GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le président déchu Omar el-Béchir, qui a dirigé le Soudan durant trois décennies, est arrivé ce lundi 19 août devant un tribunal de Khartoum, où il doit être jugé pour corruption, a constaté un journaliste de l'AFP. L'ex-chef de l'État, déposé par l'armée le 11 avril en réponse à des manifestations massives, est arrivé en matinée, escorté par un imposant convoi militaire, selon la même source. Son procès devait s'ouvrir samedi 17 août, mais il avait été reporté sine die.

    Hebdo

    Libération des lycéennes nigérianes: avec quel interlocuteur négocier?

    media Isaac Rebecca, une des «Chibok's Girls» rescapée des camps de Boko Haram, s'adresse à la foule lors d'une manifestation du groupe «Bring Back Our Girls» devant la résidence présidentielle à Abuja. Nigeria, le 14 octobre 2014. Reuters/Stringer

    Au Nigeria, de nouvelles attaques ont eu lieu après l’annonce d’un cessez-le-feu avec Boko Haram, tandis que les jeunes lycéennes n’ont toujours pas été libérées. Appels sur l’actualité revient sur cette affaire où, rappelons-le, près de 300 lycéennes avaient été enlevées le 14 avril dernier dans la ville de Chibok, dans l’Etat de Borno, à l’extrême nord-est du pays. Certaines ont réussi à s’échapper, mais 219 sont toujours retenues captives. Abubakar Shekau, le leader de la secte, avait revendiqué cet enlèvement de masse, provoquant l’indignation de la communauté internationale. Depuis, les Occidentaux ont soutenu les recherches. Mais plus de six mois après, toujours pas de résultat.

    Pourquoi les recherches pour retrouver les jeunes filles avec l’aide occidentale n’ont-elles rien donné ?
    Dans cette affaire, en effet, les puissances occidentales ont prêté main forte au Nigeria. Le Royaume-Uni, la France et Israël ont envoyé des experts pour aider le pays. La Chine a aussi proposé son aide, ainsi que les Etats-Unis. Environ 80 militaires américains ont notamment été envoyés au Tchad pour mener des opérations dites de renseignement, de surveillance, avec des vols de reconnaissance au-dessus du nord du Nigeria et des régions voisines. A quoi se sont ajoutés aux drones des avions-espions et une trentaine de conseillers civils et militaires chargés d’appuyer les forces de sécurité nigérianes. Bref, des moyens importants.

    Ce qui a permis de localiser les jeunes filles...
    Oui. Publiquement, les autorités nigérianes ont été critiquées pour leur inaction et leur inefficacité dans cette affaire. Dans les faits, elles ont procédé a des recherches sur le terrain. A priori, repérer plus de 200 jeunes filles dans des camions, ce n’était pas compliqué, du moins dans les heures qui ont suivi leur enlèvement. Mais ça ne s'est pas déroulé ainsi. Dans tous les cas, des sources concordantes assurent que les filles ont  finalement été repérées. Elles seraient divisées en plusieurs groupes. On sait avec certitude que certaines se trouvent au Nigeria. Il est possible qu’il y en ait également au Cameroun. Le 26 mai dernier, le chef d’état-major de l’armée de l’Air, le maréchal Badeh, avait d’ailleurs déclaré devant des manifestants a Abuja savoir où les jeunes filles se trouvaient. « Nous ne pouvons pas le dire », avait-il ajouté, qualifiant l’opération de « secret militaire ». Il avait précisé que les soldats avaient été confrontés au dilemme d’envoyer des troupes pour libérer les jeunes filles tout en redoutant de faire des victimes. Les autorités ont donc choisi la prudence. Depuis, il n’a plus jamais été question de leur localisation. Probablement parce que des négociations ont été entamées avec certaines factions qui détiennent des lycéennes.

    Justement, on a appris que des discussions pour libérer les lycéennes nigérianes enlevées par Boko Haram se poursuivaient au Tchad. Quel est le rôle du Tchad dans ces négociations entre le Nigeria et Boko Haram ?
    Le Tchad est tout simplement le médiateur entre des représentants de Boko Haram et les autorités nigérianes. Ces négociations ont été tenues relativement secrètes jusqu’a ce que Moussa Faki Mahammat, le ministre des Affaires étrangères tchadien, le confirme sur nos ondes le 18 octobre dernier. Lors de cet entretien, il avait expliqué que les deux parties avaient pris quasi simultanément l’initiative de cette médiation. Boko Haram aurait, selon lui, d’abord envoyé une correspondance au gouvernement tchadien. A la suite de quoi les autorités nigérianes auraient effectué une demande officielle pour faciliter ce contact. Il y a ensuite eu des entrevues aux mois de juillet-août et fin septembre à Ndjamena. Et selon les autorités nigérianes et tchadiennes, cela a abouti à un cessez-le-feu. Des propos confirmés par des sources sécuritaires qui ont indiqué avoir vu ce document signé par les deux parties. Le document devait servir de base à de futures négociations, dont l'éventuelle libération des lycéennes en contrepartie de la libération d'une vingtaine de prisonniers de Boko Haram. Sauf que le terrain a très vite contredit ces affirmations. La semaine dernière, il y a eu des violences dans l’Etat d’Adamawa, au sud de l’Etat de Borno. Des présumés islamistes se sont emparés des localités de Uba et de Mubi. Puis, vendredi dernier, une nouvelle vidéo d’Abubakar Shekau, le leader du groupe, a été rendue publique. Il y affirmait qu’il n’y avait pas de négociations en cours et que le cessez-le-feu était un « mensonge ». Le tout accompagné, lundi, d’une nouvelle flambée de violences. Une procession de fidèles célébrants l’Ashura a été visée a Potiskum dans l’Etat de Yobe. Cela ne veut pas dire que les autorités n'ont pas tenté de négocier. Mais il y a clairement un problème d’interlocuteur. Ce qui montre à quel point Boko Haram n’est pas une entité centralisée, mais qu’il y a bel et bien de nombreuses factions et des intérêts divergents.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.