    ■ Face au terrorisme, il n'y a « plus de clivage partisan qui tienne », a assuré le président François Hollande devant les maires de France. Il a confirmé que 30 000 réfugiés allaient être accueillis partout en France.
    ■ Le groupe EI affirme avoir tué deux otages : un Chinois et un Norvégien.
    ■ L'aviation russe a bombardé massivement des positions de l'organisation Etat islamique en Syrie, en ciblant des camions-citernes transportant le pétrole du mouvement terroriste.


    20h : Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius annonce que les marches pour le climat prévues en marge de la COP 21 sont interdites. Organisées par des ONG, elles devaient avoir lieu le 29 novembre, veille de l'ouverture de la conférence internationale sur le climat, et le 12 décembre, au lendemain de sa clôture.

    19h11 : Le procureur de Paris François Molins fait le point sur l'enquête liées aux attentats de Paris :

    ■ Abdelhamid Abaaoud, considéré comme le coordinateur des attentats de Paris, et Salah Abdeslam, l'un des terroristes, ne font pas partie des huit personnes placées en garde à vue après l'assaut à Saint-Denis, mercredi matin.

    ■ Aucune identification n'est encore possible.

    ■ Les enquêteurs ont reçu un témoignage lundi 16 novembre indiquant qu'Abdelhamid Abaaoud se trouvait en France.

    ■ Tout laisse à penser que les terroristes neutralisés à Saint-Denis s'apprêtaient à « passer à l'acte », indique le procureur de Paris.

    18h50 : Le président François Hollande et le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon se sont entretenus par téléphone ce mercredi. « François Hollande a rappelé sa volonté de voir adoptée le plus rapidement possible une résolution pour renforcer les moyens de la lutte contre le terrorisme et contre Daesh et Ban Ki-moon l'a assuré de son soutien », rapporte l'Elysée.

    18h30 : La police suédoise recherche un homme suspecté de « préparation d'acte terroriste », ont annoncé les services de sécurité. L'homme, dont l'identité n'a pas été révélée, fait l'objet d'un « mandat d'arrêt dans le cadre d'une enquête ouverte pour préparation d'acte terrtoriste », a précisé le chef des services de renseignement intérieur et du contreterrorisme, Anders Thornberg. Pour l'heure, il n'y a aucun lien établi avec les attentats de Paris et Saint-Denis. Le niveau d'alerte contre le risque d'attentats a été relevé d'un cran en Suède.

    18h16 : Pour la première fois depuis les attentats, le groupe américain Eagles of Death Metal s'est exprimé ce mercredi. La formation californienne, de retour aux Etats-Unis, s'est dite dans un communiqué « horrifiée » et « toujours en train d'essayer de surmonter ce qui s'est passée ». Elle a également annoncé l'annulation de ses concerts.

    Quel bilan pour les frappes françaises sur Raqqa? 18/11/2015 - par Sami Boukhelifa Écouter

    17h22 : L'aviation russe a massivement bombardé des sites de l'organisation Etat islamique dans les provinces de Raqqa, Alep, Idlib et Der Eizzor, a déclaré mercredi le général Andreï Kartapolov. Le résultat de ces frappes fait état de 149 cibles détruites. Cinquante-neuf vols sur les 100 prévus ont été effectués. Le chef des opérations militaires russes en Syrie a indiqué que l'ordre a été donné de cibler les camions-citernes transportant des produits pétroliers dans les zones sous le contrôle du groupe jihadiste.

    17h10 : La kamikaze qui s'est fait exploser dans un appartement de Saint-Denis ce matin lors de l'assaut de la police, serait une cousine d'Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire présumé des attentats de Paris, selon une source proche de l'enquête citée par Reuters.

    Manuel Valls, Premier ministre 18/11/2015 Écouter

    16h45 : Invité par le député Les Républicains Bruno Lemaire à sortir de l'ambigüité et à nommer « l'islamisme radical », lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, Manuel Valls n'a pas esquivé la question. « Nous devons être lucides sur ce qu’il se passe dans notre société. Nous devons le combattre en prison parce que c’est là qu’il y a, bien sûr, ces processus de radicalisation, sur Internet (…), dans les mosquées, en fermant mosquées et associations », a déclaré le Premier ministre. « Nous avons un ennemi, et il faut le nommer, c’est l’islamisme radical. Et un des éléments de l’islamisme radical, c’est le salafisme », a-t-il ajouté.

