GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Hebdo

    Attentats à Paris: un survivant du Bataclan témoigne

    media Devant la salle de concert du Bataclan. Thomas Bourdeau/RFI

    Une balle a traversé son corps, une amie proche y a laissé sa vie, François était au Bataclan le 13 novembre 2015. Il a survécu. Cet homme de 27 ans raconte les événements tragiques qui auraient pu lui coûter la vie dans la salle de concert. Récit de cette soirée glaciale et sombre, à lire en intégralité.

    « Le chanteur faisait rire un public très motivé par le show »

    « J’ai trouvé des places à la dernière minute pour les Eagles of Death Metal au Bataclan. A 20h, j’ai foncé du boulot. En chemin, une amie m’envoie un texto, elle y va aussi, on se retrouvera là-bas. Content, je rentre dans la salle. Le bar est bondé, je prendrai une bière plus tard. Je prends place tout devant à droite, mon amie me " textote ", elle est à gauche, je tente de la rejoindre vers la zone qui, plus tard, se révèlera proche d’une issue de secours. Heureusement… [il soupire] Le concert commence. Au bout de deux chansons, je retrouve mon amie, mais avec les pogos, on se perd à nouveau. L’ambiance très rock’n roll était super, le chanteur faisait rire le public très motivé par ce show presque à l’américaine.

    Photos libres de droit du photographe Manuwino lors du début du concert des Eagles of Death Metal. manuwino.com

    « Un abruti qui pétarade. Non, c’est un tireur »

    « Quelques secondes après le début d’une nouvelle chanson, on entend des pétards comme des coups de feu. Une mise en scène, un problème de sono, un abruti qui pétarade, je ne sais pas et ne me retourne pas pendant à peu près cinq secondes. Quand le groupe s’en va, je trouve ça bizarre. Tout le monde se retourne et on voit quelqu’un tirer sur les balcons. Il est juste à côté du bar à l’entrée. Il tire maintenant sur les côtés. Je me couche et je me dis c’est un tireur, mais peut-être juste un fou comme il y a eu à Libération. J’espère que c’est ça. Juste un fou qui vient marquer le coup, et qui partira après. Allez, on se couche, on attend que ça passe. Pendant quelques minutes je me demande si je ne serais pas plus en sécurité à faire le mort... »

    « Ma tête face au sol, je reçois une balle »

    « Il y a eu une petite accalmie. Un court moment presque rassurant, sans coup de feu. Mais tout de suite après, je me retourne et je le vois : le tireur recharge son arme et tire dans ma direction. Ma tête face au sol, je reçois une balle. Comme un coup de fouet dans le dos, en une fraction de seconde; je suis soufflé. Je touche mon cou, je regarde ma main, c’est du sang. C’est sérieux. Puis je me dis qu’avec tous ses chargeurs, il va buter tout le monde. Il faut foncer. A ce moment, je pensais toujours qu’il était seul. A 10 mètres de moi, je vois des gens qui commencent à sortir à gauche de la scène. La sortie est dans ma ligne de mire, je fonce, je vois des personnes déjà touchées au ventre, aux jambes, des personnes qui ne bougent plus, à l’agonie, qui crient. Du sang est déjà répandu un peu partout au sol. »

    « Je me suis demandé si j’allais mourir »

    « En rampant, j’avance petit à petit. Personne n’ose se mettre debout, tout le monde rampe. A mi-chemin, j’entends un coup de feu à ma gauche, juste à côté. Un autre tireur est à deux ou trois mètres de moi, c’est lui qui vient de tirer. Mon oreille siffle. Pour éviter les acouphènes, je rentre ma tête et me bouche les oreilles. Je reste baissé pendant une trentaine de secondes. Je n’entends plus de coups de feu, je me dis qu’en étant aussi proche de moi, il peut m’avoir à bout portant. Il peut me tuer. Il faut que je continue à avancer. Pour atteindre la sortie, il faut descendre à peu près cinq marches. Là, c’est le pire. C’est l’horreur. C’est l’endroit où tout le monde s’agglutine, où les gens se font étouffer. On est comme dans un entonnoir. Des gens me piétinent. J’ai quelqu’un en-dessous de moi qui pousse et au-dessus de moi un corps m’écrase. Pendant deux ou trois minutes, je suis resté bloqué sans pouvoir respirer. Je me suis demandé si j’allais mourir étouffé. »

    « Mais putain, ouvrez cette porte ! »

