GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: qui est le nouveau ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas?

    media Le nouveau ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, ici le 18 février 2015. AFP PHOTO/ PATRICK KOVARIK

    Juriste, spécialiste des questions de police et de renseignement, le nouveau garde des Sceaux est un proche de Manuel Valls. Député du Finistère et président de la Commission des lois, sa priorité va être d’aider le Premier ministre pour faire adopter la réforme constitutionnelle, qui porte notamment sur la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français et condamnés pour terrorisme.

    Longtemps pressenti pour être ministre de l'Intérieur, Jean-Jacques Urvoas a été nommé ministre de la Justice ce 27 janvier par le président Hollande en remplacement de Christiane Taubira, démissionnaire. Elu député du Finistère pour la première fois en 2007, il devient, cinq ans plus tard, en juillet 2012, président de la puissante Commission des lois. Il disait alors être porté par l'idée « d'écrire la loi ». Il a notamment préparé celle qui a légalisé en 2015 les pratiques clandestines des services de renseignement pour lutter contre la menace terroriste en France. Il a également présidé la délégation parlementaire au renseignement.

    A 56 ans, père de deux enfants, ce juriste spécialiste des questions de police et de renseignement – comme Manuel Valls – a également occupé les fonctions de secrétaire national du PS à la sécurité en 2009. A l’époque, les débats sont houleux avec la majorité sur ces thèmes. Jean-Jacques Urvoas prône la suppression de la préfecture de police de Paris, « hérésie juridique qu'il est urgent d'abolir ».

    En tant que nouveau ministre de la Justice, cet ancien proche de Dominique Strauss-Kahn va devoir s’atteler à défendre avec le Premier ministre la réforme voulue par François Hollande après les attentats du 13 novembre et qui contient, outre l'inscription de l'état d'urgence dans la loi fondamentale, l'élargissement, très contesté à gauche, de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français et condamnés pour terrorisme. Début janvier, Jean-Jacques Urvoas a été chargé de trouver un compromis destiné à satisfaire les députés socialistes sur l'extension de déchéance de nationalité pour les personnes responsables d'actes terroristes. Ironie de l’histoire puisque c’est ce dossier qui a provoqué la démission de Christiane Taubira.

    Un Breton de plus aux côtés de François Hollande

    De Jean-Yves Le Drian à Marylise Lebranchu, en passant par Benoît Hamon, Stéphane Le Foll, Jean-Marc Ayrault..., nombreux sont les politiques originaires de Bretagne qui ont été ou qui sont encore auprès de François Hollande. Ainsi, le nouveau garde des Sceaux est le dernier Breton sur la liste à rejoindre l'équipe présidentielle.

    Et Jean-Jacques Urvoas est plus qu’un Breton de cœur. Né à Brest le 19 septembre 1959, il est adhérent au PS depuis 1977, ancien premier secrétaire de la fédération socialiste du Finistère, ancien conseiller régional de Bretagne, directeur de cabinet de Bernard Poignant, ancien maire de Quimper devenu conseiller de François Hollande à l'Elysée, maître de conférences en droit public à l'université de Bretagne occidentale jusqu'en 2007. Le ministre est très attaché à sa région, sauf peut-être musicalement parlant, puisque Jean-Jacques Urvoas confie sur son blog son admiration pour Mylène Farmer...

    Féru de lettres et d'histoire, il n’aime, selon ses proches, rien moins tant que maîtriser son sujet, jusqu'à remonter très loin dans le temps. Jean-Jacques Urvoas est un homme de l’ombre, rarement à l'affiche et encore moins dans la réaction. Il prend le temps nécessaires pour se faire un avis auquel il se tient. Un tempérament qui lui avait valu d'être surnommé « Danton » par les attachés parlementaires.

    Rapidement après l’annonce par l’Elysée de sa nomination, le sénateur de droite Jean-Pierre Raffarin a évoqué un « homme de grande qualité » alors qu’un député comparait Jean-Jacques Urvoas à maître Yoda, en référence à la saga Star Wars : « C’est un peu notre maître Yoda de l'Assemblée. Savoir, mesure, justesse ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.