GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Hebdo

    RDC: le géant francophone à l’heure anglaise

    media Lambert Mende, porte-parole du gouvernement de la RDC, revient régulièrement sur le «Congo bashing». DR

    La République démocratique du Congo, le plus grand pays francophone, dope sa communication à coups de déclarations en anglais. Avant elle, quelques rébellions de l’Est ont commencé à employer cette langue, qui gagne du terrain depuis le déploiement de la mission de l’ONU en 1999.

    « Congo bashing ». Cette expression anglaise tirée de l’hebdomadaire Jeune Afrique revient régulièrement dans la bouche du porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, pour résumer les campagnes de dénigrement orchestrées, selon lui, par des Etats ou des médias contre la République démocratique du Congo.

    La formule est infidèle au français, langue officielle de l’ancienne colonie belge qui, avec ses 2,3 millions de km2, fait office de pays francophone le plus vaste. D’où le fort symbolisme quand Kinshasa a accueilli en octobre 2012 le sommet de la Francophonie où s’était rendu le président français François Hollande.

    « Le français se porte très bien »

    Aujourd’hui, « le français se porte très bien, résume Collin Kandolo, délégué général à la Francophonie dans la capitale congolaise. Dans les bureaux de l’Etat et des entreprises privées, même s’il y a un petit volet anglais, à 90% le français prédomine dans les correspondances administratives. Et l’éducation est assurée en grande partie en français. »

    Reste que, depuis avril, les autorités congolaises ont publié des communiqués et tweets en anglais, parfois même avant la version française, qui relayent des informations de la présidence, du gouvernement ou du bureau de la représentante spéciale du chef de l’Etat chargée de lutter contre les violences sexuelles et l’enrôlement d’enfants.

    « Le recours à l'anglais » aussi

    Le dernier communiqué bilingue, envoyé le 28 novembre, résumait un discours du président Joseph Kabila à propos d’un « dialogue politique national inclusif » en préparation afin d’organiser des élections apaisées, alors que l’opposition l’accuse de vouloir violer la Constitution qui l’empêche de briguer la présidentielle en novembre 2016.

    « Le recours à l'anglais, que maîtrise très bien Joseph Kabila qui a passé une partie de sa jeunesse en Tanzanie, est motivé par le souci d'atteindre un nombre plus élevé de personnes, particulièrement au sein des pays et organismes partenaires de notre pays », résume Lambert Mende, par ailleurs ministre de la Communication et des Médias.

    Les communiqués sont diffusés par DRC Notes (Notes sur la RDC) qui, sur ses comptes Twitter français et anglais, se présente comme un « service de diffusion d'actualité affilié au ministère de la Communication et des Médias ». « Un compatriote […] dont je ne suis pas autorisé à dévoiler l'identité » en est à l’origine, indique Lambert Mende.

    Le service en question cultive un certain goût du secret : aucun nom au bas de ses e-mails, invariablement signés par « l’équipe DRC Notes ». Toujours qu’il est lié à la société américaine Glover Park Group, spécialisée dans la « communication stratégique » et les « affaires gouvernementales ».

    En plus du français, quelques rébellions de l’Est s’expriment en anglais pour mieux promouvoir leurs revendications. Les Hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) – dont des chefs ont participé au génocide des Tutsis de 1994 au Rwanda – le font souvent dans des communiqués diffusés sur leurs sites et compte Twitter.

    « Briser les barrières de la désinformation »

    « La grande majorité des décideurs du monde comprennent beaucoup plus l'anglais que le français », justifie La Forge Fils Bazeye, porte-parole des FDLR qui réclament en vain un dialogue avec Kigali. La traduction est assurée par « des gens qui ont eu la chance d'étudier l'anglais, surtout ceux qui ont pu avoir un asile en Europe ».

    Autre exemple avec le Mouvement du 23 mars (M23). Né en mai 2012, ce groupe armé tutsi-congolais a ventilé ses doléances, dont la lutte contre les FDLR, en français et en anglais. Battu en novembre 2013, il plaide désormais pour la pleine application des déclarations de paix signées avec Kinshasa en décembre 2013 à Nairobi.

    La « raison fondamentale » justifiant l’usage de l’anglais est de « briser les barrières de la désinformation dont nous sommes souvent victimes », souligne Bertrand Bisimwa, président du M23 en exil en Ouganda, et qui affirme que des « cadres politiques bilingues » du mouvement se chargent de la traduction.

    L’anglais gagne du terrain avec l’ONU

    Dans l’instable Nord-Kivu (est), le Centre d’étude pour la promotion de la paix, la démocratie et les droits de l’Homme (Cepadho) passe un peu à l’anglais pour « étendre [son] champ de plaidoyer » et mieux atteindre les bailleurs, confie Omar Kavota, directeur exécutif. « Il est clair que si le monde anglais ignore un problème, la solution traîne à venir.‎ »
    La mesure vise aussi à s’adapter au fait que l’anglais gagne du terrain avec la présence de la mission de l’ONU, déployée depuis 1999, des agences onusiennes et des ONG. « Même les Français qui nous arrivent ici […] parlent presque tous l'anglais. Pourquoi resterions-nous seuls avec la langue française alors que ses propriétaires l'abandonnent discrètement ? »

    C’est le même constat qui a poussé le journaliste Anicet Yomboranyama à apprendre l’anglais. Autre mobile, la frustration de voyager à travers le monde et de ne pouvoir interviewer ses interlocuteurs. En 2013, après un an de cours, il a proposé deux émissions à la Radiotélévision nationale congolaise.

    Le français est-il menacé ?

    Résultat, la chaîne publique – qui émet des journaux en français et dans les quatre langues nationales, lingala, swahili, tshiluba et kikongo – diffuse le débat « Bluntly » et le journal « Newscast », toutes deux animées par Anicet, qui rêve ouvertement que l’anglais devienne deuxième langue officielle.

    Le français est-il menacé ? « Nous travaillons pour la promotion de la langue française, mais dans un cadre de multilinguisme, souligne Collin Kandolo. Et il est prouvé que quelqu’un qui raisonne sur les deux structures linguistiques peut aller plus loin. On ne va pas limiter l’avenir de nos enfants pour les embrigader dans une seule langue ! »

    Le personnel de la Monusco participe à une marche de santé organisée par le ministère des Affaires étrangères à Kinshasa (RDC) lors du 70e anniversaire des Nations unies. Photo MONUSCO/Yachim Maiga

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.