    « A ce moment, je me force à penser : chacun pour soi. La sortie : je la vois, je vois dehors, je vois la rue. Elle est à cinq mètres de moi. Il faut forcer, il faut pousser. J’avance. Des gens en tirent d’autres pour tenter de les faire sortir côté rue. Quand finalement je parviens à sortir ma tête pour m’extraire de l’amas de corps, je suis toujours condamné par des gens qui me retiennent derrière. Ils sont sur mes jambes et m’empêchent d’avancer. Je finis par me relever et sortir du tas. Je ne vois plus personne devant, peut-être que les personnes qui aidaient les autres dans la rue sont parties. Les gens sur ma gauche crient : « Mais putain, ouvrez cette porte ! » La porte devant laquelle je suis est ouverte, l’autre à gauche s’est refermée. Mais quelqu’un finit par l’ouvrir. En rampant toujours, j’arrive finalement à m’échapper. Dans la rue, je reprends ma respiration, je regarde à droite, à gauche. La majorité part vers la droite. L’autre côté donne sur l’entrée principale du Bataclan. Je me dis que ce n’est pas le moment de faire le fou et je décide de suivre les autres. Je rase les murs en courant. Je sentais que j’étais blessé mais ça allait, avec l’adrénaline, l’instinct de survie, je ne sentais pas de douleur, sauf dans mon cou. J’ai mis ma capuche dessus et j’ai continué à avancer. »

    Sur les trottoirs devant le Bataclan endeuillé... Thomas Bourdeau/RFI

    « J’ai senti le trou de la balle qui était passée par mon cou »

    « Arrivé dans le passage, je vois quelqu’un qui garde une porte ouverte au pied d’un immeuble. La plupart des survivants s’y réfugiaient. Donc, je fonce comme tout le monde. Je rentre dans la cage d’escalier, monte au premier étage. Un peu en sécurité, je m’assois. J’étais sous le choc. Avec ma main, j’ai senti le trou de la balle qui était passée par mon cou. J’ai eu peur. Je me disais que je m’étais pris deux balles. Dans le sang et la panique, je commence à appeler à l’aide : je suis touché, je suis touché ! Mais les gens s’en foutaient. Ils allaient et venaient pour se réfugier et voir ce qu’il se passait dans la rue. Depuis la cage d’escalier, j’entends : « Remontez, remontez ! Ils sont entrain de tirer, de revenir ! » J’imagine que les terroristes à cet instant étaient aux fenêtres, qu’ils tiraient dans la rue. Je remonte en vitesse d’un étage pour me mettre en sécurité dans un appartement au deuxième. J’étais dans une chambre étudiante et je me suis dit à ce moment-là : ils vont rentrer dans l’immeuble, ils vont dégommer tout le monde. J’ai demandé à la personne qui habitait là : est-ce que je peux me cacher quelque part ? Je repensais au mec qui s’était caché sous un lavabo dans l’imprimerie après Charlie Hebdo. »

    « Je vois des étoiles, j’ai des fourmis dans les mains »

    « En allant me réfugier dans les toilettes, je tombe sur l’amie que j’avais rencontrée au concert. Elle me raconte que son amie est restée couchée au Bataclan, qu’elle ne s’est pas relevée. Elle, a réussi à s’en sortir sans blessure. On a un peu parlé. Elle était abasourdie. Figée. Elle n’avait plus son téléphone, et moi pas le numéro de son amie. Aucun moyen de la joindre à part par internet. On a pensé à Facebook et utilisé l’ordinateur de la locataire pour se connecter et lui envoyer un message.

    A ce moment, mes yeux piquent, je vois des étoiles, j’ai des fourmis dans les mains. Je m’allonge sur le lit et là quelqu’un me lance : « Fais gaffe, tu mets du sang partout sur le lit ! » Je réponds oui, on m’a tiré dessus. Les gens se retournent. On me dit : « Mets-toi par terre ». Ils ont pris un chiffon et appuyé sur le trou. On a juste appuyé très fort et on a attendu. On a fermé la porte et tenté de se calmer. Quelqu’un d’autre est blessé à la jambe. On est sept ou huit, dont une femme sans nouvelle de son enfant et de son ex-mari qui étaient dans la salle avec elle. Elle paniquait. J’avais besoin de m’allonger un peu et je me suis calmé. J’étais content d’être encore en vie. »

    « En attendant, on entend tout. C’est assourdissant »

