GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 24 Octobre
Jeudi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    La guerre des boutons dans les réseaux sociaux

    media

    Après le succès du bouton « I like » créé par Facebook, de nouveaux champignons virtuels sur lesquels appuyer pour manifester son contentement, partager ses choix ou son envie de suivre le mouvement se sont implantés sur les pages internet. Derniers boutons en date « Follow » chez Twitter et « +1 » chez Google.

    L’icone « I like » (j’apprécie en français) a à peine plus d’une année (21 avril 2010), mais elle semble déjà très vieille tant son usage a été adopté par la communauté des internautes. Depuis, les boutons de partage fleurissent en bas des articles, vidéos… Avec quelques soucis dans les traductions, mais néanmoins une force marketing surpuissante, ces icônes ont pris toute leur place dans les modes de fonctionnement des internautes.

    En France, certains polémiquaient sur la sémantique du bouton de Facebook. Car qu’aime-t-on vraiment ? Ainsi, ce bouton mériterait parfois d’être traduit par un « j’apprécie ». Car il s’agit plus d’un jugement d’appréciation sur la distribution du lien plutôt qu’une adhésion aux propos mêmes du lien. Sur de nombreux sujets d’actualité, cliquer « I like » paraît même incongru ou hors de propos. Certains membres de la communauté de RFI s’en émouvaient dernièrement encore. Ainsi, lors des tornades aux USA, comment dire « I like » quand ce phénomène bouleversait la vie d’internautes qui commentaient en temps réel sur le sujet ? Il serait plus juste de l’entendre par un « je souhaite en parler avec vous également » ou « cette information me touche, et vous ? »

    Après le « I like » vint le « Share » sur Facebook (partager). Une nouvelle façon de communiquer des vidéos, des photos, mais aussi les jugements d’autres « amis ». Puis les champignons du partage ont poussé par dizaines comme lors d’un clément automne. Le bouton Twitter est apparu en août 2010. C’était un moyen de faire circuler le tweet apprécié, le retweeter. Mardi dernier est apparu le bouton abonnement chez Twitter : « Follow » (je suis). On n’aime non seulement le tweet lu, mais on s’abonne au compte de la personne qui a réalisé ce tweet, on le suit sur Twitter. Et pour Google, le nom du nouveau bouton est « +1 ». Tout un tas d’autres petits boutons sont apparus également sur d’autres sites de partage comme : LinkedIn, Digg, Reddit, Flickr…

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.