GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Explosion sur un site de traitement de déchets nucléaires à Marcoule en France

    media Le site nucléaire de Marcoule (Gard). REUTERS/Sebastien Nogier

    Ce lundi 12 septembre 2011, sur le site de traitement de déchets nucléaires de Marcoule, dans le Gard (sud-est), un four a explosé, faisant un mort et quatre blessés. Les pompiers ont immédiatement délimité un périmètre de sécurité autour du complexe qui, pour le moment, ne rejetterait aucune radiation à l’extérieur.

    Le site de Marcoule abrite des installation destinées au traitement de déchets nucléaires pour le compte d’une filiale d’EDF (Electricité de France), la Socodei. Selon l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), l’accident a provoqué la mort d’une personne et en aurait blessé quatre autres (dont une grièvement). Aucune fuite radioactive n’a été signalée pour l’heure par l'ASN et EDF. Le ministère de l’Énergie a confirmé lui aussi l'absence de fuite radioactive, tandis que le ministère de l'Intérieur n'a mis en place aucune mesure de confinement ou d'évacuation des salariés.

    Selon EDF, il ne s'agit d'ailleurs pas d'un « accident nucléaire » mais d'un « accident industriel ». Ce four servait à brûler des déchets métalliques, des gants ainsi que des combinaisons de travail, et l'incendie consécutif à l'explosion a été circonscrit, a expliqué un porte-parole d'EDF. La ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciuscko-Morizet doit se rendre sur place, ce lundi, pour évaluer les « éventuels impacts radiologiques de cet accident ».

    En fin d'après-midi, l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a établi que la radioactivité à l'intérieur du four était « très, très faible », alors que dans le même temps, l'ASN estimait que l'accident était « terminé ». Néanmoins, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a demandé des informations aux autorités françaises sur les conditions de l'accident. Selon Maryse Arditi, en charge du risque industriel à la fédération des associations écologistes France nature environnement, ce n'est pas la première fois que le site est pointé du doigt.

    Cette entreprise s'était fait plusieurs fois rappeler à l'ordre par l'Autorité de sûreté nucléaire (...) comme quoi il y avait des relâchements dans la surveillance...

    Maryse Arditi

    chargée du risque industriel à France nature environnement

    12/09/2011 Écouter

    Chronologie et chiffres clés

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.