Les pays arabes, zone la plus meurtrière pour les journalistes - Général - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Les pays arabes, zone la plus meurtrière pour les journalistes

media Des journalistes de l'AFP à l'aéroport de Donetsk, en Ukraine, en septembre 2014. AFP PHOTO/PHILIPPE DESMAZES

A l'occasion de la journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes contre les journalistes, lundi, l'Unesco a publié son rapport sur les tendances mondiales en matière de liberté d'expression et de développement des médias, qui dresse un triste bilan : en 2013-2014, 178 journalistes ont été tués dans l'exercice de leur métier.

Soixante-quatre journalistes assassinés. C'est dans les pays arabes que les années 2013-2014 ont été les plus meurtrières. Viennent ensuite les régions Amérique latine-Caraïbe et Asie-Pacifique. Avec 23 journalistes tués, l'Afrique figure en quatrième position de ce funeste classement (lire le rapport de l'Unesco).

« Les situations sont particulièrement traumatisantes dans les zones de conflits où des extrémistes se livrent à des actes de violence abjects contre des journalistes pour anéantir la liberté d'expression, explique Irina Bokova, directrice de l'Unesco. Mais on ne doit jamais oublier que la moitié des assassinats ont lieu en temps de paix et visent des journalistes locaux qui dénoncent la corruption, des abus ou des injustices. »

L'impunité reste souvent de mise

Même si les premières victimes restent les journalistes locaux, la part de correspondants étrangers tués a fortement augmenté, de 8% en 2013 à 20% en 2014, année particulièrement meurtrière en Syrie et en Ukraine.

Mais quel que soit le profil du journaliste, la proportion de meurtres juridiquement résolus reste extrêmement faible : 8% en 2014. C'est 3% de mieux qu'en 2012, mais le constat est là : l'impunité reste la norme. Pour y remédier, l'Unesco a lancé plusieurs projets qui visent notamment à renforcer les capacités des Etats en matière de justice, mieux former les journalistes en sécurité et sensibiliser tous les acteurs au rôle des médias, en particulier les forces de l'ordre.


■ En RDC, une ONG alerte sur la situation des journalistes

A l'occasion de la journée internationale pour la lutte contre l'impunité des crimes de journalistes, en RDC l’ONG Journaliste en danger (JED) vient de rendre public son rapport annuel sur la liberté de la presse dans le pays. En 2015, 72 atteintes attaques contre des journalistes sont recensées. Elles vont des pressions jusqu’à l’assassinat.

«Horizon 2016: l’information sous haute surveillance», c’est le nom que porte cette année le rapport de l’ONG Journaliste en danger. A l’approche des échéances électorales en RDC, les attaques se multiplient contre les journalistes.
La liberté de la presse en RDC 03/11/2015 - par Carol Valade Écouter

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.