GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    • Rohingyas: Washington annonce des mesures contre l'armée birmane
    Culture

    Les réseaux sociaux, aussi stimulants que la nourriture ou le sexe ?

    media

    Certaines études laissent songeur. La dernière en date nous apprend que parler de soi nous fait sécréter de la dopamine et qu’à un certain stade, ce serait aussi bon pour le cerveau que de manger ou d’avoir des relations sexuelles. Les réseaux sociaux, un endroit où l’on parle vraiment beaucoup de soi, seraient-ils une solution à la malbouffe et aux frustrations sexuelles ?

    Selon cette étude, menée par des chercheurs de Harvard et publiée aux Etats-Unis, les hommes comme les femmes consacrent habituellement 30% à 40% de leur discours à « informer autrui de leurs propres expériences personnelles ». Mais sur les réseaux sociaux, ce taux est plus proche de 80%, assurent-ils.

    Voilà le nouveau facteur dopant des réseaux sociaux. Car parler de soi génère dans le cerveau la sécrétion de dopamine, une substance chimique liée aux sensations de plaisir ou d’anticipation d’une récompense.

    Aussi gratifiant pour le cerveau que le plaisir trouvé dans la nourriture ou le sexe

    Ainsi, selon l’étude, raconter sa vie, dans la réalité ou sur les réseaux sociaux par le biais d’Internet, peut devenir aussi gratifiant pour le cerveau que le plaisir trouvé dans la nourriture ou le sexe. Les chercheurs expliquent : « les gens se confient autant volontairement, parce que parler ainsi de soi est en soi un événement avec une valeur certaine, de la même manière que des activités qui génèrent une récompense immédiate, comme faire l’amour ou manger. »

    Avoir le plaisir de parler de soi et de donner son avis

    Pour mener leur étude, les chercheurs offraient une petite somme d’argent à des cobayes pour qu’ils répondent à des questions factuelles ou une somme moins importante encore pour qu’ils donnent leur propre avis sur un sujet donné. Dans bien des cas, les sujets testés préféraient renoncer à la récompense la plus importante pour avoir le plaisir de parler d’eux et de donner leur avis.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.