GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 22 Octobre
Mardi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    En République démocratique du Congo (RDC), au moins 12 personnes ont été tuées dans une attaque, au soir du samedi 20 octobre, à Béni (Nord-Kivu). Le bilan est avancé par le bourgmestre de la commune de Rwenzori, l'une des communes de la périphérie de la ville, et par la société civile. Un militaire figurerait parmi les victimes. Selon des témoignages, des assaillants ont attaqué cette commune à la tombée de la nuit. Des tirs à l’arme lourde et légère ont notamment été entendus. Ce dimanche matin, la population, excédée par cette nouvelle tuerie, est descendue dans la rue. La police et l'armée sont intervenues avec des tirs de sommation et de gaz lacrymogènes pour disperser cette manifestation. Le commandement militaire à Béni est en réunion, ce matin. Béni a été la cible de plusieurs tueries ces dernières semaines, généralement attribuées aux rebelles ADF sans que l'on sache très bien qui se cache derrière.

    Dernières infos
    • Le retrait américain du traité nucléaire avec la Russie est un «pas dangereux» (Moscou)
    • Politique française: Laurent Wauquiez (LR) juge Emmanuel Macron «déconnecté» de la réalité de ses concitoyens (Le Parisien)
    Hebdo

    Lee, Colbert, Faidherbe et les autres: que faire des statues des esclavagistes?

    media Une statue du général confédéré Robert E. Lee à Fort Myers, en Floride. Joe Raedle/Getty Images/AFP

    Les violences de Charlottesville en août dernier autour des statues confédérées prises pour cibles ont ravivé la polémique sur le sort des statues des anciens esclavagistes. Aux Etats-Unis, mais aussi en France et ailleurs.

    Le débat fait rage à travers le monde, notamment dans les pays qui furent autrefois colonisateurs et esclavagistes, pour savoir s’il faut déboulonner ou non les statues des anciens héros dont les noms sont liés aux crimes commis contre des peuples dominés. Suite aux brassages historiques depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale qui ont vu des populations des anciens pays colonisés ou soumis à l’esclavage élire massivement domicile dans les pays de leurs anciens dominateurs, l’histoire est devenue de plus en plus un enjeu de cohabitation entre les communautés. Celles-ci ne s’identifient pas dans les personnages historiques emblématiques des uns et des autres.

    « Vos héros sont parfois nos bourreaux », écrivait récemment, dans les pages de Libération, le Matrtiniquais Louis-Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN), donnant voix à cette crise de cohabitation des mémoires dans son pays. « Un vaste processus de décolonisation des esprits est à l’œuvre dans le monde », déclare le responsable du principal collectif des organisations représentatives des populations africaines et antillaises installées dans l’Hexagone, qui milite pour le déboulonnage des statues des esclavagistes français ainsi que pour la débaptisation des noms des rues ou des lieux publics rappelant les périodes sombres de l’esclavage ou de la colonisation.

    Décolonisation des esprits

    Rien n’illustre sans doute mieux ce travail nécessairement conflictuel de la « décolonisation » des mémoires que la grave crise qui a éclaté aux Etats-Unis en août dernier au sujet du retrait des statues des héros sudistes de la Guerre de sécession. Des milliers de statues et de monuments parsèment le paysage des Etats du sud qui ont combattu l’Etat fédéral américain pendant la Guerre de sécession au milieu du XIXe siècle. Les « Confédérés », comme on appelait à l’époque les Etats du sud réunis en confédération, ont perdu la guerre et ont dû accepter la fin de leur « art de vivre » , racontée par la romancière Margaret Mitchell dans son célèbre opus Autant en emporte le vent.

    Pour les descendants des esclaves noirs, les monuments et les statues érigés à la mémoire des héros sudistes de la guerre civile ont été une source constante d’humiliation. Aussi, au fur et à mesure que les Noirs se sont intégrés dans la société américaine, les pouvoirs publics locaux, souvent eux-mêmes issus de la communauté afro-américaine, ont pris la décision de déboulonner les monuments dérangeants. Ce processus s’est accéléré récemment, suite à la vague d’indignation provoquée par la tuerie des neuf Afro-Américains à Charleston en 2015,  par un jeune suprémaciste blanc.

