GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Août
Dimanche 20 Août
Lundi 21 Août
Mardi 22 Août
Aujourd'hui
Jeudi 24 Août
Vendredi 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Hebdo

    Les Etats-Unis vont pouvoir exporter leur pétrole

    media En 1973, les pays arabes décident de stopper leurs exportations de pétrole vers les Etats-Unis, qui ont pris le parti de leur ennemi, Israël, pendant la guerre du Kippour. REUTERS/Atef Hassan/Files

    Aux Etats-Unis, le Congrès a voté la levée d’un embargo vieux de 40 ans sur les exportations du pétrole américain. Dans un premier temps, la réforme ne devrait pas avoir d’impact majeur ni sur l’économie américaine, ni sur le marché mondial du pétrole. Mais c’est une révolution dans la politique énergétique américaine.

    En votant la levée de l’embargo sur les exportations de pétrole américain, le 18 décembre dernier, le Congrès bouleverse la politique énergétique des Etats-Unis. Une politique obsédée par la sécurité des approvisionnements, depuis le premier choc pétrolier.

    En 1973, les pays arabes décident de stopper leurs exportations de pétrole vers les Etats-Unis, qui ont pris le parti de leur ennemi, Israël, pendant la guerre du Kippour. C’est un électrochoc pour l’Amérique, elle réalise combien elle est devenue dépendante des importations de pétrole étranger, alors même qu’elle produit du brut. Plus question de laisser une goutte de pétrole américain sortir du pays. L’embargo sur les exportations est décrété en 1975.

    Au milieu des années 2000, la technique de la fracturation hydraulique horizontale se répand aux Etats-Unis, pour forer le gaz et le pétrole de schiste. Elle va bouleverser la donne. En dix ans, les Etats-Unis doublent leur production de pétrole, qui dépasse aujourd’hui les 9 millions de barils par jour, soit l’équivalent de ce qu’exporte l’Arabie saoudite !

    Mais, coincé dans les frontières des Etats-Unis, le pétrole américain ne fait que grossir les stocks, à un niveau qu’on n’avait plus vu depuis 80 ans, ce qui lui fait perdre sa valeur (le cours du West Texas Intermediate ou WTI coté à New York), par rapport au cours mondial (celui du Brent de la mer du Nord coté à Londres).

    Le vote intervient à contretemps

    C’est pourquoi l’industrie américaine bataillait depuis cinq ans pour obtenir l’autorisation d’exporter à nouveau le pétrole - le gaz n’avait pas la même contrainte. En revanche l’industrie pétrochimique et les raffineries américaines, avantagées par le pétrole pas cher, étaient vent debout contre cette proposition - d’autant que les exportations d’essence américaine étaient, elles, autorisées. Le président Barack Obama n’était pas non plus favorable à la levée de l’embargo sur les exportations de brut, qui passait pour un avantage trop marqué à l’industrie pétrolière.

    Le vote est malgré tout intervenu, fruit d’un compromis entre démocrates et républicains - en échange de nouveaux avantages fiscaux aux énergies vertes et aux raffineries ; le président américain, favorable aux énergies renouvelables, devrait donc promulguer la loi.

    Pourtant la levée de l’embargo ne devrait pas déclencher un déferlement de pétrole américain hors des frontières. La décision intervient trop tard, alors que le cours mondial du pétrole a plongé, au point de se rapprocher du prix américain. Exporter le brut des Etats-Unis n’aurait aucun sens économique : en rajoutant les frais de transports terrestre et maritime, le pétrole américain ne serait pas du tout compétitif par rapport au pétrole russe, africain ou du Moyen-Orient.

    L’industrie américaine prend néanmoins rendez-vous. Lorsque les cours mondiaux se reprendront, il n’y aura plus d’obstacle à expédier le pétrole des Etats-Unis hors des frontières, là où les marges seront les plus intéressantes. L’embargo vieux de 40 ans est supprimé, la loi prévoit seulement de le réintroduire de façon ponctuelle et provisoire, si l’approvisionnement des Etats-Unis venait à être menacé à nouveau.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.