GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentats à Paris: Salah Abdeslam, la cible prioritaire de la police

    media L'appartement loué à Alfortville avec la carte bancaire de Salah Abdeslam, le jour qui a précédé les attentats à Paris, le 13 novembre 2015. AFP PHOTO / LOIC VENANCE

    L'organisateur présumé des attentats Abdelhamid Abaaoud est mort, il a été tué à Saint-Denis, c'est officiel depuis jeudi 19 novembre. Il avait été localisé grâce à plusieurs renseignements, dont l'un venant du Maroc. Désormais c'est Salah Abdeslam qui est la cible prioritaire des enquêteurs. La traque se poursuit.

    La mort d'Abdelamid Abaaoud étant maintenant certifiée, Salah Abdeslam est désormais la cible prioritaire des enquêteurs. Salah Abdeslam est soupçonné lui aussi de faire partie du «commando des terrasses». Abdeslam sans doute exfiltré samedi 14 novembre au petit matin par deux complices présumés inculpés depuis en Belgique. Alors ce matin, la traque se poursuit aussi bien en France, qu'à Bruxelles où 9 personnes ont été interpellées jeudi 19 novembre. Une traque menée avec d'autant plus d'énergie que de l'aveu même du Premier ministre Manuel Valls, la crainte qu'il y ait un autre commando sur le sol français est réelle.

    Suite de l'enquête sur la femme kamikaze

    Après l'identification formelle de Abdelhamid Abaaoud, les constatations dans l'appartement de la rue Cormillon à saint Denis, investi par les policiers du Raid mercredi 19 novembre se poursuivent. Un corps de femme a été découvert. Son identité reste à confirmer, peut-être la kamikaze qui s'est fait explosée. Par ailleurs, un sac à main a été découvert, contenant un passeport au nom d'Hasna Aitboulahcen, la cousine d'Abdelhamid Abaaoud. Par ailleurs, la police n'exclut pas qu'un «troisième terroriste» ait pu être tué dans l'appartement. Restent aussi à identifier deux kamikazes, un au Bataclan et un au Stade de France. Ce dernier auprès duquel a été retrouvé un passeport syrien à l'authenticité douteuse.

    Des renseignements venus du Maroc

    Le Premier ministre Manuel Valls a reconnu ne pas savoir comment l'homme qui faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international, a pu entrer en Europe pour coordonner les attaques. Parmi les rares certitudes, on sait que les services de renseignement du Maroc ont signalé il y a quelques jours aux autorités françaises, le passage en Grèce en septembre dernier d'Abaaoud, cet homme que l'on pensait en Syrie. L'homme a été filmé par une caméra de surveillance de la RATP à Montreuil à la station de métro Croix de Chavaux, vers 22H00 le soir des attentats. Abaaoud se trouvait donc à proximité du lieu où la Seat noire, utilisée par le "commando des terrasses", a été abandonnée.

    L'enquête sur l'attaque du Musée juif de Bruxelles en mai 2014 laisse penser qu'Abaaoud avait déjà réussi à gagner l'Europe début 2013. Abaaoud réapparait en Allemagne en 2014 : il réussit à prendre un vol Cologne Istanbul sans être inquiété. Plus stupéfiant encore, si l'on en croit Abaaoud, il était encore en Belgique au début de l'année pour piloter la cellule de Verviers démantelée par la police Belge. Mais aucune information sur cet homme n'a été communiquée par un pays européen avant son arrivée en France a déploré jeudi 19 novembre le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. En langage policier, on appelle ça un « trou dans la raquette ».
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.