GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Général

    Présidentielle au Burkina: Françoise Toé, candidate indépendante

    media Affiche de campagne de la candidate Françoise Toé. RFI/Olivier Rogez

    Candidate indépendante mais soutenue par le pôle socialiste du Mouvement de libération national (MLN-BF), Françoise Toé est une vieille militante socialiste. C'est sa première tentative à une élection présidentielle. Avec Saran Sérémé, elle est la deuxième femme en compétition, sur les 14 candidats.

    Pour le Burkina Faso du futur, Françoise Toé propose un héritage. Et pas n'importe lequel, celui du professeur Joseph Ki-Zerbo, historien, penseur et fondateur du PDP, le premier parti d'opposition du pays. Françoise Toé milite au PDP/PS depuis les années 1970. Elle porte le socialiste en bandoulière et revendique les valeurs humanistes et progressistes associées à l'image du célèbre professeur.

    Femme de conviction

    Pour elle, le cœur de l'action politique consiste à œuvrer pour le bien-être du citoyen. Ses impératifs ont pour nom : liberté, intégrité, solidarité ; même si ces qualités manquent parfois au sein de sa formation, déchirée par des querelles de chapelle. C'est d'ailleurs ce qui l'a conduit à renoncer à l'investiture de son parti pour se présenter en indépendante. Elle tente cependant de ranimer un courant socialiste mal en point depuis le décès du professeur Ki-Zerbo en 2006.

    A ceux qui pourraient la croire « déphasée » par rapport au monde de l'entreprise, cette experte-comptable rappelle qu'elle dirige à Ouagadougou un cabinet d'une vingtaine de personnes et qu'elle possède d'autres établissements à Paris et à Bamako. A 65 ans, c'est sa première participation à une élection présidentielle. Femme de conviction, elle n'a pas hésité à vendre un terrain pour payer la caution de 25 millions de francs CFA exigée de chaque candidat.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.