GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: l'hommage de la République aux victimes des attentats de 2015

    media Le président Hollande, son Premier ministre Manuel Valls et la maire de Paris Anne Hidalgo, ce dimanche 10 janvier 2015 devant la plaque commémorative de la place de la République à Paris. REUTERS/Philippe Wojazer

    Le chanteur Johnny Hallyday, seul avec deux guitaristes pour interprêter Un dimanche de janvier, chanson écrite en hommage aux victimes tombées l'an dernier sous les balles des terroristes en France. Puis le chœur de l'armée a interprété Le temps des cerises, chanson associée à l'histoire de la ville. La foule s'est rassemblée nombreuse, ce dimanche 10 janvier sur la place de la République, à Paris, pour se recueillir.

    La Place de la République a désormais repris sa figure habituelle. Les familles, tenues à l’écart des regards, se sont très vite éparpillées. Mais à la mi-journée ce dimanche, l'endroit était encore totalement bouclé. Barrières, policiers en tenue, en civil. L'évènement a eu lieu sous haute surveillance, protection du président de la République oblige, d'autant qu'il y avait également le Premier ministre, la maire de Paris, des ministres, mais aussi des familles, donc, et même des rescapés.

    Tout le long, une atmosphère très calme a régné place de la République, pour une cérémonie précédée par une minute de silence, à l'issue de laquelle a été dévoilée une plaque commémorative incrustée au sol sous l'immense chêne du souvenir planté cette semaine. Sur cette plaque, dévoilée par François Hollande, Manuel Valls et Anne Hidalgo, il est écrit : « A la mémoire des victimes des attentats terroristes de janvier et novembre 2015, à Paris, Montrouge et Saint-Denis. Ici même, le peuple de France leur rend hommage. »

    «Le temps des cerises», interprétée par le chœur de l'armée française, est une composition de Jean-Baptiste Clément (1866), ancien communard. La chanson est associée à l'épisode révolutionnaire de la Commune de Paris. 10/01/2016 - par RFI Écouter

    Sauver Paris, « c'est sauver le monde »

    Un millier de personnes étaient présentes pour cette cérémonie sur la place de la République, devenue, en l'espace d'un an, un symbole. Cet endroit du centre-ville de la capitale française est désormais une place mémorielle. Et l’ambiance, ce dimanche, y était très différente de celle de la marche populaire d’il y a un an, le 11 janvier 2015. Une dame confiait : « Après les attentats, on était dans l’émotion brute, le choc. Aujourd’hui, la cérémonie a été très solennelle, très sobre. »

    Pendant cette brève cérémonie, qui a duré moins d'une demi-heure, l’émotion était donc, le plus souvent, contenue. Le souvenir, voilà quel était plutôt l'objectif du jour. Quelques-uns sont d'ailleurs venus avec leurs enfants, dans des poussettes, parfois serrés les uns contre les autres. Et c’est dans un grand silence que les gens ont écouté Johnny Hallyday, veste, chemise et cravate noire, mais aussi les chants du chœur de l’armée française, Les prénoms de Paris et Le temps des cerises, puis la lecture d’un texte de Victor Hugo. « Sauver Paris, c’est sauver la France, c’est sauver le monde », stipule ce texte.

    Johnny Hallyday chante «Un dimanche de janvier», une chanson aux paroles signées Jeanne Cherhal, qui salue notamment la «marche républicaine» géante du 11-Janvier. 10/01/2016 - par RFI Écouter

    « Battue par les flots », Paris « ne sombre pas »

    Le président Hollande a déposé une gerbe de fleurs. Puis, la cérémonie terminée, il a rendu une visite surprise à la Grande mosquée de Paris, où il « a eu un moment d'échange, de convivialité et de fraternité autour d'un thé », informe l'Elysée. Accueilli par le recteur de la mosquée, Dalil Boubakeur, et le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Anouar Kbibech, le chef de l'Etat et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve ont discuté, pendant une demi-heure avec leurs interlocuteurs.

    Tandis que sur la place, pendant ce temps, les barrages de sécurité commençaient à être levés, les gens ont pu, de leur côté, s’approcher de la statue. Certains sur place ont trouvé la cérémonie trop courte. A 17h30 cependant, le chêne du souvenir de la République sera illuminé, comme cette fresque où trône désormais la devise de la capitale en graffiti, « Fluctuat nec merguitur », qui rappelle que Paris, même lorsqu'elle est « battue par les flots », « ne sombre pas ».

    Hommage aux victimes des attentats de 2015: réécoutez l'édition spéciale de RFI avec l'historien Pascal Ory 10/01/2016 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.