GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Record battu pour un tableau de Nicolas de Staël, adjugé 20 millions d'euros à Paris (Christie's)
    • La Turquie va mettre fin à son offensive en Syrie après un retrait des forces kurdes, annonce Mike Pence
    • L'invitation de Trump à Erdogan suspendue aux discussions en cours à Ankara (Maison Blanche)
    • Cuba: décès de la danseuse et chorégraphe cubaine Alicia Alonso à 98 ans (ballet)
    • Le prochain G7 aura lieu dans un club de golf de Donald Trump en Floride (Maison Blanche)
    • Union européenne : les 27 ont adopté l'accord de Brexit trouvé avec le Royaume-Uni
    Hebdo

    [Chronique] L'irrésistible ascension du pidgin, le créole nigérian

    media Lagos est la ville la plus peuplée du Nigeria. Patrick ROBERT/Corbis via Getty Images

    Langage des couches populaires, créole à base lexicale anglaise, le pidgin nigérian a été longtemps dénigré. Mais depuis quelques années, le « broken english » s'impose partout et conquiert le Nigeria. Que ce soit dans les médias, au cinéma, par les élites et les artistes, le pidgin est de plus en plus employé pour communiquer et se faire comprendre du voisin, au détriment de l'anglais classique.

    L'un des premiers réflexes d'un nouveau venu au Nigeria est fréquemment de se « balader » sur la bande FM. Premier constat, le contenu est essentiellement nigérian. Les radios internationales n'ont pas obtenu l'autorisation d'émettre sur la bande FM.

    On s'attend à entendre surtout de l'anglais, notamment à Lagos, la grande ville cosmopolite du pays. Du yorouba dans le sud-ouest du Nigeria. De l'igbo dans le sud-est et du haoussa dans le nord. Plus une kyrielle d'autres langues puisque le Nigeria compte près de 300 ethnies.

    Mais il n'en est rien. La langue qui domine le paysage radiophonique est le pidgin, aussi appelé « broken english » : une forme de créole, un anglais à la grammaire simplifiée qui s'est développé et éloigné progressivement de l'anglais britannique. Il a intégré des mots des langues nigérianes. Ainsi le mot « ego » (« argent » en igbo) est devenu un terme commun aux différents pidgins.

    Une radio 100% pidgin

    Cette montée en puissance est particulièrement spectaculaire depuis une dizaine d'années. Wazobia, la première radio 100 % pidgin, a vu le jour il y a dix ans à Lagos. Au départ, très peu de spécialistes des médias croyaient à ce concept. Le pidgin était une langue dénigrée : celle des couches populaires. Une langue souverainement méprisée par les classes dirigeantes formées en Grande-Bretagne ou dans des écoles anglaises. La bourgeoisie nigériane envoie ses enfants dans des pensions en Grande-Bretagne dès le plus jeune âge, souvent à partir de six ans.

    Wazobia FM est devenue très vite la radio la plus écoutée à Lagos. Elle s'est tout aussi rapidement imposée dans le reste du pays. Le succès est tel que le concept est également décliné sous forme télévisée avec le même succès.

    Même si la fondatrice de Wazobia FM est issue des élites, elle connaissait le potentiel de cette langue. « Nous comprenons tous cette langue, même les plus riches d'entre nous. C'est même d'une certaine façon notre langue maternelle. C'est celle que nous parlaient nos nourrices quand nous étions petites », dit-elle pour expliquer comment lui est venue l'idée de créer une radio dévolue à cette langue. Dans les rues de Lagos, dans la vie de tous les jours, le pidgin est bien davantage parlé que l'anglais.

    Toutes les ethnies et les strates de la société

    Le pidgin s'est encore plus imposé dans le sud-est du Nigeria. Même si une grande partie de la population y parle igbo. Dans cette vaste région, des dizaines d'autres groupes ethniques cohabitent. Dans des grandes villes du sud telles que Port-Harcourt ou Warri, les populations locales préfèrent bien souvent parler le pidgin plutôt que l'igbo. « Même des Igbos préfèrent utiliser le pidgin plutôt que de se mettre à parler l'igbo du voisin. D'ailleurs, ils ne le maîtrisent pas forcément. D'une région à l'autre, il existe de grandes différences linguistiques. Le pidgin est plus uniformisé. En tout cas, il permet de mieux se comprendre », souligne Emeka Okafor, professeur à l'université de Nsukka.

    Des populations issues des élites se prennent de passion pour le pidgin. « Cette langue nous était interdite à l'école. Nous la parlions entre nous en secret. Cela avait le goût délicieux de l'interdit. C'était notre langue d'initiés », explique Olabade Awolowo, enseignant, qui parle le pidgin avec une certaine jubilation. Même l'ambassadeur des Etats-Unis a accordé une interview en pidgin à la radio ; il a compris que c'était l'un des meilleurs moyens de se rendre populaire et de montrer qu'il était proche des préoccupations du plus grand nombre.

    Dans les médias et le cinéma

    Le « broken english » envahit le monde de la publicité, notamment à la radio. « Dès lors qu'il est compris par le plus grand nombre quel meilleur vecteur de communication ? », interroge Georges Onyabo, dirigeant d'une agence de publicité. Désormais, on ne compte plus les radios et les télévisions où le pidgin domine, il gagne clairement du terrain au détriment de l'anglais classique. Les comédiens, les humoristes et les hommes de médias aiment pratiquer cette langue qu'ils considèrent comme plus savoureuse.

    Ce phénomène prend d'autant plus d'ampleur que l'anglais classique est de moins en moins maîtrisé. Les enseignants bien formés quittent en masse les écoles : ils sont le plus souvent payés avec retard et au lance-pierre. Sauf dans quelques institutions privées et fort onéreuses. Du coup, faute de professeurs qualifiés, le niveau général d'enseignement en anglais diminue.

    Même la puissante industrie du cinéma, Nollywood, a bien compris l'avantage qu'elle pouvait tirer du pidgin. De plus en plus de films sont tournés dans cette langue : ils rencontrent un plus large public. Le comédien  AY, l'un des champions du box-office fait un usage très fréquent du pidgin. Signe des temps, des films en yorouba sont désormais sous-titrés en pidgin et non plus en anglais.

    Le film en pidgin va également trouver une large audience au-delà des frontières du Nigeria. Le pidgin est également parlé au Ghana dans certaines régions du Cameroun et au sein des diasporas africaines.

    Revanche sur l'histoire

    L'un des premiers à donner ses lettres de noblesse à cette langue fut le chanteur Fela. Formé dans les meilleures universités londoniennes, il parlait fort bien l'anglais, mais il adorait s'exprimer en « broken english ». Son père dirigeait pourtant une « école anglaise », celle-là même où a été formé Wolé Soyinka, le premier prix Nobel africain. Pour Fela, l'emploi du pidgin était aussi une façon de montrer sa proximité avec le peuple et sa volonté de se démarquer d'élites qu'il jugeait corrompues.

    Le pidgin est en train de conquérir ses lettres de noblesse. Suprême paradoxe et revanche sur l'histoire, langue de roturiers et du petit peuple des ex-colonies de sa gracieuse majesté, il le fait avant tout au détriment du « queen english », l'anglais de la reine. Un étrange pied-de-nez de l'histoire soixante ans après les indépendances.

    ►(Re) lire les autres Histoires nigérianes

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.