GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Hebdo

    L’exil de «l'athée de Palestine»

    media Dans une Palestine qui se définit comme laïque, le discours du jeune Waleed Al-Husseini révulse. DR

    La sortie de son livre a coïncidé avec les attentats qui ont frappé la France mi-janvier. Et, dramatiquement, il a trouvé sa place dans l’actualité. Blasphémateur ! Les prisons d’Allah est le récit de Waleed Al-Husseini. Le témoignage poignant d’un jeune Palestinien qui a osé critiquer l'islam. Il est désormais réfugié en France.

    Waleed Al-Husseini a tout du jeune citadin branché : cheveux mi-longs parfaitement lissés, look d’ado, la main accrochée à son smartphone en permanence. Mais avant de devenir ce jeune dandy ô combien Parisien, il a eu une autre vie en Palestine. Du haut des ses 25 ans, le jeune garçon à l’allure timide et au visage angélique a vécu un long « chemin de croix ». Un calvaire qu’il raconte dans un livre autobiographique : un cri de liberté qu’il pousse avec, en ligne de mire, la volonté de faire bouger les consciences. Sa faute ? Avoir critiqué sur internet la religion de son « enfance ». Il a depuis la triste réputation d'être le premier Palestinien d’origine musulmane incarcéré en Cisjordanie pour avoir rejeté l’islam.

    Coiffeur à l’origine, né dans une famille croyante et pratiquante musulmane, Waleed Al-Husseini  tue ses soirées à alimenter un blog dont tous ignorent qui en est l'auteur, « La voix de la raison ». Il a alors 17 ans. Après être passé par plusieurs années de réflexions, de frustrations, d’interrogations et de doutes au sujet de sa religion, il partage ainsi ses pensées sur la Toile.

    Réseaux sociaux aidant, des milliers d’internautes consultent ses écrits, de Riyad à Rabat en passant par Amman ou Le Caire. Rapidement, les insultes et les menaces fusent mais Waleed, soutenu par des milliers de cyber-musulmans dans son cas – mais qui n’osent l’avouer - persiste dans le « blasphème », critiquant le texte coranique, les traditions rétrogrades, la misogynie de la religion, etc. Et de simple internaute anonyme, il devient « l’athée de Palestine ». Quel courage que de se revendiquer comme tel en terre d’islam où ne pas être d’une religion du Livre, quelle qu’elle soit, est juste impensable !

    Courageux ou inconscient ?

    Dans une Palestine qui se définit comme laïque, le discours du jeune au visage de chérubin ne plaît pas, voire révulse. Intitulée « Ana Allah » («Je suis Allah »), cette nouvelle page Facebook créée en 2010 par le jeune Palestinien est la goutte qui fait exploser la haine des islamistes. Démasqué, Waleed Al-Husseini est arrêté en novembre de la même année, puis emprisonné pour « outrage à la religion ». Au fil des pages de Blasphémateur !, le jeune écrivain décrit cette arrestation, ses jours et nuits d’angoisse dans les geôles palestiniennes, la torture psychologique, voire physique, dont il est victime. Après dix mois de procès sans cesse repoussé, il est jugé par un tribunal militaire. Puis relâché sous caution.

    Courageux ou inconscient, un peu des deux certainement, Waleed persiste dans son apostasie et a bien l’intention de se faire entendre, à défaut de déplaire à sa famille la plus proche. Une famille qu’il aime plus que tout mais dont il parle très peu dans son récit. Et pour cause : restée en Palestine, elle a déjà été cible de menaces suite à ses agissements et il veut l'épargner tant bien que mal. Mais Blasphémateur ! est tout de même dédié à sa maman Salwa. « Ma mère qui a respecté ma quête de vérité et de liberté », écrit-il.

    Rien ne l'arrête

    Menacé de mort par des « fous de Dieu », Waleed fuit la Palestine pour la Jordanie. C’est grâce à des soutiens internationaux d’ONG des droits de l’homme et de journalistes que le jeune homme obtient l’asile politique en France au printemps 2012. Le combat ne s’arrête pas pour autant à son arrivée dans l’Hexagone. Même s’il demeure à ses débuts craintif, perdu dans ce pays dont il ne connaît pas la langue, il persiste à revendiquer son athéisme.

    Il fonde le Conseil des ex-musulmans de France - peu actif jusqu'à présent comparé à son homologue britannique - et milite activement via son blog au dépassement de la religion par les sciences, la littérature, la culture. Waleed Al-Husseini appelle à la réflexion : comment, par exemple, les musulmans peuvent adhérer à un dogme qui exclut le développement de la pensée individuelle au profit d'un point de vue collectif que nul ne peut critiquer ? C’est à un combat digne de celui de David contre Goliath que se livre Waleed Al-Husseini… Mais l’espoir est permis tant sa détermination est grande et son projet humaniste. Waleed le répète à l’envi : il n’a aucun regret. « Ma bataille pour la liberté, la laïcité, la paix et les valeurs universelles des droits de l’homme, et surtout de la femme, me permet aujourd’hui de savourer la vie telle que je l’ai rêvée, une vie que j’ai conçue librement, loin de l’oppression de la religion et de sa culture abêtissante. »

    Waleed Al-Husseini pourrait ainsi devenir le porte-drapeau de ces athées venus du monde musulman, en tout cas médiatiquement. Car d'autres athées ayant trouvé l'asile en Europe sont bien plus actifs que le jeune auteur dans leurs revendications. Ainsi, pour Waleed Al-Husseini comme pour la majorité des athées, c’est par un éloignement du religieux, principalement, que le monde musulman se développera et se pacifiera.

    Au risque d’être « récupéré », voire instrumentalisé, par les extrêmes politiques français et les nombreux lobbyistes, Blasphémateur ! , sorti le jour même de la publication du « numéro des survivants » de Charlie Hebdo, est un plaidoyer pour la laïcité et le respect mutuel. Pas un mot de haine ne ressort des quelque 200 pages de ce livre qui apparaît comme un appel à la tolérance universelle.


    Blasphémateur ! Les prisons d’Allah. Waleed Al-Husseini. Paris, éditions Grasset, 2015, 237 pages, 18 euros.

    ►Lexique (source, dictionnaire Larousse) :
    Athée
     : attitude de quelqu'un qui nie l'existence de Dieu.
    Apostat : personne qui abandonne une doctrine, une opinion, un parti.
    Blasphème : parole ou discours qui outrage la religion ou ce qui est considéré comme respectable ou sacré (le blasphème est à distinguer du sacrilège, le premier consiste en paroles, le second en actes).

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.