GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Japon: des conduites d'air rouillées repérées dans douze réacteurs nucléaires (autorités nucléaires)
    • Transports: «Vot'action» SNCF, 94,97% des votants se disent contre la réforme gouvernementale (syndicats)
    • Migrants à Paris: le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb veut une évacuation «à bref délai», avec mise à l'abri et contrôles
    • France: Darmanin ne «veut pas toucher» aux prestations sociales «individuelles»
    • Une conférence humanitaire sur le Yémen a été confirmée pour la fin juin à Paris (Elysée)
    • Social: le taux de chômage remonte de 0,2 point au 1er trimestre 2018, à 9,2% en France entière (Insee)
    Hebdo

    Rwanda: vers le référendum sur la Constitution

    media Le président rwandais Paul Kagame allume la flamme du souvenir au mémorial de Kigali, lors de la commémoration des 21 ans du génocide, le 7 avril 2015. AFP/Stéphanie Aglietti

    Appels sur l'actualité revient sur l'adoption, le jeudi 29 octobre dernier par les députés rwandais, d'un projet de réforme de la Constitution permettant à Paul Kagame, élu en 2003 et réélu en 2010, de se présenter en 2017 pour un mandat de sept ans puis pour deux autres mandats de cinq ans. Les parlementaires avaient donné, mi-août, leur feu vert de principe à cette réforme en jugeant recevable les pétitions - qui auraient été signées par plus de trois millions de Rwandais - en faveur d’un maintien au pouvoir du président Kagame. Depuis, ils ont de fait entamé le processus de révision constitutionnelle, notamment par la mise en place d'une commission ad hoc. Une initiative diversement perçue par les observateurs et que le parti des Verts, seule force d’opposition, a jugée biaisée. Prochaines étapes : le vote du texte par les sénateurs, puis le référendum.

    Les députés rwandais ont adopté le 30 octobre le projet de réforme de la Constitution en vue de permettre au président Paul Kagame de briguer un troisième mandat. Va-t-il organiser un référendum sur le sujet ?
    Officiellement, ce n’est pas le président rwandais qui est à l’origine de la réforme de la Constitution lui permettant de se représenter en 2017. Paul Kagame ne s’est pas prononcé pour l’instant sur ses intentions, répétant qu’il ne briguerait un nouveau mandat que s’il était plébiscité par son peuple. Mais selon des observateurs, son parti, le Front patriotique rwandais, le FPR, dont il est le président, est en réalité à la manœuvre pour sa réélection, et la population instrumentalisée pour justifier cette réforme de la Constitution. Ce que les autorités démentent. Reste qu’après le vote de la Chambre des députés, pour être définitivement adoptée, la réforme de la Constitution doit passer par le Sénat avant d’être effectivement soumise à référendum, comme le veut la Constitution.

    Pourquoi n’y a-t-il qu’un seul parti opposé au changement de la Constitution ?
    Le Rwanda est régulièrement épinglé pour son manque d’ouverture politique. Les partis représentés au Parlement sont le FPR et ses alliés. Et effectivement, le Parti démocratique vert est le seul parti légalement enregistré à s’opposer à une telle réforme. Il faut cependant noter que dans le pays, deux autres partis y sont également opposés. Ces partis ne sont toutefois pas reconnus par le gouvernement et ne peuvent donc pas travailler. Il s’agit du parti de Victoire Ingabire, l’opposante condamnée en 2013 à quinze ans de prison notamment pour « minimisation du génocide » ; et celui de Bernard Ntaganda, un autre critique du régime qui vient de purger une peine de quatre ans de prison pour « atteinte à la sûreté de l’Etat ». D’autres membres de l’opposition en exil à l’étranger critiquent également ce changement constitutionnel. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.