GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Hebdo

    Zimbabwe: mort de Cecil le lion, un scandale international

    media Le lion Cecil était une icône au Zimbabwe. Capture d'écran Youtube / Bryan Orford

    Appels sur l'actualité revient sur la mort du lion Cecil, vedette de la grande réserve de Hwange pour sa crinière noire. Le procès de l'organisateur du safari, au cours duquel le désormais célèbre lion zimbabwéen a été abattu, a été reporté à septembre à la demande de ses défenseurs. Ce responsable de safari de grande chasse et un compatriote zimbabwéen ont été accusés le 28 juillet de braconnage avec un riche client américain. Grand absent de cette audience qui devait se tenir au tribunal de Hwange, en bordure du parc, le chasseur Walter James Palmer a quitté le Zimbabwe bien avant que le scandale n'éclate il y a quelques jours.

    Pourquoi la mort d’un seul lion a-t-elle déclenché un tel scandale international ?

    C’est vrai que cette affaire a beaucoup choqué. La presse en a fait ses gros titres. Les réseaux sociaux ont pleuré le lion Cecil pendant plusieurs jours. Alors pour essayer d’expliquer pourquoi la mort de ce lion a déclenché une telle polémique, ce qu’on peut déjà dire c’est que dès le début ce lion il a été dépeint comme une icône, un symbole. Il a un prénom. Il était connu de tous les visiteurs du parc de Hwange. En fait, son statut un peu de « star » locale a fait que sa mort a pris plus d’ampleur sûrement que la mort de dizaines d’éléphants ou de rhinocéros braconnés tous les jours. Ensuite, la cause animale est une cause qui est très fédératrice.

    Mais ce ne sont pas tous les animaux qui suscitent l’empathie du public…

    Pour comprendre cette empathie qu'a suscitée la mort de ce lion, des spécialistes de la biodiversité se sont penchés sur la question. Ils expliquent que la majorité des humains se fichent de la plupart des espèces qui vivent sur la planète. Par exemple, les amphibiens, c’est le groupe d’animaux les plus en danger, avec un tiers de leur espèce qui est menacé d’extinction. Mais cela n’intéresse pas les gens car la majorité de ces animaux ne sont pas beaux, expliquent ces spécialistes. Donc ce lion il a bénéficié de son statut d’animal charismatique, de grand fauve.

    Mais cette histoire a laissé les Zimbabwéens plutôt perplexes. Ils n’ont pas trop compris cette indignation. C’est bien loin de leurs préoccupations. D’ailleurs, la plupart des habitants de Harare n’avaient jamais entendu parler de ce lion. Il était surtout connu des touristes qui pouvaient se permettre de se payer un safari dans le parc de Hwange.

    L’Américain Walter Palmer a reconnu avoir tué le lion, peut-il être poursuivi ?

    Oui, il peut être poursuivi. Les autorités du Zimbabwe et la ministre de l'Environnement ont demandé la semaine dernière l'extradition du dentiste pour qu'il puisse être jugé. Elle a rappelé les soupçons qui pèsent contre Walter Palmer. Elle l’accuse bien de s’être livré à du braconnage.

    Donc selon la loi du pays, l’abattage illégal d’un lion est une infraction passible d’une amende de 18 000 euros et jusqu’à quinze ans de prison. Le procureur général du Zimbabwe, lui, a lancé le processus de demande d'extradition. Il faut savoir que malgré les relations tendues entre les Etats-Unis et le Zimbabwe, les deux pays disposent d’un traité bilatéral d’extradition. Ce traité oblige les deux pays à extrader les personnes inculpées d’une infraction dans le pays qui le demande. Mais il n'est pas sûr que cette procédure aille jusqu’au bout parce que c’est le secrétaire d’Etat américain qui a le dernier mot et qui décide, ou non, d’extrader une personne. Donc aujourd’hui les chances que Walter Palmer soit extradé vers le Zimbabwe sont assez faibles.

    Les Etats-Unis ont aussi ouvert une enquête…

    Oui, les autorités américaines de la protection de la faune ont ouvert une enquête la semaine dernière pour voir si la loi américaine avait été violée en matière de chasse illégale. Dans un tweet, daté du 31 juillet, l’agence gouvernementale chargée de la protection de la vie sauvage précise qu’elle a été contactée par un représentant du docteur Palmer et que l’enquête se poursuivait. Walter Palmer avait déjà été condamné pour braconnage. En 2008, il avait été reconnu coupable de braconnage dans le Wisconsin après avoir abattu un ours noir dans une zone non autorisée.

    Quelle est l’ampleur du braconnage en Afrique ?

    Quelques chiffres pour donner une idée : au total, 37 pays africains sont touchés par le braconnage. Un phénomène qui frappe les éléphants, les rhinocéros, les pangolins, les lions, etc. Chaque jour, plus de 60 éléphants et environ trois rhinocéros sont tués illégalement. Par exemple, au Tchad, la population d'éléphants a diminué de plus de la moitié. Elle est passée de 4 000 individus en 2006 à environ 1 500 aujourd’hui. Autre animal beaucoup braconné : le rhinocéros. Depuis 2007, la réserve sud-africaine du parc Kruger a perdu des centaines de rhinocéros, abattus et décornés pour alimenter le marché noir de la poudre de corne en Asie. Concernant le lion, selon les chiffres de l’association LionAid, 1 166 lions auraient été tués et importés en Europe entre 2008 et 2012.

    Quelles mesures pourraient être prises pour améliorer la protection des animaux sauvages ?

    A la suite de la mort de Cecil, le Zimbabwe a renforcé les restrictions de grande chasse, c’est-à-dire la chasse aux animaux sauvages comme les lions, les léopards mais aussi les éléphants. Les alentours du parc Hwangé sont maintenant sanctuarisés. La grande chasse à l'arme à feu, mais aussi à l'arc, est donc interdite aux alentours du parc. Pour améliorer la protection de ces animaux sauvages, les ONG demandent des sanctions plus lourdes envers les braconniers mais aussi plus de moyens et de personnel sur le terrain pour surveiller les parcs. Protéger ces animaux passe aussi par le renforcement des contrôles sur le commerce illégal de ces espèces.

    Après la mort de Cecil, certaines compagnies aériennes ont même décidé d’arrêter de transporter à bord de leurs avions les trophées de chasse. C’est le cas des compagnies nord américaines comme Delta, American Airlines et Air Canada.

    Mais pour stopper le braconnage, il faut aussi stopper la demande…

    Il faut évidemment que les autorités des pays consommateurs prennent des mesures. Si on prend le cas des éléphants, la Chine représente plus de 70% de la demande mondiale d’ivoire, selon les ONG. Et les autorités chinoises sont régulièrement critiquées pour leur mauvaise gestion du sujet. En février, Pékin a annoncé une interdiction de l'importation d'ivoire sculpté mais pendant un an seulement...

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.