GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Samedi 23 Septembre
Dimanche 24 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 26 Septembre
Mercredi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Général

    Le 11 novembre 2001, Johanne Sutton, grand reporter à RFI, nous quittait

    media Johanne Sutton lors d'un voyage au Maroc B.Leveillé/RFI

    Il y a quinze ans jour pour jour, dans le nord de l’Afghanistan, l’Alliance du Nord est en route pour Mazar-e-Charif afin de lancer l’offensive contre les talibans. De nombreux journalistes l’accompagnent pour faire leur travail : informer. Parmi eux : Johanne Sutton, grand reporter à RFI, Pierre Billaud de la radio RTL et Volker Handloik du magazine allemand Stern. Tous les trois sont pris dans une embuscade et sont tués. Nous ne les oublierons jamais.

    C’est toujours difficile de parler ou d’écrire sur un être cher disparu, surtout dans des circonstances aussi brutales.Tous ceux qui ont bien connu Johanne se souviennent d'une femme aimante, à l’écoute, souriante, professionnelle, libre et passionnée.

    « D’humeur égale, Johanne gardait en toutes circonstances une entière disponibilité et consacrait ainsi à des journalistes moins expérimentés de longues minutes d’explication sur telle ou telle situation. », écrivait son chef de service et ami Albéric de Gouville à l’occasion des dix ans de la disparition de la journaliste.

    « Personnalité généreuse, exigeante surtout avec elle-même, sans compromis, elle impressionnait par sa qualité d’écoute et sa gentillesse », déclarait pour sa part, à la même occasion, la journaliste Béatrice Leveillé, l’amie de longue date de Johanne.

    « Johanne était grand reporter, passionnée par son métier. Elle avait d’ailleurs souhaité quitter la tête du service « reportages » afin de pouvoir retourner sur le terrain. », rappelait Albéric de Gouville.

    Collègue et amie de Johanne, Catherine Monnet fut l'une des dernières personnes à l'avoir vue. Elle se souvient, quinze ans après: « Je repense souvent à ces derniers moments partagés avec Johanne croisée sur la route de la relève, quelque part au nord de l'Afghanistan. Et de sa bienveillance protectrice qui nous a entouré alors que nous arrivions sales et épuisés, Olivier Danrey, Olivier Jobard, Jean-Pierre Perrin et moi-même après plusieurs jours de voyage, dont une nuit éprouvante passée dans une cabine de camion, bloqués par une tempête de neige à 4 000 mètres d'altitude, puis une autre nuit étrange dans un refuge rempli de centaines d'Afghans où nous nous étions entassés, serrés les uns contre les autres autant pour faire bloc contre la différence que pour lutter contre le froid. » (extrait d'un courriel lu lors de la cérémonie d'hommage à Johanne Sutton, le 10 novembre 2016, dans les locaux de RFI)

    Johanne adorait voyager un peu partout dans le monde. Mais elle ne s'était jamais rendue au Mali. C'est pourtant dans ce pays que des auditeurs, fidèles d'entre les fidèles de sa voix captivante, lui ont rendu le plus beau des hommages. Dans le village  de Tienfala, à quelques dizaines de kilomètres de Bamako, une association a ainsi construit une école qui porte son nom et la cite en modèle à ses élèves. 

    L'école Johanne-Sutton au Mali 11/11/2016 - par Anthony Fouchard Écouter

    Crédit Photo: Ecole Johanne Sutton & Famille

    « On est en plein dans l'éducation, dans les valeurs de Johanne. »
    Témoignage d'Elisabeth Sutton, sœur de Johanne, sur l'école Johanne-Sutton, située à Tienfala, au Mali, qui accueille une centaine d'enfants et dont la bibliothèque se remplit peu à peu. 11/11/2016 - par Stéphane Lagarde Écouter

    Le Venezuela, le Guatemala, le Mexique, le Cambodge, la Birmanie, la Thaïlande, l’Algérie, le Royaume-Uni, Israël, les Territoires palestiniens… Johanne était toujours partante pour un voyage ici ou ailleurs, plages ou déserts.

    Et ce 11 novembre 2001, ce fut la fin de la route pour Johanne, mais aussi pour Pierre Billaud de la radio RTL et Volker Handloik du magazine allemand Stern.

    Déjà quinze ans ! Nous ne vous oublierons jamais Johanne, Pierre et Volker.

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.