GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Collision de Millas: le pronostic vital de six victimes encore engagé (procureur)
    • Trois Palestiniens tués par des tirs israéliens dans les Territoires
    • Pays-Bas: la police militaire tire sur un homme armé d'un couteau à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol (police)
    • Réforme de la zone euro: Angela Merkel et Emmanuel Macron veulent atteindre une position commune en mars 2018
    • Royaume-Uni: le prince Harry épousera Meghan Markle le 19 mai à Londres (officiel)
    Hebdo

    La Suède va-t-elle à son tour reconnaître «l’Etat» palestinien ?

    media Stefan Löfven, Premier ministre suédois, s'est prononcé pour la reconnaissance d'un Etat palestinien. 3 octobre 2014. Reuters/Janerik Henriksson

    Appels sur l’actualité revient sur la Suède, dont le Premier ministre Stefan Löfven a annoncé, sitôt son gouvernement formé, le 3 octobre, que son pays allait reconnaître « l'État » de Palestine.

    Il semble donc plus favorable à la cause palestinienne que son prédécesseur qui s’alignait sur la position des grands pays d'Europe de l'ouest. L'annonce, saluée par les autorités palestiniennes, a suscité la réticence des Etats-Unis qui ont jugé la démarche « prématurée ». Selon l'AFP, au moins 112 pays ont reconnu « l'État de Palestine » - ou 134 selon l'Autorité palestinienne -, parmi lesquels 7 pays de l'Union européenne : République tchèque, Hongrie, Pologne, Bulgarie, Roumanie, Malte et Chypre.

    Comment expliquer que le gouvernement suédois fasse cette annonce maintenant, alors que la plupart des pays de l’UE refusent de reconnaître « l’Etat » palestinien ?
    C’est d’abord parce que le nouveau gouvernement suédois, qui allie des Sociaux-démocrates et des Verts, est plus favorable à la cause palestinienne que le précédent - même si la Suède a toujours été parmi les pays de l’Union européenne à soutenir les Palestiniens et à critiquer régulièrement la politique israélienne. Il y a aussi un contexte particulier en ce moment au Proche-Orient. Le processus de paix est dans une impasse totale. Il y a eu en avril dernier l’échec des négociations israélo-palestiniennes sous l’égide des Américains, puis la guerre à Gaza, les déclarations de Mahmoud Abbas accusant Israël de génocide, la poursuite de la colonisation côté israélien… Bref, les relations entre Israéliens et Palestiniens sont très distendues, ce qui n’augure pas d’une prochaine reprise du processus de paix. Et dans ce contexte, certains pays étrangers se disent qu’il faut trouver des leviers pour faire redémarrer ce processus, qu’on ne peut pas rester dans la situation actuelle. Reconnaître « l’Etat » palestinien, c’est le traiter d’égal à égal avec Israël, c’est faire pression sur les Israéliens, c’est une façon de faire bouger les lignes pour qu’il y ait in fine une reprise des pourparlers - mais peut-être sous une autre forme que les négociations antérieures entre l’OLP et Israël qui se faisaient sous l’égide des Américains.

    Quelles pourraient être les conséquences de cette annonce ?
    La première conséquence a déjà été la convocation de l’ambassadeur de Suède en Israël, ce lundi, au ministère des Affaires étrangères israélien. Carl Magnus Nesser s’est fait signifier officiellement « la désapprobation et la déception » d’Israël face à l’annonce de la Suède. La reconnaissance de la Palestine serait, selon les Israéliens, contre-productive, « elle pousserait les Palestiniens à déclarer unilatéralement leur Etat, et non pas à travers des négociations. » Pour l’instant, ça ne va pas plus loin. Pas de rappel de l’ambassadeur ou de rupture de liens politiques ou économiques. On verra lorsque la Suède aura reconnu « l’Etat » de Palestine, si les Israéliens sévissent ou en restent là. Autre conséquence : un possible effet d’entraînement. Plusieurs autres pays européens pourraient être tentés de faire la même chose que la Suède. La France y réfléchit sérieusement. Le ministère des Affaires étrangères a redit hier qu’il faudrait bien « à un moment reconnaître cet Etat de Palestine. (…) Il est urgent, a déclaré le porte-parole du Quai d’Orsay, de faire progresser la solution des deux Etats et d’aboutir à l’établissement d’un Etat de Palestine, vivant dans la paix et la sécurité, au coté d’Israël ». La France souhaite créer une dynamique européenne pour pousser à la reprise du processus de paix. 

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.