    16h34 : Selon une information de France 2, le groupe de terroristes neutralisé ce matin à Saint-Denis se préparait à frapper l'aéroport de Roissy et La Défense.

    16h30 : Le groupe Etat islamique affirme, via son magazine officiel, avoir exécuté deux otages, un Chinois et un Norvégien.

    16h15 : Le crash de l'Airbus russe dans le Sinaï le 31 octobre dernier aurait été causé par une bombe, selon le magazine de l'organisation Etat islamique. Le groupe jihadiste affirme qu'il comptait dans un premier temps abattre un avion occidental, mais qu'il a changé d'objectif après les frappes russes en Syrie. Il évoque une faille de sécurité à l'aéroport de Charm el-Cheikh qui a permis de placer la bombe dans l'A321.

    16h10 : Le porte-avions français Charles-de-Gaulle sera « sur zone », en Méditerranée, « à la fin de la semaine », a indiqué le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. « Le groupe aéronaval dans son ensemble (porte-avions et bâtiments de soutien) a appareillé ce matin, il sera sur zone à la fin de la semaine », a-t-il affirmé devant les députés.

    16h : Le procureur de Paris François Molins donnera une conférence de presse à 19 heures, après l'assaut mené par les forces de l'ordre à Saint-Denis, indique un communiqué du parquet.

    15h45 : Il est possible que plus de deux personnes soient mortes lors de l'assaut du Raid à Saint-Denis. « Il y aurait au moins deux morts, et peut-être davantage », a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. La première déclaration du procureur de la Paris François Molins à l'issue de l'intervention de la police, faisait état de deux morts, une femme kamikaze qui s'est fait exploser et un homme touché par des grenades et des projectiles.

    15h20 : Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a fait savoir que 118 nouvelles perquisitions administratives ont eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi. Décidées dans le cadre des mesures prises après les attentats de vendredi, elles n'ont pas de lien direct avec les attaques. Vingt-neuf personnes ont été interpellées, vingt-cinq ont été placées en garde à vue et 34 armes ont été saisies durant cette nuit.

    13h40 : Les maires de France réunis pour le discours de François Hollande ont entonné La Marseillaise après le discours du chef de l'Etat.

    13h35 : Le président de la République confirme que 30 000 réfugiés vont être accueillis partout en France, « L'accueil des réfugiés va de pair avec des vérifications pour assurer qu'il n'y a aucun risque pour la France », a-t-il déclaré.

    13h30 : Face au terrorisme, il n'y a « plus de clivage partisan qui tienne », a assuré le président français, appelant les maires de France à se mobiliser notamment pour protéger les bâtiments publics, ou les bâtiments susceptibles d'être des cibles dans leurs communes. Il a annoncé que les préfets organiseront des réunions dans tous les départements pour mettre en place ces mesures exceptionnelles.

    13h20 : François Hollande a également énuméré ses « réponses » contre le groupe terroriste. Il a notamment évoqué les l'intensification des opérations en Syrie, le départ du porte-avions Charles de Gaulle du port de Toulon, qui permettra dit-il, de « multiplier par trois notre capacité à mener des frappes ». Le tout pour une « oeuvre commune : anéantir Daech ». Il a aussi rappelé ses visites à venir la semaine prochaine à Washington et à Moscou, assurant que le « rôle majeur » de la France dans ce « conflit mondial ».

    Ne cédons pas à la tentation de repli. Ne cédons pas non plus à la peur et à la surenchère.
    François Hollande, président de la République 18/11/2015 - par RFI Écouter

    13h15 : Sous les applaudissements, le chef de l'Etat a d'abord salué l'action du raid et de la BRI à Saint-Denis. « Nous sommes dans la guerre. Une guerre contre un terrorisme qui lui même a décidé de nous mener la guerre ». L'organisation Etat islamique « dispose d'une armée, de ressources financières », a rappelé le président français.

    13h10 : François Hollande réagit devant l'assemblée des maires de France au Palais des Congrès de Paris.

    12h30 : Les 129 victimes des attentats du vendredi 13 novembre à Paris ont toutes été identifiées, a annoncé le gouvernement à l'issue du Conseil des ministres.

    12h20 : Au cours de la phase de sécurisation, les policiers, qui intervenaient à Saint-Denis, ont forcé les portes d'une église de la ville à coups de hache. Ils en sont ressortis environ un quart d'heure plus tard, visiblement sans nouveaux éléments.

    12h10 : Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et le procureur de la République, François Molins, se sont rendus à Saint-Denis et ont pris la parole devant la presse.

