La Glasnost gagne Google - Culture - RFI

 

  1. 08:30 TU Journal
  2. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  3. 09:00 TU Journal
  4. 09:10 TU Priorité santé
  5. 09:30 TU Journal
  6. 09:33 TU Priorité santé
  7. 10:00 TU Journal
  8. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  9. 10:30 TU Journal
  10. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  11. 11:00 TU Journal
  12. 11:15 TU Sessions d'information
  13. 11:30 TU Journal
  14. 11:33 TU Sessions d'information
  15. 12:00 TU Journal
  16. 12:10 TU Sessions d'information
  17. 12:30 TU Journal
  18. 12:33 TU Sessions d'information
  19. 12:40 TU Grand reportage
  20. 13:00 TU Journal
  21. 13:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  22. 13:30 TU Journal
  23. 13:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  24. 14:00 TU Journal
  25. 14:10 TU Autour de la question
  1. 08:30 TU Journal
  2. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  3. 09:00 TU Journal
  4. 09:10 TU Priorité santé
  5. 09:30 TU Journal
  6. 09:33 TU Priorité santé
  7. 10:00 TU Journal
  8. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  9. 10:30 TU Journal
  10. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  11. 11:00 TU Journal
  12. 11:15 TU Sessions d'information
  13. 11:30 TU Journal
  14. 11:33 TU Sessions d'information
  15. 12:00 TU Journal
  16. 12:10 TU Grand reportage
  17. 12:30 TU Sessions d'information
  18. 13:00 TU Journal
  19. 13:10 TU Sessions d'information
  20. 13:30 TU Journal
  21. 13:33 TU Danse des mots
  22. 14:00 TU Journal
  23. 14:10 TU Autour de la question
  24. 14:30 TU Journal
  25. 14:33 TU Autour de la question
fermer

Culture

Internet Justice Réseaux sociaux

La Glasnost gagne Google

media Google

Traditionnellement le moteur de recherche Google publie son « rapport sur la transparence », notamment en ce qui concerne les requêtes gouvernementales : des demandes d’information sur des internautes, des souhaits de suppressions de liens… Une nouveauté cette année : le rapport est détaillé pays par pays.

Dans son « rapport sur la transparence » Google a décidé de « changer de format pour qu’on puisse voir les données pays par pays », explique Matt Braithwaite, un responsable de « l’unité transparence ». Le moteur de recherche qui subit la fronde de nombreux opposants à la politique parfois obscure de la firme américaine a décidé de s’appliquer une certaine Glasnost (une politique de transparence) à la manière de l’URSS sous Mikhaïl Gorbatchev en 1985.  « Chaque fois que nous recevons une demande, nous vérifions d’abord si elle respecte à la fois l’esprit et la lettre de la loi avant d’y répondre » puis « quand c’est possible, nous prévenons les internautes concernés », commente M. Braithwaite. « Notre but est de permettre à nos utilisateurs de trouver un accès à l’information et aussi de respecter la confidentialité de leurs informations. »

La France a fait 1021 demandes au moteur de recherche
 
Les Etats-Unis dominent le classement de demandes d’informations sur des internautes avec 4601 demandes, dont 94% ont reçu une réponse. Le Brésil est deuxième avec 1804 demandes, dont 76% ont reçu une réponse partielle ou complète, suivi de l’Inde avec 1699 demandes (79% de réponses), la Grande-Bretagne avec 1162 demandes (72% de réponses) et la France avec 1021 demandes (56% de réponses).
 
Des demandes de retrait de liens ou vidéos
 
La Grande-Bretagne apparaît en tête des pays ayant fait le plus de demandes de retrait de liens ou vidéos entre juillet et décembre 2010: 93518, dont 93360 ont effectivement abouti à la suppression de liens sur demande des autorités, dans le but d’éliminer les publicités mensongères. La Corée du Sud a soumis 32000 demandes, essentiellement pour éviter la divulgation d’un numéro d’identité national (RNN). Dans un contexte plus politique, en Italie, la police a demandé à Google de supprimer une vidéo sur YouTube qui critiquait le chef du gouvernement Silvio Berlusconi et simulait son assassinat. Au Brésil, la justice a demandé la suppression de liens à contenu politique durant la campagne électorale, et aux Etats-Unis Google a supprimé 1100 contenus qui diffamaient un homme et sa famille. En revanche, au Vietnam, le moteur de recherche a refusé de supprimer des résultats de recherche sur « un mot particulier qui générait des commentaires présumés peu flatteurs d’anciens dirigeants » du pays.

 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.