GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Commerce aux Etats-Unis: Amazon envisage d'ouvrir 3000 magasins sans caissier d'ici 2021 (Bloomberg News)
    • Commerce et échanges internationaux: les risques «s'intensifient» pour l'économie mondiale (OCDE)
    • Négociations du Brexit: le chancelier autrichien Sebastian Kurz confirme «un sommet spécial» en novembre 2018
    • Parlement européen: pour Laurent Wauquiez (LR), Orban «a toute sa place au PPE» («Figaro»)
    • Plusieurs centaines de migrants évacués ce jeudi matin du centre de la ville de Nantes
    • Procès Bygmalion: la décision sur les recours de Sarkozy a été reportée au 25 octobre (cour d'appel)
    • France-CSG: 300 000 retraités bénéficieront en 2019 d'un geste fiscal (Philippe)
    • Guerre commerciale: le patron d'Alibaba Jack Ma renonce à sa promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis (Chine nouvelle)
    • Japon: le Premier ministre Shinzo Abe a été réélu à la tête de son parti (officiel)
    Hebdo

    Jo Güstin, une écriture lumineuse sur la diversité du monde

    media Jo Güstin sort chez Présence Africaine son premier recueil de nouvelles, «9 histoires lumineuses». Olivier Favier/RFI

    Née au Cameroun, Jo Güstin est venue en France pour poursuivre ses études au lycée avant d’intégrer la prestigieuse école de commerce HEC. Brillante, profonde et drôle, elle livre à trente ans dans un premier recueil de nouvelles toute la richesse de son identité multiple.

    Trois nouvelles, ce n'est pas beaucoup. Elles auront pourtant suffi pour qu'une maison d'édition de référence telle que Présence Africaine accepte de publier sur une simple promesse le premier livre de Jo Güstin. « J’avais posté la lettre le vendredi à la Fourche [une station de métro parisien], ils m’ont appelé le mardi, en disant : "On adore, continuez" », raconte-t-elle. Suite à ce premier contact, Jo Güstin a achevé son recueil, paru en novembre sous le titre 9 histoires lumineuses.

    Chez Lis Thés Ratures, la nouvelle « librairie afro-militante » de Boulogne-Billancourt où une soirée lui est dédiée, Jo Güstin accueille le public avec chaleur, les larmes aux yeux. Elle partage la soirée avec Estelle Prudent, une jeune plasticienne qui a choisi de noter les phrases discriminantes qu’elle a entendues sur son parcours. Les billets sont ensuite accrochés sur un mur, disant la difficulté à vivre une identité multiple : femme, noire et lesbienne. Ce projet, qu’elle a appelé « Penses bêtes », est doublé par une série de photographies où qui le souhaite est amené à poser avec une phrase de son choix.

    Jo Güstin aborde dans sa présentation la question de la diversité sexuelle. Dans son pays natal, le Cameroun, l’homosexualité reste passible de prison. C'est le thème d'un de ses récits, « Marlène ou la loi », où une fille de ministre camerounaise expatriée aux États-Unis séduit une jeune femme lors d'un séjour au pays. Surprises dans leurs ébats, l'une est ramenée dans sa famille tandis que l'autre est arrêtée par la police. Celle qui ne bénéficie d’aucune protection subit ainsi plusieurs formes de discriminations ou de dominations, ici sexuelle et sociale. Ces pressions conjointes sont analysées depuis longtemps outre-Atlantique avec la notion d’intersectionnalité.

    Une écriture-monde

    « Je veux être la Wanda Sykes de l'intersectionnalité », s’exclame Jo Güstin, qui a passé du temps aux États-Unis et se réfère volontiers aux humoristes qui, là-bas, apportent un regard subversif sur l’actualité. « Si vous pensez que je suis monolithique, vous n’avez rien compris », ajoute-t-elle avec un délicieux mélange d’accents camerounais et toulousain. Comme si toutes les périodes de sa vie, de l’Afrique centrale au sud de la France, où elle a étudié dès l’âge de quinze ans, l’amenaient à se réinventer. « J’ai vécu à Lille, travaillé en Allemagne, j’ai eu la chance d’avoir des parents ingénieurs, qui m’ont permis d’étudier ».

    Jo Güstin est une tenante de la littérature-monde et une insatiable curieuse : « Après avoir vu Jodie Forster parler japonais, je me suis dit : "C’est trop sexy, il faut que j’apprenne cette langue" ». Et pour signifier son goût du mouvement, elle cite Montaigne, un souvenir de prépa : « Je ne peins pas l’être. Je peins le passage ». Le genre de la nouvelle se prête assurément bien à ce genre d’ambition, même si ses histoires débouchent parfois sur une issue fatale ou une vie irrémédiablement gâchée.

    Extérieur-jour, intérieur-nuit

    On aurait tort cependant de voir une simple antiphrase dans la lumière annoncée dans son titre. Ce qu’éclaire cette jeune femme, ce n’est assurément pas la part la plus aimable de la condition humaine mais bien ses aspects les plus sombres, qu’elle fouille sans complaisance.

    Nous suivons ainsi les tragiques aventures d’une adolescente de treize ans que son rêve de vivre à Douala amène brutalement dans le monde de la prostitution. Ou les tribulations d’Innocent, un enfant-soldat de 10 ans au visage d’ange et aux gestes de bourreau. Ou encore le destin implacable d’Ibeji, jeune surdoué accusé d’être un enfant-sorcier.

    Si le livre est paru en France, Jo Güstin apporte une grande attention à son accueil dans sa terre d’origine, notamment sur la question de l’homosexualité. « Quand je vois le nombre de coming-out que je reçois du Cameroun aujourd’hui, j’ai envie de dire, c’est vous ma famille ». Si son propos est clairement militant, il est porté davantage par le caractère inaliénable de notre humanité commune que par un parti-pris idéologique.

    « Si tu dois te moquer de quelqu’un, c’est de toi », répète-t-elle, alors que pour sa présentation du jour, elle a accroché sur sa veste un badge avec le mot « Star » écrit en grosses lettres. Le public rit de ses boutades, mais elle confie en aparté : « J’ai un tatouage où il est inscrit en Courier New, la typo des scénarios : "extérieur-jour intérieur-nuit" ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.