    Bernard Cazeneuve a notamment salué le travail des « 110 » policiers du Raid et de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI), « qui sont intervenus de façon extrêmement courageuse (...) essuyant le feu pendant de nombreuses heures ». Par ailleurs, le procureur de la République a confirmé que « la téléphonie, les surveillances et les témoignages [ont pu] laisser penser que le nommé (Abdelhamid) Abaaoud était susceptible de se trouver dans un appartement conspiratif à Saint-Denis », a dit François Molins, qui s'est rendu sur place.

    Des éléments pouvaient laisser penser que le nommé Abaaoud était susceptible de se trouver dans un appartement à Saint-Denis.
    François Molins, procureur de la République de Paris 18/11/2015 - par RFI Écouter

    11h45 : L'un des deux terroristes présumés morts dans l'assaut ce mercredi matin à Saint-Denis, aurait été abattu par un sniper. L'autre, une femme, a activé son gilet d'explosifs.

    11h30 : L'assaut antiterroriste à Saint-Denis est terminé en lui-même, assure une source policière, citée par l'AFP. Mais une phase de sécurisation de la zone est toujours en cours.

    « Les fonctionnaires du Raid et de la BRI (Brigades de recherche et d'intervention, NDLR) doivent tenter de neutraliser la zone, parce que je pense qu'il y a encore des explosifs qui doivent être présents dans l'appartement » a précisé à RFI, Jean-Louis Fiamenghi, ex-patron du Raid et du service de protection des hautes personnalités (SPHP).

    11h05 : Selon les informations diffusées par la chaîne I-Télé et la radio France Info, les policiers ont arrêté deux personnes supplémentaires, portant à sept le nombre d'interpellations.

    11h00 : Un chien d'assaut a été tué dans les opérations de Saint-Denis, a tweeté la police nationale. 

    10h45 : Parmi les personnes placées en garde à vue figure un homme, présenté comme le propriétaire ou le locataire de l'appartement assiégé. « Un ami m'a demandé d'héberger deux de ses potes pour quelques jours », a-t-il raconté à l'AFP avant d'être menotté.

    10h00 : Le ministère de l'Intérieur précise que cinq policiers du Raid ont été « légèrement blessés » dans l'opération à Saint-Denis.

    09h50 : Des contrôles policiers sont en cours à toutes les portes de Paris, donnant accès au département de la Seine-Saint-Denis (93). Une femme, jointe par RFI, a ainsi été fouillée, alors qu'elle circulait à vélo avec son enfant. A Saint-Ouen, une journaliste de RFI a constaté que les hélicoptères avaient néanmoins cessé tout survol de la zone.

    09h30 : Alors que l'opération des forces de l'ordre à Saint-Denis est toujours en cours, Nicolas Sarkozy a sévèrement attaqué le gouvernement français, déplorant « trop de temps perdu » depuis les attentats de Charlie Hebdo, a déclaré le président du parti Les Républicains dans un entretien publié par le journal Le Monde.

    09h25 : Au moins trois policiers ont été blessés au cours de l'assaut.

    9h20 : Au moins cinq personnes ont été placées en garde à vue : trois des occupants de l'appartement, ainsi qu'un homme et une femme, arrêtés à proximité immédiate de l'appartement assiégé, a précisé le parquet de Paris.

    9h00 : Le parquet de Paris confirme la mort d'une femme kamikaze. Celle-ci a « activé son gilet explosif au début de l'assaut », donné vers 4h20 mercredi dans un appartement de Saint-Denis

    8h30 : Le Premier ministre, Manuel Valls, et le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, sont autour de François Hollande, dans le bureau du chef de l'Etat, à l'Elysée. Ils suivent l'opération antiterroriste en cours à Saint-Denis.

    Tout a commencé vers 4h10, lorsque des coups de feu nourris ont été échangés dans la rue. Une vingtaine de policiers étaient sur place. Puis, la fusillade s’est déplacée rue de la République, à proximité de la mairie de Saint-Denis, où trois terroristes se sont retranchés dans un appartement, a précisé notre reporter, Franck Alexandre.

    8h20 : Les forces de l'ordre effectuent des fouilles dans les véhicules, y compris des deux roues, à l'entrée de Paris, porte de Clignancourt, a constaté un témoin joint par RFI. La circulation est donc ralentie dans cette zone, à cause de ce dispositif. Par ailleurs, une journaliste de RFI a constaté que des hélicoptères volaient si bas aux entrées de Paris, qu'on « pouvait voir leurs occupants », laissant ainsi l'impression qu'ils « cherchaient quelque chose ».