    A Charlottesville plus particulièrement, la municipalité était engagée dans un processus de rebaptisation des noms des rues et des jardins publics. Le 12 août, les militants de l’extrême-droite dont les activistes du fameux Ku Klux Klan s’y étaient donné rendez-vous pour protester et manifester contre le projet de la municipalité de déboulonner la statue équestre du général Robert Lee, un militaire qui avait mené les soldats confédérés contre l’armée fédérale. La situation est devenue explosive lorsque les antiracistes et les militants du mouvement Black Lives Matter se sont opposés aux manifestants blancs isus des mouvements racistes. Ce qui devait arriver arriva alors, relançant le débat aux Etats-Unis sur la question sensible de préservation de l’histoire et de la mémoire.

    Une statue de Jean-Baptiste Colbert(1619-1683), devant l'Assemblée nationale ©Joël SAGET/AFP

    Ces débats s'avèrent également virulents et clivants ailleurs, notamment en France où le CRAN, que préside Louis-Georges Tin, réclame depuis des années que l’on retire de l’Assemblée nationale française à Paris la statue du ministre de Louis XIV: Colbert. Le CRAN accuse ce dernier d’avoir organisé en France l’esclavage en rédigeant le Code Noir, considéré comme «  le texte juridique le plus monstrueux qu’aient produit les Temps modernes ». «  Le ministre promulga sa loi, explique le président du CRAN, malgré l’opposition du Parlement de Paris qui avait rejeté son projet de loi, arguant que la pratique de l’esclavage était contraire aux lois françaises, aux droits naturels et aux lois divines. Cela donna une loi au rabais, comme l’indique son nom 'Code noir'. »

    Le CRAN milite aussi pour qu’on débaptise à Bordeaux et à Nantes, des villes-ports qui furent autrefois des hauts lieux de la traite négrière, les rues Montaudine, Kevégan et Guillaume Grou, entre autres, qui célèbrent des armateurs, négociants, politiques investis dans le commerce des esclaves. « Loin d’être considérée comme une activité neutre, la traite était désignée dans la littérature de l’époque comme 'le trafic infâme' », rappelle Louis-Georges Tin.

    Les statues emblématiques du passé sont menacées également sous d’autres cieux, quand elles ne meurent pas carrément, décapitée comme l'a été la statue de Joséphine de Beauharnais à Fort-de-France. L'impératrice française était accusée d'avoir poussé son mari à réintroduire l’esclavage dans les Antilles françaises.

    Les étudiants sud-africains ont réservé pour leur part à la statue du colon d’origine britannique et fondateur de l’apartheid, Cecil Rhodes, un sort autrement plus ignominieux en la recouvrant d’excréments. Dans la longue liste des grands hommes dont les statues ont été vandalisées ou déboulonnées, il conviendra d’ajouter, entre autres, celles de Gandhi, Faidherbe, Victor Schoelcher…

    « Who's next ? »

    « Qui d’autres sont sur la liste ? », avait tweeté fiévreusement Donald Trump, après l'éclatement des émeutes de Charlottesville en réaction à la volonté de la municipalité de retirer la statue du général Lee. Qualifiant cette tentative d’assainissement de l’Histoire de « triste », le président américain s’était demandé si « ce ne sera pas George Washington la semaine prochaine ? Et Thomas Jefferson, la semaine suivante ? Vous savez, on doit se demander où est-ce que cela doit s’arrêter… [Jefferson] était un propriétaire d’esclaves majeur. Allons-nous abattre sa statue ?  » Accusant les municipalités de vouloir changer «  l’Histoire et la culture  », le président avait appelé ses concitoyens à apprendre de l’Histoire plutôt que de la détruire.

    Un argument qu’on oppose régulièrement à Louis-Georges Tin de ce côté-ci de l’Atlantique. Certains lui ont même proposé l’installation des plaques pédagogiques en dessous des noms de rues problématiques ou des statues des esclavagistes, afin de préserver la complexité de l’Histoire pour la postérité. « On ne préservera que la contradiction historique », a répondu l’intéressé. Et de lancer sur un ton ironique demander : « Quelle plaque voulez-vous qu’on mette en bas de la statue de Colbert ? Ministre négrier ?  »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.