GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 24 Octobre
Jeudi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Général

    Présidentielle au Burkina: Saran Sérémé, candidate du PDC

    media Saran Sérémé du Parti pour le développement et le changement (PDC). RFI/Olivier Rogez

    Saran Sérémé est la candidate du Parti pour le développement et le changement (PDC). Femme d'affaires, engagée en politique, elle fut l'une des actrices de la révolution d'octobre 2014.

    C’est sous la révolution d’août 1983 que Saran Sérémé s’est engagée dans la politique. Ancienne membre du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et députée de l’ex-parti au pouvoir, Saran Sérémé s’est opposée radicalement à la modification de l’article 37 de la Constitution, en participant à la marche des femmes avec des spatules.

    Dirigeante d’entreprise, Saran Sérémé est l’une des deux femmes candidates à cette présidentielle. Âgée de 47 ans, « l’amazone du Sourou » comme l’appellent ses partisans opte pour le « changement du comportement et de mentalités, pour un développement équitable et harmonieux du Burkina Faso ».

    Economiste

    La social-démocratie est la voie empruntée par cette économiste de formation. « C’est tout un système que nous devons revoir sans vouloir refaire la roue », résume-t-elle.
    Économie forte et durable, refondation de l’État, indépendance de l’administration, indépendance effective de la justice, reconstruction de l’armée sont les chantiers prioritaires identifiés par la candidate du PDC à l'élection présidentielle.

    Face à ses concurrents, elle met en avant toute l’expérience acquise au sein de l’ancien parti au pouvoir avant sa démission. Sans complexe, elle entend jouer pleinement ses chances : « Je ne les trouve pas extraordinaires. Je les prends comme des camarades politiques et on se respecte », souligne-t-elle, évoquant les autres candidats.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.