    « Dans l’appartement, on téléphone pour rassurer nos proches. On entend encore des coups de fusil, des grenades qui pètent. Au bout de deux heures, des policiers arrivent pour sécuriser l’immeuble. Ils frappent à la porte. Trois policiers en tenue de protection. En voyant ma blessure, ils me rassurent mais me disent qu’il faudra rapidement m’évacuer pour être soigné. Mais pour l’évacuation, je dois attendre que le quartier soit sécurisé. Quand le Raid commence, là, c’est la guerre. Des mitraillettes en permanence, et deux grosses explosions. En attendant, on entend tout. C’est assourdissant. Quand les policiers ont la permission de sortir les premiers blessés, je sors avec eux, allongé sur une civière. En civière, je suis protégé par quatre policiers. Deux à côté de moi courent avec une arme à la main. Je suis torse nu dans la rue, je suis inquiet et leur demande si la zone est bien sécurisée. J’ai relevé la tête, je voulais voir tout se qui se passait pour me rassurer : des gens du GIGN et de la BRI, qui ont des armes, sont postés un peu partout. »

    « La balle a traversé votre corps, vous avez eu beaucoup de chance »

    « Ils m’ont amené dans ce poste de premier soin, un restaurant où il y avait beaucoup de corps par terre. J’en ai vu une vingtaine, des blessés ou des morts. Des personnes sont venues me voir. J’étais conscient et presque serein, ils ont vu que je n’étais pas vraiment en danger. D’ailleurs ces gens-là, les infirmiers de la Croix-Rouge, et ceux qui portaient des blouses, je ne sais plus trop, ont un sacré sang-froid. C’était très procédurier, sur une échelle de 1 à 10, on m’a demandé l'intensité de mes douleurs, j’ai dit 1. Voilà, j’étais rassuré. On m’a mis mes premiers pansements : « Il n’y a aucune balle, elle a traversé votre corps en longueur, vous avez eu beaucoup de chance. » La balle est passée à un centimètre de ma colonne vertébrale. Elle est rentrée sous mon omoplate et est ressortie par ma nuque. Je me sentais tellement soulagé. Autour de moi, je ne voulais pas regarder les corps. Le moins possible d'images traumatisantes. Je voulais me protéger comme je pouvais du mal psychologique. Il y avait des cris et des gens en situation grave. Alors à ce moment-là, je me suis assis, et j’ai regardé mes pieds…»

     


    François souhaite témoigner anonymement

    François est resté assis adossé contre le mur du bureau durant l’entretien. Il tenait entre ses mains son badge d’accès à RFI et a gardé sa veste durant notre échange. Il a bu un verre d’eau puis a parlé sans discontinuer. Il a commenté à voix haute les images qui lui revenaient en tête. Plus tard dans son récit, François a évoqué les témoignages qu’il a eu le temps d’entendre dans les hôpitaux qu’il a fréquentés durant les heures qui ont suivi. Notamment celui de cette jeune femme qui, faignant d’être morte, a vécu les tirs, l’horreur, les rires des terroristes, le carnage en baignant dans le sang de ses voisins. L’enfer. François explique que, pour lui, « c’était du tac au tac. Je n’ai pas eu le temps de réfléchir. J’ai eu de la chance mais maintenant quand j’y pense, j’essaie de comprendre ce qu’il s’est passé, j’essaie de comprendre pourquoi ça s’est passé. »

    « J’ai vécu ça comme un flash »

    François veut rester anonyme. Mais il se confie sur la fin : « J’ai vécu ça comme un flash, je ne me laisserai pas abattre. J’ai survécu à un cancer, et au licenciement de ma boîte à l’époque. » Il sourit. « J’ai fait deux fois le festival Burning Man (« homme qui brûle ») en 2011 et en 2012. Je suis allé tout seul à ce festival mythique dans le désert californien. Sur place, j’ai rencontré des gens qui sont devenus mes amis. Beaucoup m’ont contacté après le Bataclan. C’était mon rêve de gosse la Californie, c’est pour ça que j’aime les groupes américains. J’aime l’esprit utopique du Burning Man [ cette rencontre artistique propose d'abattre toutes les barrières, aussi bien à l’intérieur de soi qu’entre les individus de la collectivité, NDLR]. D’ailleurs, après un moment passé là-bas, dans ce sas de décompression, quand on rentre en ville, on se demande pourquoi l’utopie n’est que temporaire. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.