GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Hebdo

    Rétro 2015: une année riche en couacs, quoiqu'on en pense

    media 20 décembre à Las Vegas : Steve Harvey vient de réaliser sa méprise, Miss Colombie n'est pas Miss Univers. REUTERS/Steve Marcus

    Puisque tout le monde peut se tromper, tout le trompe peut se monder aussi. Partant de là, l’année 2015 a connu son lot de couacs en tous genres, certains amusants, d’autres plus graves. Nous en avons recensé quelques-uns, une liste non exhaustive cela va de soi.

    La palme du plus gros couac de l’année revient à l’Agence France-Presse qui, le 28 février dernier à 14h28, a annoncé par erreur la mort de Martin Bouygues, le PDG du groupe Bouygues. La funeste dépêche fut instantanément reprise par de nombreux médias, dont le site internet de TF1, propriété de Bouygues. Après vérification, Martin Bouygues, 62 ans, était bien vivant et en vacances, en Bretagne, mais l’AFP n’a été en mesure de publier un démenti qu’à 16h00 ce jour-là. Cette bourde monumentale a contraint deux responsables à démissionner et a traumatisé l’agence durant plusieurs semaines. « Mieux vaut apprendre sa mort de son vivant », avait conclu avec humour l’intéressé.

    Dans ce même registre macabre, le quotidien italien Il Corriere della Sera a mis en ligne le 9 janvier un message en urgent révélant que Fidel Castro était décédé avant de le retirer un peu plus tard. Il s’agissait en réalité d’une énième rumeur propagée sur Twitter évoquant la disparition supposée du Lider Maximo, âgé de 89 ans. La nouvelle de la mort de l’ancien dirigeant cubain pourrait avoir été générée par une confusion avec le décès du chef de file de l’opposition au Kenya, Fidel « Castro » Odinga, survenu quelques jours plus tôt.

    Ministre à durée indéterminée

    Myriam el-Khomri, à la sortie du Conseil des ministres le 5 novembre 2015. AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE

    Au chapitre des couacs, le monde politique n’est pas en reste et en particulier les membres de l’actuel gouvernement. La ministre du Travail, Myriam el-Kohmri, s’est pris les pieds dans le tapis des studios de BFMTV de façon assez spectaculaire en séchant sur une question pourtant de son ressort : combien de fois un employeur peut-il renouveler un contrat à durée déterminée (CDD) ? « Trois fois », a-t-elle d’abord répondu avant de noyer le poisson en disant « plusieurs fois » (la réponse exacte était deux fois).

    Bien que plus expérimentée, la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal y est aussi allée de sa petite boulette en annonçant en septembre que la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, la plus ancienne de France, aurait lieu en 2018 quand la nouvelle centrale EPR de Flamanville serait opérationnelle. Elle dut ensuite faire machine arrière, une fois que l’équipe gouvernementale a rappelé que Fessenheim serait fermée « d’ici à la fin du quinquennat », autrement dit probablement fin 2016, début 2017 au plus tard.

    Les erreurs peuvent aussi venir du ministère des Finances comme l’a démontré, en novembre, l’embarras du gouvernement quand 250 000 retraités aux revenus modestes se sont vu réclamer à tort le paiement d’une taxe d’habitation dont ils pensaient être exonérés. Pourtant averti par plusieurs parlementaires de cette augmentation qui découlait d’une mesure prise en 2008, le gouvernement n’a réagi qu’une fois les avis d’imposition reçus par les contribuables. Le 1er novembre, le secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert, annonçait que les retraités ayant déjà payé allaient être remboursés, conseillant même aux retardataires de ne pas payer l’impôt, une première dans l’histoire de Bercy.

    Ce même Christian Eckert s’est retrouvé quelques semaines plus tard au centre d’un nouveau couac, survenu cette fois à l’Assemblée nationale, concernant le reporting fiscal des grandes entreprises et plus particulièrement une disposition visant à lutter contre l’optimisation et la fraude vers des paradis fiscaux. D’abord adoptée par 28 voix contre 24, elle a finalement été rejetée par 25 voix contre 21 après une suspension de séance ordonnée par le secrétaire d’Etat suivie, semble-t-il, d’une épreuve de force avec certains députés frondeurs. Assimilé à une manœuvre pitoyable, cette fausse note a été décriée de toutes parts, y compris par certains députés PS.

    Terrains en général favorable aux couacs, les centres d’examen n’ont pas failli à leur rôle en 2015. Au mois de mars, un sujet de culture générale a été dévoilé par erreur à Nîmes lors du concours d’entrée à l’école d’infirmiers. Cette gaffe a contraint  les établissements hospitaliers à annuler l'épreuve. Résultat, tous les candidats de la région Languedoc-Roussillon ont dû repasser le concours. A la Réunion, c’est le rectorat qui s’est précipité en envoyant trop tôt à la presse les sujets du bac philo. La bévue fut cette fois vite réparée et des sujets de secours furent proposés aux candidats bacheliers.

    Le doublé du Real Madrid

    David De Gea est toujours Mancunien, à 2 min. près. Reuters / Andrew Yates Livepic

    Evidemment, la France n’a pas l’apanage des couacs, sinon ce serait moins drôle. Peu en veine ces temps-ci, la compagnie Malaysia Airlines a envoyé l’un de ses vols Auckland-Kuala Lumpur dans la mauvaise direction le jour de Noël. S’apercevant que quelque chose ne tournait pas rond, le commandant de bord s’est rendu compte qu’on lui avait fourni un mauvais plan de vol. L’erreur a été sans conséquence mais elle n’a pas redoré l’image de la compagnie malaisienne.

    Un couac en Mondovision ? Oui c’est possible ! Demandez à Steve Harvey, le présentateur américain de la récente élection de Miss Univers à Las Vegas. Peut-être distrait par les silhouettes élancées et les bikinis affriolants, l’animateur a d’abord attribué le titre de Miss Univers à la représentante colombienne Ariadna Guttierez avant de réaliser que la couronne revenait en fait à Pia Alonzo Wurtzbach, autrement dit à Miss Philippines. Tragique méprise, vite corrigée au profit de la vraie gagnante. Toujours prêts à rendre service, les dirigeants de la société Vivid, spécialisée dans les films X, ont ensuite proposé un rôle à la concurrente éconduite. On doute que cela la console totalement.

    La palme des couacs 2015, on la trouve cependant dans le monde du foot avec en vedette le Real Madrid qui a réalisé un fameux doublé durant l’année écoulée. Premier acte : le 31 août, date de la clôture du mercato estival. Désireux d’échanger son gardien de but, Keylor Navas, contre celui de Manchester United, David De Gea, le club madrilène a expédié par fax les documents nécessaires à l’échange à 0h02 le 1er septembre, soit 2 mn trop tard. Ce retard, quoique léger, a suffi à faire capoter la transaction alors que le club anglais était d’accord. Deuxième acte : le 2 décembre lors du 16e de finale de Coupe du Roi entre le Real et Cadix. Les Madrilènes s’imposent 3-1 et sont en position idéale avant le match retour. Sauf qu’ils ont aligné pour cette rencontre le milieu de terrain Denis Cheryshev qui était suspendu. Résultat : match perdu sur tapis vert et élimination prématurée du Real de cette compétition. Quand ça veut pas…

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.