GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Hebdo

    L’incroyable voyage de l’ours Iwo dans les Carpates

    media L'ours Iwo lorsqu'il s'est réveillé de son hibernation en Pologne, au printemps 2014. DR/Parc national d'Aggtelek

    Ce n’est pas un descendant de Dracula mais un ours brun. Il est célibataire, il pèse 81 kilos et s’appelle Iwo. Il a traversé toutes les montagnes des Carpates, de la Pologne jusqu’en Hongrie pour trouver l’âme sœur…

    C’est l’incroyable voyage d’Iwo, cet ours venu de Pologne qui a pénétré le 3 mai dernier le territoire hongrois. Il est très rare que des ours descendent des montagnes pour s’aventurer en Hongrie, car la Hongrie est un pays de plaines. Mais les Carpates sont tout près, au nord du pays : une chaîne de montagnes en forme d’arc de cercle, qui va de la Pologne et la Slovaquie jusqu’à l’Ukraine et la Roumanie. La Hongrie se situe dans le bassin de cette chaîne. Iwo est donc parti de Pologne en direction du sud. Il a traversé toute la Slovaquie, pays très montagneux, jusqu’à la Hongrie. En 8 jours, l’ours brun a parcouru plus de 120 kilomètres.

    Comment connaît-on son périple ? A l’origine, Iwo habite dans le parc naturel des Tatras, au sud de la Pologne. Or, des chercheurs polonais de l’université de Cracovie et du parc naturel étudient les ours bruns qui peuplent ce parc. Il y a un an, ils ont brièvement capturé Iwo, un mâle âgé de 5 ans. Et ils lui ont posé un petit collier, équipé d’un GPS qui enregistre tous ses mouvements et envoie des SMS à un ordinateur toutes les demi-heures. Grâce à cela, on sait où se trouve l’ours, et on sait aussi s’il est en train de manger ou de dormir. Le but de ce programme de recherche, le projet Globe, est d’étudier les répercussions de l’impact du changement de climat et de l’activité de l’homme sur la vie des ours.

    Ces ours qui ne connaissent pas les frontières

    On ne connaît pas exactement le nombre d’ours bruns dans les Carpates. On en compte 200 000 dans le monde entier, et on estime qu’il y en aurait 7 000 dans l’ensemble des Carpates, dont une centaine en Pologne. Mais ces ours ne connaissent pas les frontières. Ils se baladent beaucoup dans les montagnes, d’un pays à l’autre. Surtout s’ils sont célibataires comme Iwo. L’année dernière, il avait déjà fait un grand tour en Slovaquie, au printemps, après avoir hiberné. Cette année aussi, car c’est l’époque où les ours cherchent une compagne ; mais cette fois, Iwo est allé beaucoup plus loin jusqu’à Aggtelek en Hongrie. Aggtelek est un magnifique parc naturel à cheval sur la Slovaquie et la Hongrie. Inscrit au patrimoine mondial de l'humanité pour ses grottes vieilles de 2 millions d'années, le domaine abrite de nombreuses espèces protégées - aigle, faucon, loup, lynx - mais pas d'ours. Iwo se trouve actuellement dans le voisinage du parc où il y a quelques petits villages. Une région habitée.

    Aucune mesure de sécurité n’a été prise parce qu’on contrôle ses déplacements et les Polonais sont en communication constante avec les Hongrois. Mais des consignes ont été données. Voilà ce qu’il faut faire si on tombe sur l’ours : si l’animal ne vous a pas vu, il faut s’éloigner doucement, sans faire de bruit et surtout ne pas courir. Sinon l’animal risque de vous prendre pour du gibier. Si l’ours vous a vu, il ne faut pas lui tourner le dos mais lever les mains au dessus de la tête et parler ou siffloter doucement. Pour montrer que vous êtes un humain. Et puis reculer doucement pour disparaître de sa vue.

    Lundi 11 mai, Iwo a franchi la frontière dans l'autre sens ; il se trouve toujours dans le parc naturel, mais côté slovaque. Il semble que sa semaine de vacances hongroise touche à sa fin, mais les chercheurs n'excluent pas qu'il refasse une nouvelle incursion côté magyar. La prudence est donc toujours recommandée aux visiteurs du parc, bien qu'Iwo ne soit pas considéré comme une menace. Un ours brun, ça mange des petits mammifères à l’occasion, mais ça se nourrit surtout de végétaux… Et de papillons de nuit !

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.