GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Hebdo

    En Ethiopie, une école de design qui pousse à innover

    media Un dessin de mode d'un élève de la Next School of Designers d’Addis-Abeba. RFI/ Justine Boulo

    L’Ethiopie peut se targuer d’un savoir-faire multiséculaire dans le textile. Mais quand Sara Mohammed a créé son école, il y a onze ans, aucune institution n’enseignait l’art de la mode. Régulièrement, des étrangers venant d’Afrique du Sud, des Etats-Unis, de France, d’Angleterre ou de Mongolie sont invités à donner des formations à la Next School of Designers d’Addis-Abeba. Reportage.

    « Cours d’inspiration », ce matin, à la Next School of Designers d’Addis-Abeba. Une quarantaine d’étudiants écoutent religieusement Tsedey présenter ses créations : trois robes aux finitions originales, une dorée, une verte et une mauve. L’ancienne élève explique chaque point, chaque accessoire ajouté, chaque tissu ou motif utilisé.

    « Avez-vous déjà vu une telle création ? », interroge Sara Mohammed, la directrice de l’école, qui observe la scène dans l’encadrement de la porte. « Nous ne voulons pas que nos élèves reproduisent des designs existants. Nous voulons qu’ils créent leurs propres motifs. »

    Priorité au partage des cultures

    L’Ethiopie peut se targuer d’un savoir-faire multiséculaire dans le textile. Mais les coutumes locales ne sont ici qu’une source d’inspiration. Dans sa robe bleue élégante, perchée sur des talons noirs brillants, Tsedey insiste : « En Éthiopie, on utilise le telet, ce coton blanc traditionnel. Moi, je n’en utilise pas. Je veux créer quelque chose de nouveau. Je travaille avec des beaux tissus, faits à la main, pour créer des habits de tous les jours ou des robes de soirée. »

    Sara Mohammed renchérit : « Nous travaillons ici avec la mode éthiopienne mais aussi internationale. » Régulièrement, des designers étrangers sont invités à donner des formations. « Pour comprendre la mode, pour s’améliorer, il faut connaître plein de choses : quels tissus sont utilisés dans tel pays ? C’est très important pour nous de partager les cultures », ponctue la créatrice de l’école.

    Rekik a 21 ans. Elle a commencé la formation il y a un mois. Pour l’avenir, elle a déjà des projets : « Je rêve de devenir une grande designer. Je ne veux pas rester seulement en Ethiopie. Je veux aller voir ce qui se fait en Europe, aux Etats-Unis, partout… Je veux voir ce que portent les gens. Je voudrais collecter ces idées et créer ensuite mes propres modèles, quelque chose de nouveau, de différent. »

    Une des classes de Next School of Designers d’Addis-Abeba. RFI/Justine Boulo

    En finir avec le « Made in China »

    Quand Sara Mohammed a créé son école, il y a onze ans, aucune institution n’enseignait l’art de la mode. Seuls des instituts de textile apprenaient à filer et coudre. « Ce n’était pas du tout de la mode. On ne parlait pas de couleurs ou de style. Je me suis dit qu’avec le boom économique de l’Éthiopie, le pays aurait besoin de designers. Aujourd’hui, Addis-Abeba a changé. Nous avons beaucoup de créateurs. Nous avons besoin de vêtements de qualité. Ces habits « Made in China », nous n’en voulons plus. Il faut produire du design de qualité, en Éthiopie, pour les Éthiopiens. C’est ça mon rêve. »

    La réussite de Lyia Kebede est dans toutes les têtes. La mannequin éthiopienne a lancé sa marque de vêtements Lemlem depuis New York en s’inspirant des traditions éthiopiennes. Senayit, étudiante à la Next School of Designers, est consciente du potentiel de son pays : « Le style éthiopien attire. Il suffit de voir les touristes qui achètent nos étoffes traditionnelles. Si nous repensons le design de nos tissus, de manière plus moderne, nous pouvons vraiment créer de très beaux produits. »

    Ils sont 160 à l’école d’Addis-Abeba. Cette année, Sara Mohammed en a créé une seconde dans le quartier de Lebu, en banlieue, pour une centaine d’élèves supplémentaires. Le design séduit de plus en plus de jeunes, surtout les femmes. Mafi, Hiwot Gashaw, ou Fikirte Addis, elle-même passée par l’école de Sara Mohammed : autant de noms qui commencent à percer en Ethiopie !

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.