GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Hebdo

    Corruption en Ukraine: tolérance zéro pour la nouvelle police

    media Le président Petro Poroshenko (d) assistait à la cérémonie de présentation des nouveaux officiers de police de Kiev, une réforme initiée par les autorités ukrainiennes et pilotée par le ministère de l’Intérieur. Reuters/Valentyn Ogirenko

    Une nouvelle police a été présentée en grande pompe le 4 juillet dans le centre de Kiev. Le nom « police » tranche avec l’appellation traditionnelle de « milice » héritée de l’Union soviétique. Mais plus qu’une question de symbole, on espère que ses recrues qui sont jeunes, bien entraînées et bien payées seront aussi incorruptibles.

    De notre correspondant à Kiev,

    C’est la réforme la plus visible du gouvernement ukrainien. Près de 2 000 nouveaux agents affectés à la police de Kiev ont prêté serment officiellement le 4 juillet dernier sur l’une des principales places de la capitale en présence du président de l’Ukraine, Petro Porochenko, du Premier ministre, Arseni Iatseniouk, et de tout un parterre de personnalités et de journalistes. Bien en rang, vêtus d’uniformes neufs tout juste importés des Etats-Unis et dotés de voitures neuves, ces agents avaient l’air fier, droit et enthousiaste. Parmi les recrues de la nouvelle police de Kiev, environ 27 % de femmes, ce qui en fait l’une des plus féminisées en Europe !

    La foule qui assistait à la présentation était elle aussi enjouée. Tout le samedi, les nouveaux policiers ont déambulé sous le soleil à travers les rues de la capitale avec leurs familles, applaudis, encouragés et pris en photo par les habitants. Jusqu’à 9 heures du soir, où ils ont officiellement pris leurs fonctions et commencé à remplacer l’ancienne milice. 

    Trois fois le salaire d’un milicien

    La réforme a été pilotée par la vice-ministre de l’Intérieur, Ekaterina Zguladze, qui avait codirigé il y a quelques années la réforme de la police dans sa Géorgie natale. La logique de cette petite révolution, c’est de se débarrasser des anciennes unités de milice et de police de la route, qui sont critiquées comme incompétentes, peu qualifiées et surtout très corrompues. En Géorgie, le gouvernement avait pris des mesures de choc en divisant les effectifs de la police par deux en l'espace de quelques semaines, ce qui avait produit des résultats remarquables. En Ukraine, elle n’a pas pu faire la même chose. Mais elle commence avec cette expérience de quelque 2 000 policiers basés à Kiev. 

    Ils sont jeunes, pour la plupart de moins de 35 ans, ils ont été recrutés et formés pendant des mois et surtout, ils sont bien payés : environ 350 euros par mois, soit près de trois fois le salaire d’un milicien. L’idée étant de supprimer les raisons de demander des pots-de-vin, d’éradiquer tout risque de corruption et d’adopter une tolérance zéro avec les officiers corrompus. Si cela se concrétise à Kiev, l’expérience doit être étendue à toute l’Ukraine.

    Cette réforme a-t-elle des chances de réussir ? C’est là tout l’enjeu. Il y a des critères esthétiques évidents, comme ne plus devoir verser de bakchich à chaque contrôle routier. Ou encore, les Kiéviens s’émerveillent de voir la nouvelle police lutter contre les parkings illégaux qui encombrent les trottoirs de la capitale. Mais à côté de cette nouvelle police, les autres unités des forces de l’ordre ne changent pas, par exemple, les services secrets ou les forces anti-émeutes.

    Le patron de la police, le ministre de l’Intérieur, Arsen Avakov, a une réputation toujours plus sulfureuse. Autre point très important : la réforme de la justice est au point mort. Aussi comment imaginer que les policiers effectuent un travail crédible si les tribunaux demeurent aussi opaques et si les magistrats sont aussi corrompus qu’auparavant ? Au-delà du changement de style, des beaux uniformes et des voitures neuves, les Ukrainiens attendent toujours des réformes en profondeur. Et durables. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.