GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Général

    Chambord, une destination à part entière

    media Le Château de Chambord © Ludovic Dunod

    Le plus grand château français de la Renaissance a récemment retrouvé les jardins qui ont longtemps magnifié sa longue façade principale. Mais le monument n’est qu’un écrin niché au cœur d’une fascinante forêt à découvrir aussi. Mêlant art, histoire et nature de façon singulière, Chambord est une destination à part entière qui surprend et enthousiasme derrière son image apparemment familière.

    La nouveauté : parterres et broderies

    Pour accentuer le faste d’un monument connu dans le monde entier, rien ne vaut un imposant jardin à la française avec des parterres agrémentés de broderies et des charmilles rythmant les allées rectilignes.
    Grâce au 3,5 millions d’euros versés par le mécène et milliardaire américain Stephen Schwarzman, le plus célèbre des châteaux de la Loire a retrouvé un tel décor au printemps 2017. Ces jardins avaient été livrés en 1734 à Stanislas Leszczynski, roi de Pologne en exil, beau-père de Louis XV et résident au château.
    Cette reconstitution (forcement royale !) résulte d’un long et minutieux travail ayant d’abord fait appel à l’archéologie. Les fouilles ont permis de retrouver la trace exacte des plantations du XVIIIe siècle et de restituer le tracé originel. Grâce à ces recherches, les archéologues ont aussi pu confirmer la présence d’un jardin peut-être médiéval ainsi que d’une première tentative de jardins à la française sous Louis XIV.

    Le jardin à la française du château de Chambord, reconstitué en 2017 © Château de Chambord

    Désormais, le promeneur plonge dans un univers rectiligne et majestueux composé de pelouses, d’ifs et de tilleuls taillés typiques de ce style de jardins. Pour rehausser ce grand monochrome vert, des roses Catherine Deneuve donnent une touche délicate et féminine à cet ensemble paysager. Ce type de rosier a été choisi comme un clin d’œil au tournage, en partie au château, de « Peau d’âne », film culte de Jacques Demy dont le rôle-titre était tenu par la célèbre actrice française.

    Le plus singulier des châteaux français

    Si les jardins redonnent du faste aux abords du château, ils n’en constituent pas l’intérêt majeur qui pousse ici des centaines de milliers de visiteurs chaque année. C’est bien le monument en lui-même qui charme et intrigue d’abord. Cette imposante résidence de chasse, voulue par François Ier dès 1519, apparait au milieu des bois comme un enchantement.
    La multitude des cheminées, fenêtres à pinacle et clochetons lui donne l'allure d'un château de conte de fées. Le grand escalier intérieur à double révolution s’apparente à une sculpture géante. Les terrasses du toit, construites à l'image d'un village perché, invitent à une promenade suspendue. Mais derrière son allure pittoresque méfiez-vous vraiment des apparences car Chambord est loin d’être un château comme un autre !
    En arrivant ici, le grand public est loin de se douter de la vraie nature du château, manifeste politique et œuvre d’art radicale. François 1er a voulu Chambord comme un laboratoire architectural. Ici, ingénieurs, architectes et artistes ont mis en pratique les innovations les plus conceptuelles de la Renaissance. Exercice de géométrie symbolique, le château a aussi une distribution singulière. Il est composé de 48 appartements standardisés qui devaient accueillir sur un pied d’égalité la cour et le roi. Mais François 1er a également conçu cette résidence comme un immense livre glorifiant l’autorité divine du souverain. Les visites guidées ou la vaste salle multimédia du rez-de-chaussée s'attachent à révéler ces aspects singuliers et surprenants.

    Mais la lecture du bâtiment, si jubilatoire soit-elle, ne doit pas faire oublier les appartements meublés et décorés. De la chambre Renaissance de François 1er aux grands appartements aménagés par Louis XIV et le maréchal de Saxe, le visiteur voyage à travers les siècles et les styles. Grâce aux techniques numériques innovantes, on peut même se propulser dans le temps et retrouver des décors disparus grâce à l’Histopad. Que ne fait-on pas faire aujourd’hui avec la réalité augmentée et substituée avec des vues à 360° ? Une tablette numérique en main, on découvre la reconstitution de la salle d’audience de François 1er ou la chambre aménagée pour la visite de Charles Quint par exemple. C’est bluffant !

