GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Hommage national et républicain à Paris pour les victimes des attentats

    media Les Invalides, à Paris, où se tiendra l'hommage aux victimes des attentats du 13 novembre. Wikimedia Commons / Daniel Vorndran / DXR

    Deux semaines après les attentats du 13 novembre, un hommage national aux victimes va être rendu ce vendredi 27 novembre 2015, à Paris. La cérémonie se déroulera aux Invalides, en présence de familles des victimes et de quelques-uns des 350 blessés. Autour du président : l’ensemble du gouvernement et les principaux représentants de la classe politique française. Cet hommage se veut « national et républicain ».

    François Hollande a, dit-on, longuement réfléchi à son allocution et à l'organisation. L'Elysée voulait une cérémonie sobre, dans un lieu solennel, pour rendre hommage aux victimes des attentats du 13 novembre à Paris. La cérémonie se tiendra à l'ombre du dôme doré et du tombeau de Napoléon Ier, dans la cour d'honneur de l'hôtel des Invalides, édifice militaire du XVIIe siècle au cœur de la capitale. Un endroit hautement symbolique.

    Les Invalides, c'est le lieu des hommages rendus aux combattants, aux militaires morts au combat, aux résistants morts pendant la Seconde Guerre mondiale. Jamais la mémoire de victimes d'attentats n'avait été commémorée en cet endroit. Ce faisant, le président élève donc ces personnes au même rang que des héros militaires. Ce qui correspond à la rhétorique de l'exécutif français depuis le 13 novembre, articulée autour de la notion de « guerre ».

    Les caméras devront rester loin des familles. Ces dernières sont en effet invitées, tout comme les blessés et leurs accompagnateurs. Les attaques ont fait 350 blessés. Certains sont encore hospitalisés. Pour beaucoup, le chemin de la reconstruction physique ou psychique sera long. D'ailleurs, plusieurs familles ont annoncé qu'elles ne participeraient pas à la cérémonie.

    On entend parmi les personnes invitées quelques voix sceptiques. Au moins deux d'entre elles ont fait savoir qu'elles ne se rendraient pas aux Invalides, car elles jugent les politiques en partie responsables de la mort de leurs proches. En revanche, des représentants des forces de sécurité, ainsi que des secours déployés le soir des attentats, seront aux Invalides ce vendredi.

    Les représentants des principaux partis politiques présents aux Invalides

    Le moment se veut empreint de gravité et de solennité. La cérémonie est censée donner lieu à deux Marseillaise, l'hymne national interprété par la garde républicaine, qui sera au centre du dispositif. Les noms des 130 personnes assassinées doivent ensuite être solennellement égrainés.

    Puis le chef de l’Etat prendra la parole, seul, pendant une vingtaine de minutes. « A travers son hommage aux victimes, il rendra aussi hommage à une génération », celle du Bataclan et des terrasses de cafés parisiens mitraillés, explique-t-on dans l'entourage de François Hollande. Une génération fauchée par le terrorisme. Moyenne d'âge : 35 ans.

    La classe politique devrait apparaître unie, rassemblée. L’ensemble du gouvernement sera là, avec les principaux responsables de l’opposition à ses côtés. Au premier rang desquels Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et Jean-Luc Mélenchon, sans oublier Marine Le Pen. La présidente du Front national a confirmé sa présence, elle qui n’avait pas participé à la marche du 11 janvier, quelques jours après les premiers attentats de

    Où se procurer un drapeau bleu-blanc-rouge à Paris ? Reportage 27/11/2015 - par Simon Rozé Écouter

    l'année 2015. Selon un sondage Odoxa-MCI pour France Info et Le Parisien-Aujourd'hui en France, publié hier, 89% des Français demandent l'unité nationale.

    Pour que tout le monde participe à cette cérémonie, qui se veut un moment d’unité nationale, M. Hollande a appelé les Français à pavoiser ce vendredi leur domicile de bleu, de blanc et de rouge. Une démarche certainement pas dénuée d’arrières-pensées politiques. Mettre en avant l’héritage républicain à dix jours d’une élection ne peut en effet pas faire de mal.

    Le Carillon, dans le Xe arrondissement de Paris, est l'un des bars visés par les attentats, le 13 novembre 2015, REUTERS/Charles Platiau

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.