GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Aujourd'hui
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: un enseignant reconnaît avoir inventé son agression par l'EI

    media Les voitures de police et de pompiers devant l'école maternelle d'Aubervilliers, dans la banlieue de Paris (département de Seine-Saint-Denis), où l'enseignant affirmait avoir été agressé par l'EI, le 14 décembre 2015. REUTERS/Charles Platiau

    L'enseignant qui affirmait avoir été agressé au ciseau et au cutter lundi 14 décembre dans une école du nord de Paris avoue avoir inventé son agression. Il avait affirmé avoir été victime de l'organisation Etat islamique. Le parquet anti-terroriste avait immédiatement été chargé de l'enquête.

    Ce lundi, un enseignant de l'école maternelle Jean-Perrin à Aubervilliers, en proche banlieue parisienne, affirme avoir été agressé après 7h. Les élèves n'étaient pas encore arrivés. Il a affirmé que l'agresseur, arrivé sans arme, s'est saisi d'un cutter et d'une paire de ciseaux qui se trouvaient dans la salle de classe pour blesser l'enseignant. Le pronostic vital de l'instituteur, blessé superficiellement au flanc et à la gorge, n'est pas engagé.

    L'agresseur, a-t-il affirmé, portait des chaussures militaires de type rangers, en tenue de peintre, ganté et cagoulé. Le parquet de Bobigny a précisé que l'individu aurait lancé : « C'est Daech, c'est un avertissement. ». Cet échange, très bref, aurait été rapporté par un témoin travaillant à l'intérieur de l'école. L'enseignant âgé de 45 ans, hospitalisé, n'a pas encore pu être entendu par les enquêteurs. La ministre de l'Éducation Najat Vallaud-Belkacem s'était rendue rapidement dans l'école d'Aubervilliers, dénonçant un « acte d'une grande gravité ».

    Bien que les sources policières se montrent prudentes sur l'hypothèse islamiste, dans le contexte de menace toujours très élevée en France, la section antiterroriste du parquet de Paris s'est aussitôt saisie de l'enquête ouverte pour tentative d'assassinat sur un enseignant en relation avec une entreprise terroriste, selon des sources judiciaires.

    Coup de théâtre, cet après-midi devant les enquêteurs, l'instituteur reconnaît avoir inventé son agression, indique le parquet de Paris. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.