    Mystères et spectacles de la forêt

    Quitter Chambord une fois la visite du château terminée, c’est passer à côté de l’ADN du domaine, dédié à la chasse dès sa création. Il faut donc aussi aller à la découverte de la vaste forêt qui l’entoure. C’est une des plus belles de France. Elle a la particularité d’être close par un mur de plus de 32 kilomètres. Son riche gibier en fait une chasse d'abord royale puis présidentielle au XXe siècle réservée aux invités du Président de la République. Pendant longtemps, le public n'a donc pu voir l'ampleur du massif que des terrasses du château. Aujourd'hui, ce grand domaine national, classé zone de protection Natura 2000, peut se découvrir en voiture tout terrain avec un guide. Il abrite la plus grande réserve close de faune sauvage d’Europe. Des postes d’observation en accès libre ont aussi été aménagés près du château pour tenter de surprendre une biche ou une harde de sangliers.
    Mais c'est au moment du brame du cerf que la forêt prend toute sa dimension. De la mi-septembre à la mi-octobre, chaque soir et chaque matin, un petit groupe, guidé, peut aller écouter (et surtout voir) la rituel amoureux des cerfs. C'est certainement un des plus grands spectacles de la nature en Europe occidentale. La réputation des cerfs de Chambord impose souvent de réserver sa place plusieurs mois à l'avance.
    Préférez cette sortie accompagnée et commentée (donc payante) aux miradors libres d'accès qui sont souvent pris d'assaut par un public indiscipliné. Le brame est une expérience à vivre dans de bonnes conditions pour en apprécier la force.

    La forêt du domaine de Chambord est une des plus belles en France © Château de Chambord

    Profiter pleinement du domaine et des environs

    Ce qui finit de donner à Chambord son caractère de destination à part entière, c’est sa nouvelle capacité d’hébergements, au cœur même du domaine. Le séjour devient unique, loin des bruits du monde, comme une parenthèse dépaysante et oxygénante entre art, histoire et nature.

    Jadis, il n’y avait qu’un hôtel familial au pied du château. Abracadabra ! Ce vieil établissement s’est transformé en un 4* sobre et design, le Relais de Chambord. Mais la direction du domaine national a aussi conçu des hébergements plus charmants et originaux encore : des gîtes hauts de gamme aménagés dans le village et surtout la forêt. Le Président Macron les a soudainement mis en lumière en les choisissant pour fêter son 40e anniversaire en famille en décembre 2017. Chambord ne pouvait pas rêver d’un ambassadeur plus prestigieux. D’autres projets hôteliers sont en cours de développement.
    Sitôt arrivé, il faut oublier la voiture. Pour bien prendre procession des lieux, rien ne vaut d’abord la marche, en suivant les itinéraires de la « Grande promenade » par exemple, un tracé qui s’étend sur les 750 ha du domaine ouverts librement.

    Et pourquoi ne franchir pas les murs du domaine ? Chambord est l'astre principal d'une galaxie constellée de petits châteaux privés à découvrir également. Ces belles demeures aristocratiques ont fait le renom de la région. Elles sont, la plupart du temps, entre les mains de familles qui les entretiennent depuis des générations. Grâce à plusieurs centaines de km d'itinéraires cyclables, balisés, sécurisés et faciles à parcourir, le « pays des châteaux » se découvre à deux roues. Plusieurs boucles de 10 à 40 km permettent notamment d'aller à la découverte du château de Cheverny, pur joyau du XVIIème. Hergé s'en est inspiré pour Moulinsart, le château cher à Tintin et au capitaine Haddock. A travers un doux et joli paysage de campagne ou le long des berges sauvages de la Loire, les itinéraires mènent aussi aux châteaux de Blois, Troussay, Fougères, Chaumont ou Villesavin.
    Attirés par le côté pittoresque du château idéal de nos rêves d’enfant, nous repartons de Chambord forcement conquis par une histoire singulière et inattendue ainsi que par la magie et la puissance de sa forêt. C’est ainsi que les fans de cette œuvre totale augmentent d’année en année (le domaine a dépassé le million de visiteurs en 2017), formant une société informelle et mondiale qui va avoir de plus en plus de mal à grader pour elle son jardin secret.

     

    Informations pratiques

    Le domaine de Chambord est situé à 16 km de Blois, dans le Val de Loire (à deux heures env. de Paris en voiture ou en train + taxi).

    Il est ouvert toute l’année. Parking payant obligatoire.

    (Le château est fermé le 1er janvier, le dernier lundi de janvier et le 25 décembre).

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.