GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Hebdo

    Retour en librairie de Jacques Stephen Alexis, romancier militant et baroque

    media Jacques Stephen Alexis est l'auteur de «Compère Général Soleil», l'un des grands romans haïtiens. Zulma

    Jacques Stephen Alexis est un écrivain culte de Haïti. Assassiné par le régime à l'âge de 39 ans, l'homme a laissé derrière lui quatre livres majeurs dont un chef-d'oeuvre. Les éditions Zulma viennent de publier son dernier roman, L'Etoile Absinthe, malheureusement inachevé. Découvert dans les affaires du romancier disparu il y a plus d'un demi-siècle, ce livre se situe à mi-chemin entre l'engagement politique et le fantastique. Il raconte l'histoire d'une prostituée cubaine qui renoue avec l'homme qu'elle a aimé autrefois, mais leurs retrouvailles ne vont pas de soi.

    « Il faut que tu crées un autre Hilarion, d’autres Désiré, toi seul peux les recréer… Va vers d’autres matins d’amour, vers d’autres jours de la Saint-Jean, vers une vie recommencée […] Tu diras à Jean-Michel que j’ai vu clair le jour où, sous mes yeux, un grand soleil rouge a illustré la poitrine d’un travailleur qui s’appelait Paco Torres… Tu lui diras de bien suivre la route qu’il voulait me montrer, il faut suivre ce soleil-là… ». Ainsi se clôt Compère Général Soleil, l’un des romans phares de la littérature haïtienne. Son auteur Jacques Stephen Alexis aurait peut-être été le Gabriel Garcia Marquez de Haïti si ce communiste n’avait pas été assassiné par les sbires du régime Duvalier à l’âge de 39 ans, lorsqu’il tentait de regagner son île après un long exil à Paris.

    Dans la besace de ce révolté qui ne rêvait que de la « vie recommencée » à la lumière du « grand soleil rouge », il y avait le manuscrit de son dernier roman auquel il travaillait à l’époque. On l’a longtemps cru perdu à jamais. Plus de cinquante ans après la disparition de l’écrivain, le manuscrit a refait surface et vient d’être publié par les éditions Zulma. L’Etoile Absinthe s’inscrit dans la veine de « réalisme magique » qu’avait défendue avec fougue l’Haïtien au premier congrès international des écrivains et des artistes noirs qui se tint à Paris en 1956. Pour l’auteur de Compère général soleil, le réalisme merveilleux qui mêle le baroque et l’imaginaire populaire était le style le mieux adapté pour dire les souffrances et les espérances d’un peuple sous-développé et exploité. C’est « l’art du foisonnement » qui, disait-il, « défie toutes les règles et les recèle toutes : c’est tout le contradictoire, tout le vibrant de la vie qui y passe ».

    Fils d’un journaliste-diplomate, Jacques Stephen Alexis a mené de front plusieurs vies en même temps. Médecin neurologue de formation, il a exercé son métier tout en militant dans l’opposition communiste à la dictature des Duvalier et en livrant à travers la littérature ses rêves et ses aspirations. En 1961, il ira jusqu’en Chine pour rencontrer Mao Zedong en quête d’un soutien international pour renverser le régime haïtien. La même année, débarqué clandestinement dans le pays, avec le soutien des révolutionnaires cubains, il est arrêté, sans doute torturé et mis à mort par les Tontons macoutes, les miliciens affectés aux basses besognes du régime. Le mystère de sa mort n’a jamais été vraiment éclairci puisque sa dépouille n’a pas été officiellement rendue à sa famille.

    L'influence de Jacques Roumain, Louis Aragon et Senghor

    Entré en littérature dès l’âge de 18 ans, Alexis s’est signalé à l’attention en publiant un essai rafraîchissant sur l’oeuvre de Hamilton Garoute, un poète notable de l’avant-guerre. Mais c’est l’influence d’un autre grand de la littérature haïtienne, Jacques Roumain, l’auteur du chef-d’œuvre des lettres haïtiennes Gouverneur de la rosée, qui a formé l’imaginaire et l’art d’Alexis. Il fonda en 1942 La Ruche, un journal littéraire d’opposition. Exilé à Paris suite à la révolution haïtienne ratée de 1946, il a connu de près Louis Aragon, mais aussi les poètes de la négritude, Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire.

    Ce sont les éditions Gallimard qui publient en 1955 son premier roman, Compère Général Soleil, salué dès sa parution comme un chef-d’œuvre. Il a failli obtenir le prix Goncourt. Il publiera successivement Les Arbres musiciens (1957) et Le Romancero aux étoiles, un recueil de contes issus de la tradition populaire haïtienne. L’œuvre romanesque de Jacques Stephen Alexis se caractérise par le croisement du thème de la dépossession des petits peuples et le motif de l’amour romantique.

    L’Etoile Absinthe est le deuxième volet d’une tétralogie qu’Alexis avait projeté d’écrire sans pouvoir la terminer. Le premier volet intitulé Espace d’un cillement, publié en France aux éditions Gallimard en 1959, avait connu un grand succès d’estime et les lecteurs attendaient de connaître la suite. Ce premier roman met en scène La Nina Estrellita, une prostituée cubaine travaillant dans un bar de Port-au-Prince. Son chemin croise celui d’El Caucho, un ouvrier militant communiste qui sent le cigare, donc Cuba. L’homme se révèle être Rafaël, le premier amour de La Nina quand celle-ci s’appelait encore L’Eglantine. Réuni, le couple décide de refaire un bout de chemin ensemble, mais lorsque Rafaël vient chercher sa belle, celle-ci a disparu. En fait, craignant de décevoir son amoureux, Eglantine part afin de faire oublier La Nina, la prostituée. C’est la fin du premier volet.

    Et l'Eglantine passa par-dessus bord

    Dans le second volet, on retrouve la belle L’Eglantine, engagée dans un voyage de purification, qui la conduit de la terre ferme à la mer. Elle a affrété un voilier dans le but de rejoindre la Grande-Saline où elle espère enfin tourner la page de la prostitution en se recyclant dans les affaires, mais son chemin de rédemption est semé d’obstacles. Son bateau est pris dans une terrible tempête et L’Eglantine passe par-dessus bord. Elle s’en sortira vivante… grâce à l’intervention des dieux vaudou, mais pour ce qui est l’issue de l’intrigue, il faudra se fier à l'imagination, puisque le texte est resté inachevé.

    Plutôt dommage, car on ne connaîtra jamais la suite des amours de ces Roméo et Juliette haïtiens… A moins qu’un autre romancier haïtien ait l’idée d’imaginer une suite à ces aventures galantes de la Caraïbe. Cela risque d’être difficile car l'auteur a mis la barre très haut. Jacques Stephen Alexis est un écrivain culte de Haïti. Il mêle la poésie et la veine fantastique, mais le contenu de ses romans est politique, résolument engagé dans les soubresauts du social et du réel. L’auteur, qui combattait la dictature, avait déclaré au régime haïtien qui le persécutait : « Je suis un enfant de l’avenir ». Sous-entendu, je suis l’horizon indépassable de l’imaginaire haïtien tant en politique qu’en littérature.


    «L'Etoile Absinthe», roman inachevé sous la plume de Jacques Stephen Alexis, assassiné à l'âge de 39 ans. Zulma

    Editions Zulma, 160 pages, 17,50 euros.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.