GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Hebdo

    Colombie: à Nemocón, les tournages de films attirent les touristes

    media Effet miroir dans la mine de sel de Nemocón. Colombie, janvier 2016. RFI/Najet Benrabaa

    Prévue au mois de mars en France, sa sortie en salles fait polémique : le film, baptisé Les 33, en référence au calvaire des 33 mineurs bloqués en 2010 au Chili pendant 69 jours à 700 mètres de profondeur, divise les rescapés pour des questions de droits d'auteur. Pendant ce temps, les mines de sel de Nemocón, en Colombie, dont les galeries ont servi de décor, profitent des retombées économiques du tournage. La notoriété du site lui a permis d’augmenter sa fréquentation touristique.

    De notre correspondante en Colombie

    Les touristes connaissent parfaitement les mines de Zipaquira pour leur cathédrale de sel souterraine. Pourtant, depuis un an et demi, c’est un village voisin, Nemocón, situé à 65 kilomètres de Bogota, la capitale colombienne, qui fait parler de lui. Il y a deux ans, l'acteur espagnol Antonio Banderas, la comédienne française Juliette Binoche et l'Irlandais Gabriel Byrne, sous la direction de la réalisatrice mexicaine Patricia Riggen, étaient en tournage du film Les 33 durant deux mois, de décembre 2013 à janvier 2014, dans ce village de plus de 13 000 habitants. Autant dire que cette production américaine a marqué les mémoires.

    Chacun garde un souvenir indélébile de ce moment. Ainsi, Brayan, un Bogotanais de 18 ans qui vient régulièrement visiter sa famille, raconte : « C'était impressionnant. Mes tantes me disaient qu'il y avait des curieux tous les jours, et toute la journée, près de l'entrée de la mine. Elles vivent juste devant. Bien sûr, tout le monde voulait prendre une photo avec les acteurs étrangers, comme Antonio Banderas. Ils étaient finalement plus coopératifs et accueillants que les Colombiens. Juliette Binoche, par exemple, a été géniale. »

    Orlando Arias, responsable de la communication des mines de sel, détaille l'événement : « Les équipes sont restées quatre mois dans le village. Le tournage a duré soixante-et-un jours, mais le travail de post-production a demandé plus de temps. » Outre des souvenirs, le tournage a laissé une ouverture touristique

    Visite de l'espace dédié au film «Les 33» dans les mines de sel de Nemocón. RFI/Najet Benrabaa

    supplémentaire au village où les mines de sel accueillent de plus en plus de curieux. En progression constante, le flux des touristes est difficile à chiffrer. Chaque jour, quelque 1 700 personnes visitent le site en haute saison, 1 000 en basse saison, soit environ 770 000 visiteurs par an.

    Une rentrée d'argent considérable

    Etrangers ou Colombiens, ces touristes viennent découvrir les décors construits en 2013 pour le film ainsi que le temple, dédié aux objets et décors du film à l'intérieur de galeries profondes de 80 mètres. On y trouve, entre autres, la capsule qui a servi à l'évacuation de mineurs, la reproduction du refuge des travailleurs ou encore les casques de protection signés par les acteurs. Le film est devenu un argument de vente, inscrit sur les encarts publicitaires de la mine : « Refugio pelicula The 33 » (« Refuge du film Les 33 ») ou encore « Nemocón, un destino de pelicula » (« Nemocónle destin d'un film »).

    Au total, plus de 60% des mines ouvertes au public ont servi au tournage. Ces grottes, chargées de cinq cents ans d'histoire, ont permis une immersion totale aux acteurs, avec en prime la beauté des sculptures de sel, notamment celle du « cœur des amoureux » ou encore celle de l'effet miroir des grottes de sel reflété dans l'eau.

    La gérante du site, Erika Liset Romero, confirme que cette notoriété a changé la vie des mines : « Cette année par exemple, nous avons eu un tournage de plus pour un feuilleton colombien de la chaîne nationale Caracol. Ils sont venus tourner une semaine. Une autre équipe, américaine cette fois, du groupe Fox, est venue faire des repérages. Nous sommes toujours en contact avec eux... »

    Tous ces tournages représentent une rentrée d'argent considérable pour les mines de sel de Nemocón. Les contrats se négocient à la carte, en fonction de la durée de l'occupation du site et de l'espace exigé. Plus l'activité touristique journalière est impactée, plus les prix sont élevés. Sans avoir pu obtenir l'information sur le montant payé pour le tournage du film Les 33, la gérante nous assure que ce dernier a permis de payer des rénovations du musée et des améliorations des accès aux mines.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.