GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Attentats à Paris: Abdelhamid Abaaoud a-t-il été tué à Saint-Denis?

    media Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris du 13 novembre 2015 est-il encore en vie? Reproiduç

    La vie reprend son cours à Saint-Denis au nord de Paris après l'assaut de la police contre un groupe de jihadistes retranchés dans un appartement du centre-ville. Les écoles de la cité rouvrent leurs portes à l'exception toutefois des deux établissements scolaires les plus proches du lieu d'intervention. L'opération du 18 novembre a duré sept heures. Elle s'est soldée par huit interpellations et au moins deux morts dont on ne connaît pas l'identité. Au lendemain de cet assaut, une question reste : Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire des attentats de Paris, a-t-il, ou non, été tué à Saint-Denis ?

    François Molins, le procureur de Paris s'est refusé à fournir une réponse formelle concernant la présence du commanditaire des attaques du 13 novembre à Paris, Abdelhamid Abaaoud lors de l'assaut dans la ville de Saint-Denis. Seule certitude pour lui,  Abaaoud ne fait pas partie des personnes interpellées. Mais au moins un homme a été tué au cours de cette opération. Et son identification est toujours en cours. L'état du corps la rend compliquée.

    Le Washington Post annonce la neutralisation d'Abaoud

    Mais à en croire le Washington Post, les enquêteurs auraient tout de même une idée assez précise sur la question. S'appuyant sur le témoignage anonyme de deux responsables de services de renseignement européens, le journal américain écrit que le cerveau présumé des attentats de vendredi 13 novembre fait bien partie des victimes de l'opération à Saint-Denis du mercredi 18 novembre. Mais il n'y a pour le moment aucune confirmation officielle côté français, que ce soit de la justice ou du gouvernement.

    Trois commandos ont agi le 13 novembre

    L'enquête a «considérablement progressé» a dit François Molins. Première certitude: ce sont bien trois commandos qui ont agit de manière coordonnée. L'un au Stade de France, un autre au Bataclan et le troisième ciblant bars et restaurants. Trois commandos qui avaient à leur disposition trois voitures: une Polo, une Seat, une Clio et qui avaient loué deux logements: un à Alfortville, au sud-est de Paris, et l'autre à Bobigny, au Nord. Une organisation logisitique qui reposait beaucoup sur les frères Abdeslam. Ce sont eux qui ont loué les véhicules et les logements.

    Les zones d'ombre de l'enquête

    Mais si l'enquête progresse, il reste aussi des questions: deux des kamikazes n'ont toujours pas été identifiés. Et le procureur n'a rien dit non plus sur l'existence d'un neuvième assaillant, un troisième homme au sein du commando qui a ciblé bars et restaurants. Enfin, quel était le lien avec les personnes tuées ou interpellées à Saint-Denis, le 18 novembre ? Il apparaît de plus en plus clairement que ces attaques impliquaient bien plus de personnes que les huit ou neuf assaillants préalablement repérés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.