Présidentielle française : un débat d'entre-deux-tours rugueux sur fond de crise économique - France - RFI

 

  1. 14:00 TU Journal
  2. 14:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  3. 14:30 TU Journal
  4. 14:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  5. 15:00 TU Journal
  6. 15:10 TU Autour de la question
  7. 15:30 TU Journal
  8. 15:33 TU Autour de la question
  9. 16:00 TU Journal
  10. 16:10 TU Radio foot internationale
  11. 16:30 TU Journal
  12. 16:33 TU Radio foot internationale
  13. 17:00 TU Journal
  14. 17:10 TU Sessions d'information
  15. 17:30 TU Journal
  16. 17:33 TU Sessions d'information
  17. 17:40 TU Accents d'Europe
  18. 18:30 TU Sessions d'information
  19. 19:00 TU Journal
  20. 19:10 TU Grand reportage
  21. 19:30 TU Journal
  22. 19:40 TU Sessions d'information
  23. 20:00 TU Journal
  24. 20:10 TU La bande passante
  25. 20:30 TU Journal
  1. 14:00 TU Journal
  2. 14:10 TU Autour de la question
  3. 14:30 TU Journal
  4. 14:33 TU Autour de la question
  5. 15:00 TU Journal
  6. 15:10 TU Radio foot internationale
  7. 15:30 TU Journal
  8. 15:33 TU Radio foot internationale
  9. 16:00 TU Journal
  10. 16:10 TU Couleurs tropicales
  11. 16:30 TU Journal
  12. 16:33 TU Couleurs tropicales
  13. 17:00 TU Journal
  14. 17:10 TU Sessions d'information
  15. 17:30 TU Journal
  16. 17:33 TU Sessions d'information
  17. 17:40 TU Accents d'Europe
  18. 18:30 TU Sessions d'information
  19. 19:00 TU Journal
  20. 19:10 TU Grand reportage
  21. 19:30 TU Journal
  22. 19:40 TU Sessions d'information
  23. 20:00 TU Journal
  24. 20:10 TU La bande passante
  25. 20:30 TU Journal
fermer

France

France François Hollande Nicolas Sarkozy Présidentielle France 2012

Présidentielle française : un débat d'entre-deux-tours rugueux sur fond de crise économique

media

Nicolas Sarkozy et François Hollande ont débattu, mercredi 2 mai 2012 en banlieue parisienne, pendant 2h50, sur tous les sujets ou presque abordés pendant la campagne présidentielle. Le tout devant 17,79 millions de téléspectateurs attentifs au moindre geste. Difficile de déterminer qui a pris l’avantage sur l'autre après ce débat, chacun ayant usé à l’envi de ses propres figures rhétoriques et programmatiques favorites. Mais clairement, Nicolas Sarkozy n’a pas réussi à « renverser la table » comme il l’espérait, trouvant en face de lui un contradicteur de taille.

Manuel Valls, le responsable de la communication de François Hollande, souhaitait vivre un débat d'entre-deux-tours digne du combat de boxe Ali-Foreman, en 1974 à Kinshasa. « Ce soir, ce sont les Français qui décident », considérait pour sa part Nathalie Kosciusko-Morizet, la porte-parole de Nicolas Sarkozy, peu avant le début des hostilités.

Souvent très technique, dense, et véritablement tendu par moments, l'échange entre les deux finalistes de la présidentielle française a duré 2h50, au lieu des 2h30 prévues. Il n'a pas beaucoup ressemblé à celui d'il y a cinq ans, le contexte étant différent, la crise étant notamment passée par-là.

Les deux candidats s'attardant trop longtemps sur tous les sujets abordés, chacun ne voulant pas laisser le dernier mot à son contradicteur, la question du logement est passée à la trappe. Elle est pourtant brûlante.

Il a par ailleurs fallu ajouter du temps supplémentaire pour que la question du retrait d'Afghanistan soit abordée, tout comme celle de l'attitude à adopter face aux tensions en Afrique sub-saharienne. Ce fut le seul moment apaisé du débat, tranchant avec l'échange, quelques minutes plus tôt, au sujet de Dominique Strauss-Kahn (qui s'est conclu sur une étonnante référence biblique de Nicolas Sarkozy).

J’ai voulu que l’opposition ait des responsabilités et franchement, quand on a découvert le vrai visage de Dominique Strauss-Kahn, on a été étonnés
Nicolas Sarkozy et François Hollande au sujet de Dominique Strauss-Kahn 11/10/2013 - par France 2 écouter

Le camp de Nicolas Sarkozy espérait voir l'adversaire s'effondrer. S'il n'a pas forcément eu le dessus sur tout, loin s'en faut, François Hollande est néanmoins resté droit dans ses bottes sur chaque sujet, à la hauteur réthorique de son contradicteur y compris sur l'immigration.

