GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Hebdo

    Ouganda: un pays en pointe dans la conservation des éléphants

    media Un éléphant d'Afrique dans le secteur d'Ishasha au parc national Queen Elizabeth. Ariadne Van Zandbergen/Getty Images

    Avec le braconnage, la diminution des vastes espaces protégés constitue la plus grande des menaces pour les populations en Afrique. L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a publié récemment un rapport alarmant révélant que les populations d'éléphants avait baissé de 25% (soit 110 000 éléphants) en l'espace de 10 ans sur le continent. Mais dans certains Etats, comme en Ouganda, celles-ci ont au contraire tendance à croître depuis deux décennies.

    De notre correspondant en Ouganda,

    « Attention, la tranchée est profonde ! » L'avertissement de James K. Soita, un officier de l'Autorité de protection de la vie sauvage en Ouganda (UWA), est sec, mais salutaire. Nous sommes aux abords de la forêt de Kibale. Un fossé de 2m de profondeur sépare le milieu sauvage d'une petite bananeraie. Il sert à protéger les plantations des grands mammifères comme les éléphants ou les buffles, de retour dans la région. Il y a plus de 20 ans, pourtant, la forêt primaire n'existait plus dans cette zone. Ravagée par les besoins en bois et en terres arables de la population, elle avait totalement disparu. Et avec elle, de nombreuses espèces animales qui y trouvaient refuge et alimentation.

    À Kibale, depuis plus de deux décennies, l'Etat ougandais, aidé par l'ONG Face the Future, et avec des fonds hollandais, a entrepris un programme de reforestation sur plus de 700 hectares, non loin du grand parc Queen Elizabeth. « Nous nous sommes concentrés sur une douzaine d'essences seulement, mais cela a suffi pour recréer un couvert végétal et attirer une faune diversifiée », explique James. Résultat : « les grands animaux sont de retour, nous pensons même que nous avons des éléphants "réfugiés" qui fuient les conflits et le braconnage de la RDC voisine », poursuit l'officier de l'UWA. Puis il ajoute, après avoir ramassé une bouse de pachyderme séchée aux abords de la piste : « les graines que vous voyez ici ont été apportées par les éléphants eux-mêmes, qui participent ainsi par voie naturelle à la diversification des espèces végétales. »

    Un objectif de 10 000 éléphants

    En Ouganda, cette initiative n'est pas isolée. Elle fait même partie de la stratégie mise en place par le gouvernement pour récupérer des vastes territoires au sein desquels les espèces qui demandent le plus d'espace puissent évoluer librement. Et c'est une réussite. « Au début des années 1990, nous comptions seulement un millier d'individus dans tout le pays, explique ainsi Charles Tumwesigye, directeur adjoint de la conservation pour l'UWA, et le dernier recensement rapporte que nous sommes passés à plus de 5 000 éléphants. Je pense que nous pouvons raisonnablement penser que nous allons atteindre le nombre de 10 000 dans les prochaines années. » Enthousiaste, mais aussi très humble, Charles Tumwesigye sait que ce travail nécessite un long effort de pédagogie auprès des populations, dans un pays où l'économie est restée profondément rurale, et où la démographie galopante crée des tensions foncières importantes.

    Outre les déplacements de familles, qu'il faut dédommager et relocaliser, il faut également affronter l'hostilité naturelle des communautés villageoises, qui craignent à juste titre un danger pour leurs cultures. Le passage d'une horde d'éléphants dans un champs peut en effet détruire une récolte en très peu de temps. « C'est pourquoi nous avons pensé à mettre les villageois à contribution, explique Charles Tumwezigye. Ils sont payés pour creuser et entretenir les tranchées pour protéger leurs champs. » Selon lui, les sources de financement – outre les apports étrangers (ONG, institutions, etc) – permettent de financer cette rétribution, et un système de péréquation a par exemple été mis en place avec le secteur du tourisme, qui croît grâce à l'augmentation des populations de grands mammifères.

    Nouvelle loi contre le trafic d'ivoire

    Mais pour le conservateur de l'UWA, « ce système gagnant-gagnant » ne peut suffire à garantir une progression saine des populations d'éléphants en Ouganda. Si le cadre répressif suffit à limiter le braconnage en Ouganda, la préoccupation majeure demeure le trafic inter-régional de l'ivoire. « Au vu du nombre de saisies d'ivoire effectuées, et du faible nombre d'éléphants abattus sur notre territoire, précise Charles Tumwezigye, nous en déduisons que l'Ouganda est utilisé comme un pays de transit pour l'ivoire illégal. »

    D'où le renforcement de patrouilles mieux équipées, avec la mise en place d'une équipe de dresseurs de chiens-renifleurs, mais aussi l'étude au Parlement d'une nouvelle loi renforçant considérablement la répression à l'encontre des trafiquants. « Si elle est adoptée, la peine pourrait passer de 3 ans de prison à entre 15 et 20 ans et une très forte amende », espère Charles Tumwezigye, qui se félicite de la décision prise le 3 octobre dernier à la Cites de confirmer l'interdiction de toute forme de commerce de l'ivoire.

    Les efforts fournis en matière de recensement ont également contribué à mieux appréhender la situation. Mais de nouveaux dangers menacent les populations d'éléphants en Ouganda. La future production de pétrole, dans la zone naturelle des Murchisson Falls, au nord du Lac Albert, inquiète en particulier les défenseurs de l'environnement. Optimiste, Charles Tumwezigye affirme que les compagnies pétrolières vont contribuer à préserver les zones touristiques en finançant entre autres les projets communautaires. Concilier activités humaines et préservation de la vie sauvage, un défi que l'Ouganda semble pour le moment être en voie de remporter. Même si l'équilibre demeure fragile.

    A (RE)LIREL'inexorable disparition des éléphants d'Afrique

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.