GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Hebdo

    Le difficile chemin des réformes du pape François

    media Le pape François, qui a fêté son 78 anniversaire au Vatican le 17 décembre 2014, promet des réformes dans la curie romaine. REUTERS/Tony Gentile

    Dans Appels sur l’actualité, les auditeurs s’interrogent sur l’allocution de Noël du pape François, qui a dénoncé dans sa bénédiction la « persécution brutale » que les combattants du mouvement Etat islamique mènent contre les minorités. François a appelé à ne pas se montrer indifférent face aux souffrances dans le monde. Plusieurs dizaines de milliers de personnes s'étaient rassemblées sur la place Saint-Pierre à Rome pour entendre la traditionnelle bénédiction urbi et orbi, à la ville et au monde. Le calendrier papal pour 2015 s'annonce chargé. Des déplacements sont prévus en Asie, en Afrique, en Amérique latine et aux Etats-Unis. L’un de ses projets essentiels sera une réforme de la curie romaine, qui a essuyé de sévères critiques de la part du souverain pontife lors de sa traditionnelle réunion de fin d'année, le 22 décembre.

    Comment expliquer ces tensions entre le pape et son gouvernement ?

    On savait qu’il y avait des tensions dans la curie romaine, mais le discours du 22 décembre dernier les met sous un jour nouveau. Ces tensions sont en partie dues au fait que plusieurs responsables de dicastères – l’équivalent des ministères, en quelque sorte - ne sont toujours pas définitivement confirmés dans leurs fonctions (et cela bientôt près de deux ans après l’élection de François), mais aussi que la réforme de la curie romaine en cours n’aboutit pas. Alors qu’on pensait que le pape aurait réformé l’appareil de gouvernement de l’Eglise d’ici février, il a annoncé avant Noël qu’il ne fallait s’attendre à rien avant 2016 ! Cela a pu décourager pas mal de monde.

    Le très sévère discours du pape laisse donc entrevoir que ces tensions sont fortes mais aussi qu’il ne supporte plus le double jeu de certains responsables dans la curie. Beaucoup pensent qu’une telle franchise ne puisse pas être suivie d’effets, avec des départs volontaires ou forcés dans les semaines qui viennent. Mais le pape devra se méfier du revers de la médaille, car après avoir fait publiquement la leçon aux évêques et cardinaux de la curie, nul ne l’épargnera désormais s’il trébuche.

    Comment s’organise la répartition des pouvoirs entre le pape et la curie ?

    Le pape, par définition, est souverain. Maintenant, il est de tradition que chacun des dicastères (les congrégations et les conseils pontificaux) travaille de son côté et soumet, lorsque c’est nécessaire, au pape. Mais il est des congrégations – pour la doctrine de la foi, le clergé ou les évêques, par exemple - qui ne peuvent prendre de décisions importantes sans l’aval du pape.

    Il a également dénoncé l’action du groupe Etat islamique. Quelle est la portée politique de ce genre de déclarations ?

    Le pape n’a jamais nommé le groupe Etat islamique dans ses appels ou ses discours. Il parle le plus fréquemment de persécutions « inhumaines » et violentes. En Turquie, fin novembre, il a cependant assuré devant le responsable des Affaires religieuses, dans ce pays musulman à 98%, que ces violences étaient causées par « un groupe extrémiste et fondamentaliste ». On ne pouvait pas être moins clair !

    Il semble difficile, depuis Rome, de préciser la portée des propos du pape dans le monde musulman. Ce qui semble clair, en revanche, c’est qu’il a tenu à faire la distinction entre le fondamentalisme et le véritable islam. Dans l’avion qui le ramenait de Turquie, il y a un mois, il a dit combien le Coran était, à ses yeux, un livre de paix. Dans le même temps, il a demandé une condamnation claire du terrorisme par « tous les leaders musulmans - qu’ils soient responsables politiques, religieux ou universitaires ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.