    On n'est pas dans une logique de coopération. On sait que les individus sont plutôt animés par une logique suicidaire
    Frédéric Gallois, ancien commandant du GIGN, unité d'élite de la gendarmerie française 18/11/2015 - par Vincent Souriau Écouter

    08h05 : Trois personnes ont été interpellées, lors de l'opération antiterroriste à Saint-Denis.

    8h00 : La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a déclaré sur Europe 1, que l'opération à Saint-Denis était « en train de s'achever ».

    7h40 : Selon la chaîne I-Télé, deux terroristes présumés ont été tués, dont une femme, qui se serait fait exploser.

    7h25 : L’assaut a été donné puisqu’il y a quelques dizaines de secondes au moins une vingtaine de très fortes détonations se sont fait entendre en plein centre-ville, a constaté notre envoyé spécial sur place, Franck Alexandre.

    Des renforts militaires ont par ailleurs été déployés sur la zone, à l'entrée du périmètre de sécurité.

    7h00 : Au moins une personne aurait été tuée dans cette opération antiterroriste en cours, dans la banlieue nord de Paris, ont précisé des sources policières.

    6h50 : Le coordinateur présumé des attentats, Abdelhamid Abaaoud, que l'on pensait à Raqqa en Syrie, serait la cible de l'assaut à Saint-Denis, selon des sources policières. Avec lui, l’un des membres du commando de la rue de Charonne serait également présent, précise Franck Alexandre.

    Abdelhamid Abaaoud est l’un des visages les plus connus du jihad francophone. Il s'était plusieurs fois affiché en Syrie. Et pourtant, il serait parvenu à revenir en France pour y coordonner des attentats.

    6h45 : Une nouvelle détonation a été entendue par des témoins, après quelques minutes de pause.

    6h30 : Stéphane Peu, maire adjoint de Saint-Denis, a précisé que les transports en commun (métro, bus et tramways) du centre-ville étaient suspendus et que les écoles du quartier resteraient fermées ce mercredi.

    6h20 : Selon les images diffusées par la chaîne I-Télé, des riverains ont été évacués et hébergés dans la mairie de la ville.

    Plusieurs hélicoptères survolent la zone, a constaté Franck Alexandre. Les policiers du Raid sont lourdement équipés, de casques et de gilets pare-balles, et des lampes torches balaient les façades des immeubles.

    6h00 : Selon la chaîne d'information I-Télé, deux à trois personnes seraient retranchées dans un appartement de la rue de la République à Saint-Denis, non loin du Stade de France, où l'une des attaques terroristes de vendredi a eu lieu. Les tirs ont marqué une pause, selon des témoins sur place, cités par la chaîne de télévision française.

    Le quartier est un hypercentre-ville. La Basilique des rois de France est à 200 mètres du lieu où sont retranchés les forcenés
    Mathieu Hanotin, député de Saint-Denis 18/11/2015 - par Vincent Souriau Écouter

    6h00 : La sous-direction antiterroriste de la police judiciaire est intervenue avant l'aube, assistée des forces policières d'intervention du Raid, l'unité d'élite de la police nationale.

    Dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, deux des auteurs présumés sont activement recherchés, Salah Abdeslam et un second fugitif encore non identifié. Ils auraient côtoyé un jihadiste belge qui vivrait en Syrie, Abdelhamid Abaaoud, possible coordinateur présumé du carnage.

    5h45 : Des policiers ont été blessés au cours de l'assaut donné à Saint-Denis, au nord de Paris. La préfecture demande aux riverains de ne pas sortir de chez eux. Des tirs nourris ont été entendus pendant près d'une heure et demie.

    5h30 : Des riverains ont affirmé à l'Agence France-Presse que les tirs avaient repris. La France est en état d'alerte maximal après les attentats jihadistes de vendredi soir à Paris et au Stade de France, à Saint-Denis, qui ont fait 129 morts et plus de 350 blessés.

    5h30 : Une fusillade a éclaté dans la nuit de mardi à mercredi à Saint-Denis, au nord de Paris, lors d'une intervention policière antiterroriste. Il s'agirait d'une opération en lien avec les attentats qui ont endeuillé la France vendredi soir. Les pompiers sont intervenus en soutien du Raid à partir de 04h31 « pour un groupe armé retranché dans un appartement ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.