Nicolas Sarkozy au sujet de l'immigration 11/10/2013 - par France 2 écouter

François Hollande sur l'école publique 11/10/2013 - par France 2 écouter

Ce long échange restera surtout comme une opposition de styles. Dès les premières minutes, Nicolas Sarkozy et François Hollande se sont affrontés sur leur conception de la symbolique attachée à la fonction présidentielle. « Je veux que la justice soit au cœur des décisions publiques », a affirmé François Hollande pour se poser en rassembleur. « Le rassemblement est un très bon mot, une très belle idée, mais il faut y mettre des faits », lui a rétorqué Nicolas Sarkozy se targuant de n'avoir observé aucun excès de violence au sein de la population française pendant son quinquennat, même lors de réformes impopulaires. « Mais heureusement ! », a lâché François Hollande, pour qui les corps intermédiaires, autrement dit les syndicats, doivent être salués pour leur sens des responsabilités pendant la réforme des retraites, en 2010.

Sur tous les sujets, les candidats se sont affrontés, projet contre projet, sortant les nombreux arguments qu'ils avaient martelés durant toute la campagne. Compétitivité, emploi, fiscalité, pouvoir d'achat, éducation, immigration, nucléaire, vie publique... ce sont véritablement deux philosophies irréconciliables qui se sont exprimées. Sur l'économie, la vie publique, les questions sociétales comme le droit de vote des étrangers, Nicolas Sarkozy et François Hollande se sont farouchement opposés.

Dans cet entre-deux-tours, Nicolas Sarkozy tente d'échapper à la règle électorale actuellement en vigueur en Europe, et qui consiste à voir sanctionnés les sortants aux élections dans cette période de crise majeure. Il a tenté, ce mercredi, de défendre son bilan de capitaine par temps de tempête. Et de réaffirmer ses valeurs, notamment sur le travail, son idée-force majeure.

De son côté, François Hollande a tenté systématiquement de ramener le président à son bilan, chiffres accablants à l'appui, bons mots et constats implacables dans sa besace. Il a d'ailleurs souvent fait mouche. Mais le candidat socialiste ne s'est pas contenté de défendre : à une demi-heure du terme du débat, il a aussi attaqué, fermement, en assénant point par point sa conception de ce que doit faire un président, et surtout de ce qu'il ne doit pas faire.

Moi président de la République, je ne traiterai pas mon Premier ministre de «collaborateur». Moi président de la République, je n’aurai pas la prétention de nommer les directeurs de chaines de télévision
François Hollande Candidat du Parti socialiste 11/10/2013 - par France 2 écouter

Mais c'est bien Nicolas Sarkozy qui a pu, grâce au tirage au sort, apporter sa conclusion à l'échange pour une présentation de sa vision.

Le président de la République, c’est quelqu’un qui assume ses responsabilités, qui doit être profondément engagé. Il n’a pas le droit de dire qu’il ne peut pas, qu’il ne veut pas
Nicolas Sarkozy Candidat de l'Union pour un mouvement populaire 11/10/2013 - par France 2 écouter

Tout le long, les deux candidats se sont envoyé quelques chiffres contradictoires au visage : sur l'aggravation de la dette selon la Cour des comptes, sur le déficit de la balance commerciale, sur la croissance, sur le nombre de fonctionnaires. « Vous mentez », a souvent dit Nicolas Sarkozy. « C'est faux », lui a souvent opposé François Hollande.

Chacun pourra donc voir midi à sa porte et compter les points, dans un débat somme toute plutôt équilibré, sans doute insuffisant, à lui tout seul, pour inverser la tendance actuelle des sondages.

Réactions

On sait que Marine Le Pen n'a pas donné de consigne de vote. Que fera le centriste François Bayrou qui avait promis une réponse à l'issue du débat? Yann Wehrling, l'un des porte-parole du MoDem apporte quelques éléments de réponse.

On n'a rien découvert ce soir. Chacun a développé ses arguments. Je ne suis pas sûr que les Français soient très éclairés sur le choix qu'ils aient à faire pour dimanche prochain. François Bayrou s'exprimera demain.
Yann Wehrling Porte-parole du MoDem 11/10/2013 - par Véronique Rigolet écouter

A l'issue du débat radiotélévisé Sarkozy-Hollande, Olivier Duha, président de Croissance Plus affiche sa déception. Il regrette qu'aucun des candidats n'ait pas proposé de nouvelles idées sur la compétitivité des entreprises.

Enfin du côté des syndicats, Catherine Lebrun, secrétaire nationale de Solidaires estime que les deux candidats n'ont pas assez abordé certaines questions comme la répartition des richesses et la réduction du temps de travail.

La réduction de temps de travail qui permettrait de réduire le chômage n'a été abordée par aucun des deux candidats. Ce qui est dommageable (...)Pour nous c'est une des pistes qui nous semble importante pour résoudre le problème du chômage.
Catherine Lebrun Secrétaire nationale du syndicat Solidaires 11/10/2013 - par Nadir Djennad écouter

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.