GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Nous souhaitons que les autorités iraniennes se montrent transparentes dans ce dossier et agissent sans délai pour mettre fin à cette situation inacceptable», a déclaré Agnès Von Der Mühll, porte-parole du Quai d'Orsay, lors d'un point de presse électronique ce mercredi après la révélation dans la presse de cette arrestation, survenue en juin dernier. Roland Marchal, chercheur à l'Institut d'études politiques, est un collègue de Fariba Adelkhah, une Franco-Iranienne directrice de recherche au centre de recherches internationales de Sciences Po à Paris. Tous deux devaient se retrouver en Iran et ont été arrêtés au printemps par les Gardiens de la révolution islamique, lesquels évoquent des soupçons d'espionnage.

    Général

    Objectif n°2, presque atteint : une éducation primaire pour tous

    media Frédéric Sautereau

    L’objectif n°2 est sans conteste l’un des OMD (Objectifs du Millénaire pour le développement) des Nations unies qui affichent le plus fort taux de réussite globale avec des résultats déjà atteints dans certains pays, bien avant l’échéance de 2015. Des initiatives nationales ont permis ces succès même si certains groupes de population restent encore marginalisés.

    L’OMD2 est simple et précis, il s’agit « d’ici à 2015, (de) donner à tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires ». En 2008, le taux de scolarisation primaire des pays en développement a avoisiné les 89%, avec des progrès remarquables dans beaucoup de régions. Même si le taux de l’Afrique subsaharienne reste le plus bas au monde, il est passé de 56% en 1999 à 76% en 2008 ! L’Asie du Sud et l’Afrique du Nord ont connus également une nette amélioration. Selon l’Unesco, on dénombrait 100 millions d’enfants non scolarisés en 2000 et 72 millions en 2007. Les estimations tablent sur 56 millions en 2015, un chiffre encourageant alors que le nombre d’enfants en âge d’être scolarisés ne cesse d’augmenter.

    Notre dossier spécial

    Un engagement politique fort

    Tous les pays affichant des taux de scolarisation nettement supérieurs à la moyenne possèdent un point commun : un engagement politique fort dans le secteur éducatif. Certains pays, comme l’Inde, ont modifié leur Constitution pour rendre l’école gratuite et obligatoire pour les filles comme pour les garçons et sans distinction de leur origine sociale. Au Burundi, depuis que des subventions gouvernementales ont remplacé les frais scolaires, le nombre d’enfants scolarisés a été multiplié par trois. La suppression de ces frais de scolarité a permis des progrès au Kenya, en Tanzanie, au Mozambique. En Ethiopie également qui, pour atteindre les populations les plus éloignées, a également construit 85% de ses nouvelles écoles en zones rurales.

    Malgré ces progrès, un grand nombre de défis restent d’actualité. Jean-Louis Saux, directeur de la programmation et spécialiste des OMD pour l’UNESCO, le souligne : « malgré ces points positifs, nous restons extrêmement attentifs à la scolarisation des filles, des enfants dans les pays en conflit ou post-conflit, et des marginalisés. Nous réfléchissons à des programmes novateurs pour les milieux d’extrême pauvreté. » Ainsi au Népal, ce sont 384 000 enfants dhalit (soit 73% d’entre eux) qui, étant d’une caste inferieure, ont bénéficié d’une bourse leur permettant d’étudier. La scolarisation de plusieurs dizaines de millions d’enfants supplémentaires dénote un changement des mentalités et une évolution des sociétés extrêmement positive.

    Un certain nombre de défis reste à relever avant d’atteindre une véritable éducation universelle et notamment en Afrique subsaharienne. Un quart des enfants en âge scolaire n’y était toujours pas scolarisé en 2008 ; plus de 30% ne finissent pas leur cycle primaire et il faudra doubler le nombre de professeurs d’ici à 2015 pour atteindre les objectifs fixés. Ces efforts sont indispensables, tant aujourd’hui l’éducation est un véritable accélérateur de croissance pour les pays en développement.


    Roland Bianche DR

    Un manque de critères qualitatifs
    L’OMD2 vu par Roland Biache, délégué de Solidarité Laïque*

    « En tant qu’acteur sur le terrain, les OMD nous ont un peu déçus, ils ne doivent pas être une fin en soi mais un véritable levier pour de nouveaux engagements. N’oublions pas que l’engagement sur la parité remonte au sommet de Jomtien (Thaïlande) en 1990. L’objectif était alors fixé à 2005, il a été repoussé en 2015. Les indicateurs sont insuffisants, ce ne sont que des statistiques qui n’intègrent pas de niveaux de qualité. Certes un peu plus de jeunes se rendent à l’école mais dans des conditions déplorables, parfois assis sur des pierres, sans papier, ni crayon, devant un maitre pas forcément bien formé. Sans parler de l’inadéquation d’un enseignement trop classique vis-à-vis l’environnement local, même les calendriers scolaires ne tiennent pas toujours compte des températures excessives !

    En Afrique francophone par exemple, les professeurs ne parlent pas forcement le dialecte local tandis que les enfants ne pratiquent pas ou très mal le français à la maison. Il est impératif de rester extrêmement vigilant sur ces problématiques de qualité. Malheureusement la part de l’aide publique au développement consacrée à l’éducation n’est pas en hausse, et, pour des raisons historiques, ne bénéficie pas aux pays les plus pauvres. »

    * Solidarité Laïque est un collectif d’associations, syndicats, mutuelles et coopératives issus du monde de l’enseignement, des milieux culturels et de la santé. Ils mènent des actions de solidarité essentiellement à l’international.

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.